Analyse et Stratégie : Cholet Dupont surpondère les actions

Mots-clefs : , , , , ,

Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, estime que les actions européennes ont pâti cet été d’un cocktail peu rassurant, avec une hausse de l’euro et l’éventualité d’une réduction du soutien monétaire de la BCE. En sens inverse, malgré cette perspective défavorable, les marchés obligataires ont été favorisés par les tensions avec la Corée du Nord et de moindres anticipations de hausse des taux outre-Atlantique.

Mais cet expert anticipe une reprise de la hausse afin que l’année s’achève par un gain de l’ordre de 10 % en monnaie locale. « L’environnement macroéconomique mondial reste bien orienté et les prévisions de croissance sont revues en hausse en Europe et dans les pays émergents. Quant aux Etats-Unis, dont le cycle économique plus avancé est proche de la maturité, la croissance se maintient en dépit des blocages politiques et le risque de récession est pour l’instant très faible. Dans le monde entier, les résultats des entreprises sont en hausse et les prévisions des analystes financiers ne semblent pas surestimés

Si les valorisations sont élevées, elles ne le sont pas encore autant que lors des précédentes bulles spéculatives et les actions restent attrayantes par rapport aux emprunts d’Etat.

C’est pourquoi cet expert préconise une surpondération des actions à court et moyen terme, avec un accent mis sur les actions européennes et asiatiques hors Japon au détriment des américaines à court terme. A moyen terme, seules les titres du Vieux Continent sont privilégiés, la neutralité étant de mise ailleurs. « Par le passé, une telle hausse de l’euro n’a pas été incompatible avec une progression des marchés d’actions européens, ce qui n’est pas le cas depuis quelques mois. Nous sommes donc dans une phase de transition, ce qui occasionne de la volatilité et des opportunités ! »

Au chapitre obligataire, deux classes d’actifs sont surpondérées à court et moyen terme : le haut rendement européen et les convertibles. En revanche, les emprunts d’Etat sont sous-pondérés sur les deux périodes, tout comme les sociétés privées bien notées européennes et américaines.

L’avis d’Investir

Pour notre part, nous sommes également surpondérés en actions, avec un accent mis aussi sur le Vieux Continent. Nous sommes aussi positifs sur les marchés émergents. Dans le domaine obligataire, nous mettons l’accent sur les convertibles, les rémunérations offertes par les autres classes d’actifs ne nous paraissant pas suffisantes.

Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article