Analyse et Stratégie : Cholet Dupont réduit marginalement la proportion des actions

Mots-clefs : , , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, « février a vu la poursuite des tendances enregistrées par les marchés financiers en début d’année : hausse des indices actions et des obligations privées. L’appétit pour les actifs plus risqués ne s’est pas démenti et a mené les indices boursiers au-delà des anticipations à court terme. Les investisseurs ont continué à saluer les progrès annoncés dans les négociations commerciales entre Américains et Chinois. » En outre, le contexte monétaire s’est amélioré, avec une pause dans le relèvement des taux de la Fed, ce qui écarte le risque de forte contraction des liquidités. Quant au contexte économique, il se caractérise par une croissance un peu moins vigoureuse. Mais « la lente dégradation qui durait depuis un semestre s’est atténuée ou interrompue en février, dans certains pays seulement et toujours grâce au redressement des services. »

Relèvement des objectifs de cours

« L’évolution du contexte géopolitique, économique et monétaire nous a amenés à relever nos objectifs pour les indices actions à juin et décembre 2019. » Pour le Cac 40, il s’établit respectivement à 5.300 et 5.400 points. Le potentiel de hausse est donc limité. Comme de plus la progression des actions a été forte, Vincent Guenzi à légèrement réduit, de 47,8 % à 46,4 %, la proportion des actions dans son portefeuille modèle. « Il suffirait de quelques déceptions sur les négociations commerciales ou sur la situation économique pour faire reculer les indices. »

Avec un pourcentage d’actions proche de 50 %, il reste cependant neutre sur les actions à court terme. Il sous-pondère les européennes et les japonaises au profit des américaines et des émergentes. A moyen terme, il conseille toujours une surpondération des actions avec un accent mis sur les titres américains et européens. Dans le domaine obligataire, où la neutralité est de mise à court et la sous-pondération à moyen terme, la dette émergente est privilégiée sur les deux périodes. En revanche, les sociétés privées européennes bien notées sont sous-pondérés à court et moyen terme. A moyen terme, toutes les classes d’actifs obligataires sont sous-pondérées, à l’exception de la dette émergente, surpondérée, et des convertibles européennes, où la neutralité est de mise.

L’avis d’Investir

Pour notre part, nous sommes revenus à la neutralité sur les actions lorsque le Cac 40 a dépassé les 5.100 points. Dans un marché globalement à son prix, nous passerions sous-pondérés dans l’hypothèse d’un Cac 40 proche des 5.500 points. Inversement, un retour sous les 4.900 points serait une opportunité d’achat.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article