Airbnb: la mairie de Paris veut un décret pour « sanctionner les plateformes »

Mots-clefs : , , , , , , ,

« Je demande au gouvernement de publier un décret qui nous permette de sanctionner les plateformes qui ne respectent pas la loi », a déclaré lundi 20 novembre Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la mairie de Paris, interpellé sur la question d’Airbnb. « Aujourd’hui, on sanctionne les propriétaires qui louent illégalement mais on ne sanctionne pas les plateformes (de meublés touristiques), contrairement à d’autres pays, notamment l’Espagne », a déploré Ian Brossat au micro de franceinfo.

Le PDG d’Airbnb a fait bondir la mairie de Paris mardi dernier en annonçant que sa plateforme limiterait à 120 jours par an ses locations de meublés touristiques dans quatre arrondissements du centre de Paris à partir de janvier 2018, alors qu’une loi de 2016 impose cette règle dans toute la capitale. « La loi dit deux choses: premièrement, vous n’avez pas le droit de louer votre logement au-delà de 120 jours par an, et deuxièmement, les plateformes, notamment Airbnb, sont tenues de retirer les annonces présentes au-delà de 120 jours par an », a rappelé M. Brossat.

« Que nous dit le PDG d’Airbnb? Il nous dit: +On appliquera la loi dans quatre arrondissements de Paris+. Aux dernières nouvelles, à Paris, il n’y a pas quatre mais vingt arrondissements. (…) La loi doit s’appliquer partout et donc dans les vingt arrondissements de Paris », s’est-il indigné. « La réalité, c’est qu’à Paris, nous avons maintenant un développement frénétique des locations touristiques. Vous avez, depuis cinq ans, 20.000 logements qui ont été transformés en meublés touristiques, c’est-à-dire en réalité en hôtels clandestins », a dénoncé l’adjoint.

Outre la surveillance des locations déjà opérée par « une trentaine d’agents de la Ville de Paris », « si on veut effectivement réguler ce marché, il faut que les plateformes soient responsabilisées », a-t-il martelé. Quelque 100.000 annonces sont proposées à Paris, toutes plateformes confondues. Paris est pour Airbnb l’un des premiers marchés du monde avec 65.000 logements revendiqués.

(Avec AFP)

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article