Analyse et Stratégie : La banque des banques centrales accommode le « cygne noir » à la sauce climat

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Le changement climatique pourrait, selon la Banque des règlements internationaux (BRI), provoquer une crise systémique. Des risques dits de « cygne vert » menacent la stabilité de la planète financière, avertit la banque des banques centrales. Par ce nom d’oiseau, la BRI désigne « des évènements potentiellement extrêmement perturbateurs sur le plan financier » qui seraient la conséquence du changement climatique. Le « cygne noir » accommodé à la sauce climat, en somme.

A ceci près, nuance la BRI, que contrairement au « cygne noir » conceptualisé par le statisticien Nassim Taleb (un évènement imprévisible avec une très faible probabilité d’occurrence), le « cygne vert » – c’est certain – pointera « un jour » le bout de son bec et sa capacité de nuisance s’étendra au-delà de l’économie et des marchés financiers. Ici, c’est l’humanité qui court un danger. A moins que les gouvernements, le secteur privé, la communauté internationale et les sociétés civiles coordonnent leurs actions de lutte. La taxe carbone, mise en place dans seulement quelques pays européens, est une première solution naturelle mais bien insuffisante.

« Un nombre croissant de recherches menées par les universitaires, les banques centrales et les institutions internationales, dont la BRI, se concentrent sur les risques liés au climat, écrit Agustin Carstens, le directeur général de l’institution, en avant-propos. Ces études montrent que les risques matériels liés au climat peuvent endommager gravement nos économies. Par exemple, par le coût élevé de la réparation des infrastructures. »

La BRI reconnaît que « les approches traditionnelles de la gestion des risques consistant à extrapoler des données historiques et à se baser sur des hypothèses de distributions normales sont largement inappropriées pour évaluer les risques futurs liés au climat. » N’empêche, avance M. Carstens, « les meilleurs avis scientifiques actuels suggèrent qu’il est nécessaire de prendre des mesures pour atténuer le changement climatique. »

Au-delà du « QE vert »

« L’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes pourrait déclencher des crises financières non-linéaires et irréversibles », prévient à son tour, dans un autre avant-propos, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. Les banques centrales ont, elles aussi, un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique. Parce que, rappelle-t-il, elles ont un mandat de stabilité financière. Les banques centrales du Royaume-Uni et des Pays-Bas ont déjà fait passer à leurs banques des tests de résistance climatique. La France doit faire de même cette année. « Il existe de nombreuses actions pratiques que les banques centrales peuvent entreprendre », avance Agustin Carstens. Elles pourraient, par exemple, développer de nouvelles méthodologies pour appréhender les risques liés au climat en travaillant « en étroite collaboration avec le secteur financier sur la divulgation des actifs à forte intensité de carbone. »

De son côté, François Villeroy de Galhau préconise aussi d’activer les leviers de la politique monétaire. « Nous aurons l’occasion d’en discuter dans le cadre de l’examen stratégique de la Banque centrale européenne », écrit-il. Il préconise que « la BCE intègre le changement climatique dans tous [les] modèles économiques et de prévisions » et qu’elle révise son cadre d’évaluation des collatéraux « au lieu d’ouvrir un débat quelque peu émotionnel sur les mérites d’un assouplissement quantitatif vert. » C’est ce jeudi que la BCE annoncera officiellement la révision de sa stratégie qui marquera véritablement le début du mandat de Christine Lagarde à la tête de l’institution.  


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article