A Wall Street, Dow Jones, Nasdaq et S&P 500 terminent à des records

Mots-clefs : , , , , ,

Les grands indices de la Bourse de New York sont montés tranquillement à des niveaux inédits mardi, soutenus notamment par la progression de quelques grands groupes de la distribution.

L’indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,20% pour terminer à 28.121,68 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 0,18% pour finir à 8.647,93 points et l’indice élargi S&P 500 a pris 0,22% à 3.140,52 points.

En cette semaine de Thanksgiving, qui se traduira aux Etats-Unis par un jour férié jeudi et une séance raccourcie vendredi, “le marché est resté calme, les volumes légers”, a observé Sam Stovall, de CFRA.

L’attention des investisseurs restait tournée vers l’éventuelle conclusion d’un accord commercial partiel dit +de phase 1+ entre la Chine et les Etats-Unis. Si aucune avancée concrète n’a été rapportée mardi, des signaux positifs ont été envoyés.

Le président américain, Donald Trump, a notamment affirmé: “nous sommes dans la dernière ligne droite avant de parvenir à un accord très important, peut-être l’un des accords commerciaux les plus importants de l’histoire”.

L’agence Chine nouvelle avait rapporté plus tôt dans la journée que les négociateurs chinois et américains s’étaient parlés mardi matin et s’étaient entendus pour rester en contact afin de parvenir à “un accord préliminaire”.

Les acteurs du marché digéraient par ailleurs mardi une série de résultats trimestriels du secteur de la distribution, ceux de la chaîne de produits électroniques Best Buy (+9,86%) et de la chaîne d’article de plein air Dick’s Sporting Goods (+18,62) étant particulièrement bien reçus.

La performance de la chaîne de magasins d’articles à bas prix Dollar Tree (-15,24%) a en revanche déçu, tout comme celle de la chaîne de vêtements Abercrombie & Fitch (-2,57%).

Les indicateurs américains du jour étaient en demi teinte: la confiance des consommateurs s’est un peu affaissée en novembre, selon l’indice du Conference Board, tandis que les ventes de maisons neuves ont baissé en octobre, selon le département du Commerce. Ces ventes s’affichent toutefois en forte hausse sur un an.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine évoluait à 1,736%, contre 1,755% à la clôture lundi.

La tendance positive est aussi liée à la bonne tenue, ces derniers jours, de l’indice Russell 2.000 qui regroupe les entreprises à petite capitalisation, selon Sam Stovall.

“Cet indice est enfin parvenu à passer au-dessus d’un niveau de résistance qu’il n’avait pas réussi à dépasser depuis 12 mois”, a-t-il souligné. Pour certains investisseurs, “il est important de voir que la hausse de Wall Street n’est pas seulement entraînée par les plus grandes entreprises”, a-t-il indiqué.

– Bataille entre Xerox et HP Inc –

Parmi les autres valeurs du jour, l’assureur AIG a perdu 0,26%. Le groupe a annoncé lundi soir avoir cédé 76,6% de sa participation dans Fortitude Re pour 1,8 milliard de dollars à la société d’investissement Carlyle Group et à l’assureur japonais T&D Holdings.

Fitbit, un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans le fitness, est monté de 1,62% alors qu’un document boursier a révélé que deux sociétés avaient courtisé le groupe avant que Google ne l’emporte et annonce, début novembre, avoir acheté Fitbit pour 2,1 milliards de dollars.

La chaîne de pharmacies CVS Health a reculé de 2,14%. Selon le Wall Street Journal, l’investisseur activiste Starboard Value est entré au capital de la société et a engagé des discussions avec la direction.

La bataille entre Xerox (-1,19%) et HP Inc (-0,45%) est de son côté entrée dans une nouvelle phase: Xerox, qui tente en vain depuis plusieurs semaines de convaincre la direction d’HP Inc de l’intérêt d’un rapprochement entre les deux entreprises, a décidé de s’adresser directement aux actionnaires.

L’action d’Alibaba à New York s’est appréciée de 2,23%. Le groupe chinois a fait une arrivée en fanfare mardi à la Bourse de Hong Kong, où l’action du géant chinois du commerce en ligne, qui a levé plus de 10 milliards d’euros à l’occasion de cette opération, a bondi de plus de 6%.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article