Acheter des terres agricoles: un placement éthique qui rapporte de 23% à 28% en 5 ans

Mots-clefs : , , , , ,

Alors que le gouvernement peine toujours à trouver une solution à la crise du monde agricole, des modèles alternatifs au financement traditionnel des exploitations émergent peu à peu.

C’est ainsi que Terrafine, une foncière coopérative, pourrait bien être un motif d’espoir pour les agriculteurs en proie à des difficultés financières. L’idée est simple: l’exploitant cède (temporairement) une partie de ses terres à la coopérative, avec à la clé un gain de trésorerie significatif et presque immédiat. Ce qui peut lui permettre d’investir et ainsi s’adapter aux mutations du secteur (agriculture bio, modernisation des outils, etc.).

Du côté des investisseurs, l’opération est également alléchante. Car en plaçant son épargne dans la coopérative, on a immédiatement droit à une réduction de son impôt sur le revenu  équivalant à 18% de son investissement. La seule contrainte étant de laisser « dormir » l’argent investi pendant cinq ans au minimum. La somme peut être ensuite récupérée. Mais ce n’est pas tout. Ce placement offre également un rendement à l’investisseur tout en permettant aux agriculteurs de récupérer une indispensable trésorerie.

« Offrir un financement solidaire aux agriculteurs »

L’exemple fourni par Terrafine pour illustrer cet échange gagnant-gagnant est parlant. Si un agriculteur, possédant une exploitation de 30 hectares, cède temporairement 20 hectares au prix de 5000 euros l’hectare, son gain de trésorerie sera de 100.000 euros. Il devra ensuite louer ces 20 hectares à la coopérative pour « seulement » 5000 euros par an.

De son côté, un souscripteur investissant 10.000 euros, bénéficiera non seulement d’une réduction de son impôt sur le revenu de 1800 euros (voir encadré). Mais aussi d’une redistribution des bénéfices dont le montant oscillera entre 1% et 2%, sachant que les coopératives ne peuvent pas reverser à leurs membres plus de 43% de leur résultat.

Au total, donc, ce placement pourra rapporter entre 100 et 200 euros par an, plus l’avantage fiscal, soit près d’un quart de la mise initiale au bout de cinq ans.

Terrafine « a vocation à offrir un financement solidaire aux agriculteurs », assure Jean-Jacques Gaudiche, l’un des cofondateurs de la coopérative. Selon lui, « le modèle agricole n’est pas en crise mais en pleine mutation ». Il convient donc de donner aux exploitants les moyens de financer ces changements.

Si le projet, lancé au début de l’année, a rencontré un fort succès auprès des agriculteurs, les épargnants tardent à répondre à l’appel. Terrafine a toutefois déjà pu collecter assez d’argent pour répondre aux besoins de trois exploitants.

Votre argent RSS – economie

Partager cet article