Analyse et Stratégie : Cholet Dupont anticipe un été relativement peu volatil

Mots-clefs : , , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, les perspectives de croissance restent bien orientées pour 2018 et 2019. « Le passage à vide de l’activité au premier trimestre s’est prolongé en Europe et dans les pays émergents mais pas aux Etats-Unis qui auront une croissance proche de 4 % au deuxième trimestre. De plus, tous les derniers indices Markit montrent une timide accélération en zone euro, en Chine, en Inde ou au Japon. Sur ces bases, la croissance devrait donc être un peu plus soutenue au second semestre, grâce à la consommation des ménages et à l’investissement. » Cet expert ne voit pas de signe précurseur de récession outre-Atlantique.

Mais ce scénario favorable pourrait être remis en cause par la reprise de l’escalade de la guerre commerciale, l’imprévisibilité de Donald Trump sur les dossiers nord-coréen et iranien, la fragilité de la coalition d’Angela Merkel ou le début des débats budgétaires à la rentrée. Les risques peuvent donc s’amplifier. C’est pourquoi le consensus anticipe un été orageux. Pour sa part, Vincent Guenzi estime le risque de baisse limité en l’absence de nouvelles tensions protectionnistes réelles, car la valorisation des actions s’est réduite, la hausse des taux longs s’est interrompue et il n’y a plus d’euphorie à Wall Street.

Le choix d’une prudence raisonnée

« Nous faisons le choix de la prudence raisonnée mais pas déraisonnable. En juillet, des phases de soulagement peuvent intervenir et donner l’occasion de vendre des titres plus sensibles ou d’opérer des arbitrages géographiques pour rendre les portefeuilles plus résistants. Il serait tentant de conseiller d’acheter des actions en cas de repli sensible, mais il sera préférable d’examiner les conditions qui prévaudront avant d’opérer. Il faut rester vigilant. »

Vincent Guenzi sous-pondère à court terme les actions européennes, tout comme les sud-américaines et celles d’Europe de l’Est. La neutralité étant de mise sur les actions, Wall Street est surpondérée en contrepartie. En revanche, il continue de surpondérer les actions en général, américaines et européennes en particulier, pour le moyen terme.

Dans le domaine obligataire, où la neutralité s’impose à court terme et la sous-pondération à moyen terme, une seule classe d’actifs est privilégiée pour le moyen terme : les convertibles du Vieux Continent. En revanche, les emprunts d’Etat européens bien notés sont sous-pondérés sur les deux périodes, tout comme les sociétés privées bien notées et le haut rendement américain.

L’avis d’Investir

Nous sommes neutres sur les actions après avoir pris des bénéfices lorsque le Cac 40 a dépassé les 5.500 points. Nous redeviendrions plus offensifs en cas de retour de l’indice en dessous de 5.100 points.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article