Analyse et Stratégie : Cholet Dupont privilégie les actions américaines

Mots-clefs : , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, le mois de décembre a été difficile pour les places financières en raison d’une perte de repères, d’une baisse de la confiance et d’un recul de l’appétit pour le risque des investisseurs mondiaux. « Ceux-ci n’ont pas été convaincus par la reprise des négociations entre Américains et Chinois, ni par le discours de la Fed jugé trop ambigu. Le comportement du Président Trump les a inquiétés également, ainsi que la situation politique avec le shutdown. De plus décembre, a été marqué par des déceptions économiques, qui commencent à toucher les Etats-Unis. Mais il nous semble toujours délicat d’extrapoler celles-ci. N’oublions pas que les corrections boursières de 20 % sont fréquentes sans qu’elles soient suivies de crises ou de récession. »

Des raisons d’espérer

Si la prudence s’impose après de telles fluctuations, les raisons d’espérer un redressement n’ont pas disparu.Tout d’abord, les Chinois se montrent conciliants avec l’annonce de mesures d’ouverture de leur marché. Ensuite, la Fed a indiqué début janvier qu’elle ferait preuve de patience. Or, « chaque fois que la Fed a interrompu temporairement son cycle de durcissement monétaire (en 1967, en 1987, en 1995 et en 2016), un rebond marqué des actifs risqués a eu lieu. » Enfin, les valorisations des actions sont repassées sous leur moyenne historique, ce qui justifie le petit rebond en cours.

Mais « il est trop tôt pour anticiper un retour plus durable de la hausse des actions tant que les incertitudes économiques et géopolitiques persisteront et que la volatilité des marchés restera importante. »

C’est pourquoi Vincent Guenzi reste neutre sur les actions à court terme. Il sous-pondère les européennes au bénéfice des américaines et des asiatiques hors Japon. A moyen terme, il préconise toujours une surpondération des actions avec un accent mis sur les titres américains et européens. Dans le domaine obligataire, où la sous-pondération est de mise à court et moyen terme, aucune classe d’actifs n’est privilégiée. En revanche, les sociétés privées bien notées, la dette émergente et le haut rendement américain sont sous-pondérés sur les deux périodes.

L’avis d’Investir

Pour notre part, nous sommes surpondérés en actions avec un accent mis sur les valeurs moyennes françaises, les actions émergentes et les mines d’or. En revanche, dans l’hypothèse d’une poursuite du rebond en cours et d’un Cac 40 qui se rapprocherait des 5.100 points, nous redeviendrions neutres.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article