Analyse et Stratégie : Cholet Dupont reste prudent à court terme et confiant pour la fin de l'année sur les actions

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, les marchés financiers ont connu un brutal retournement de tendance assez localisé en mai en raison d’une remontée de l’aversion au risque. « Le retour du risque politique italien a touché les actifs de la zone euro qui y sont le plus sensibles : les actions et les obligations d’Europe du Sud, et, plus spécialement, le secteur financier. La Bourse italienne et les banques européennes ont baissé fortement en souvenir des précédents épisodes grecs, portugais, espagnols et italiens des années 2010/2011. Puis un calme relatif s’est installé. Comme à chaque fois, le pire n’est pas certain, mais nous devons probablement nous préparer à d’autres périodes de tensions, car les négociations sont ardues. »

D’autres déceptions sont intervenues en mai, comme la dénonciation de l’accord sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis et l’application de sanctions commerciales sur les importations d’acier et d’aluminium européens, canadiens et mexicains par Donald Trump. En revanche, « la persistance de ces incertitudes a été compensée par plusieurs facteurs favorables : une accalmie sur le prix du pétrole, la hausse des indices américains, une croissance qui reste assez positive en Europe et très positive aux Etats-Unis, des politiques monétaires assez accommodantes, des estimations de résultats des entreprises révisées en hausse outre-Atlantique, au Japon et en Europe pour 2018 et 2019. »

Révision en baisse des objectifs de cours

Toutefois, par prudence, cet expert a abaissé ses prévisions pour tous les indices à fin juin et à fin décembre : de 7 % pour l’Eurostoxx 50, de 2 à 3 % pour les autres zones. Cela laisse un potentiel d’appréciation de 5 à 6 % entre les indices. « Les marchés européens sont dans une phase de convalescence qui peut s’avérer volatile pendant plusieurs mois. » C’est pourquoi Vincent Guenzi sous-pondère à court terme les actions européennes, tout comme les actions sud-américaines. La neutralité étant de mise sur les actions, les actions américaines et asiatiques hors Japon sont surpondérées en contrepartie. En revanche, il continue de surpondérer les actions en général, américaines et européennes en particulier, pour le moyen terme.

Dans le domaine obligataire, où la neutralité s’impose à court terme et la sous-pondération à moyen terme avec une anticipation de taux à 10 ans américains à 3,15 % d’ici six mois, une seule classe d’actifs est privilégiée pour le moyen terme : les convertibles du Vieux Continent. En revanche, les emprunts d’Etat européens bien notés sont sous-pondérés sur les deux périodes, tout comme les sociétés privées bien notées et le haut rendement américain.

L’avis d’Investir

Nous sommes également neutres sur les actions après avoir pris des bénéfices lorsque le Cac 40 a dépassé les 5.500 points. Nous attendrons une éventuelle phase de faiblesse, courante lors de la période estivale, pour renforcer nos positions.

Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article