Analyse et Stratégie : « Short list » : un cabinet d'analystes fait le grand ménage dans ses favorites

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Comme chaque début de mois, le cabinet d’analystes Portzamparc spécialisé dans les valeurs moyennes fait la revue de ses favorites regroupées dans sa « short list ». Et c’est un grand ménage qui est opéré dans la sélection du mois de février, avec quatre entrées, donc quatre sorties. Les analystes sortent MGI Coutier, Chargeurs, Herige et Infotel, au profit d’Akka Technologies, Albioma, Ipsos et Prodways. Seul le gestionnaire de maisons de retraite reste dans la liste d’un mois sur l’autre. Voilà les motivations de ces derniers arbitrages.

Akka Technologies. Objectif : 49,60 euros

Pour Portzamparc, la déception accusée en Allemagne au troisième trimestre ne doit pas occulter la bonne dynamique générale de ce dossier.  Sur neuf mois, les trois grandes zones géographiques où le groupe de conseil en technologies est présent sont en effet « en progression rapide avec une croissance organique corrigée des effets calendaires de 8,4% en France, de 6,1% en Allemagne et de 8,2% à l’international alors même que cette zone était affectée par la baisse du secteur pétrole & gaz ». Pour ce qui est de l’Allemagne, la croissance limitée à 1,3% au troisième trimestre n’est que temporaire, tandis que la marge opérationnelle des activités s’est améliorée de 180 points de base sur neuf mois.

Les prévisions de progression de la rentabilité opérationnelle des activités sont confirmées, à savoir de 40 points de base en 2017, qui supporte des investissements, avant 110 points de base en 2018. La politique d’acquisitions va se poursuivre. Dès lors, le cabinet conseille de profiter de la consolidation actuelle du titre, avant l’annonce du chiffre d’affaires du quatrième trimestre et celle du nouveau plan stratégique 2022.

Albioma. Objectif : 22,90 euros

Selon le cabinet d’analystes, la situation sociale reste tendue (grèves dans les centrales thermiques de La Réunion), mais sans impact financier à ce stade.  La publication des résultats 2017 devrait ainsi être solide, une nouvelle amélioration étant globalement attendue en 2018 (135 millions d’euros d’excédent brut d’exploitation selon le consensus après 133,8 millions en 2017 selon Portzamparc, 32,1 millions de profit net contre 31,2 millions). Deux unités thermiques seront mises en service au premier trimestre 2018 (Galion 2 à la Martinique, turbine à combustion à La Réunion), pour une contribution cumulée proche de 30 millions d’euros d’excédent brut d’exploitation en année pleine. Une quatrième acquisition a par ailleurs été récemment réalisée au Brésil.

La valorisation est maintenant jugée attractive pour un « acteur de qualité ». Le titre a récemment corrigé et les prévisions et objectifs de cours du cabinet seront revus après la publication des résultats le 7 mars prochain.

Ipsos. Objectif de cours : 43,50 euros

Dans ce dossier, il faut jouer la dynamique commerciale du quatrième trimestre. Sur les deux premiers, le groupe d’études et de sondages  a en effet affiché une croissance décevante en raison d’une zone anglophone (Etats-Unis et Royaume-Uni) en berne, et d’un « système de facturation plus diffus dans le temps en fonction de l’avancée des livrables des contrats ». Point positif, au troisième trimestre, la croissance organique a été la meilleure depuis 2011, grâce à une amélioration outre-Atlantique et à un chiffre d’affaires embarqué des contrats pris aux premiers et deuxième trimestres et en partie délivré au troisième. « Nous pensons que les effets conjugués de la poursuite de la dynamique américaine et du chiffre d’affaires embarqué devraient permettre de sortir un quatrième trimestre de qualité, » conclut Portzamparc.

Il existe par ailleurs dans ce dossier un potentiel spéculatif lié à un flottant important et à l’âge du dirigeant, alors que la génération de cash-flows peut faire des envieux. Le concurrent GFK a ainsi été racheté par KKR fin 2016. Le repli de 15% de l’action depuis le 19 janvier doit être mis à profit.

Prodways Group. Objectif de cours : 5 euros

Dernière affaire mise en avant par les analystes nantais, le fabricant d’imprimantes 3D, qui affiche une décote de plus de 20% par rapport au plus proche comparable SLM Solutions et qui évolue à 10% environ en dessous de son prix d’introduction.

Le troisième trimestre de Prodways avait déjà été de qualité, avec une hausse de 33% des ventes, le quatrième ne devrait pas décevoir, avec une bonne reprise dans la branche Systems, activité historiquement volatile, grâce à l’export et à la pénétration de la nouvelle imprimante P1000. « L’annonce de nouvelles ventes d’imprimantes et de matières début janvier et l’intégration d’AvenAo à compter de mi-novembre nous rendent confiants sur la capacité du groupe à prolonger la dynamique du troisième trimestre, » écrit Portzamparc. Le momentum reste de son côté toujours favorable dans le domaine médical (pôle Products). L’excédent brut d’exploitation et attendu à l’équilibre.

Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article