Arabie saoudite : le fonds norvégien doublera ses avoirs, malgré Khashoggi

Mots-clefs : , , , , , , ,

Arabie saoudite : le fonds norvégien doublera ses avoirs, malgré Khashoggi

Le monde du business serait-il le plus fort ? Vous en doutiez encore ? En pleine affaire Khashoggi, le fonds souverain norvégien – leader mondial en termes de valeur des actifs – a annoncé vendredi son intention de doubler ses investissements en Arabie saoudite. Et ce, alors même que le pays est pointé du doigt, fortement soupçonné d’avoir oeuvré pour que le journaliste soit assassiné. Il est vrai que le pays  devient  chaque jour un peu plus attrayant …. financement parlant, bien entendu.  Les valeurs boursières saoudiennes doivent ainsi rejoindre  le FTSE Emerging Index à partir de mars 2019.

Quant à Jamal Khashoggi, son statut de journaliste pourrait n’être vu que comme une couverture, compte-tenu de l’importante part d’ombre qui entoure le personnage, mais cela n’excuse en rien les actes de barbarie dont il a été la victime.

Les investissements du fonds insensibles à la politique

“Nous investissons dans des entreprises, pas dans des pays. Nos investissements dans des entreprises basées en Arabie saoudite ne seront pas modifiés en fonction de développements politiques”, a déclaré sans ambages Yngve Slyngstad, directeur général du fonds souverain norvégien. Ajoutant que « de manière générale », la structure n’était pas « configurée pour évaluer le risque politique.”

Une manière on ne peut plus claire de balayer d’un revers les appels à restreindre les échanges avec Riyad, après le tollé international provoqué par l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Jeudi dernier, les autorités saoudiennes ont reconnu jeudi que l’assassinat du journaliste survenu le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, avait été prémédité. Après avoir dans un premier temps nié même que Jamal Khashoggi ait été tué, évoquant par la suite un décès accidentel pendant une altercation.

Le fonds norvégien : important investisseur en Arabie saoudite

Le fonds détient actuellement pour 6,9 milliards de couronnes (726 millions d’euros) d’investissements en Arabie saoudite. Ces sommes sont réparties dans 42 entreprises, parmi lesquelles figurent des banques, des sociétés pétrochimiques et des entreprises pharmaceutiques.

Ce montant est donc désormais destiné à doubler, compte-tenu notamment de l’inclusion prochaine de l’Arabie saoudite dans l’indice de référence FTSE.

L’Arabie saoudite va intégrer le FTSE Emerging Index

En mars 2018, FTSE Russell, la filiale du London Stock Exchange spécialisée dans les indices de marchés, a annoncé que les valeurs boursières saoudiennes rejoindraient à partir de mars 2019 le FTSE Emerging Index.

La Bourse de Londres va donc intégrer l‘Arabie Saoudite dans son prestigieux indice boursier des pays émergents, alors que les Saoudiens mettent les bouchées doubles pour diversifier leur économie et s’ouvrir à la finance internationale.

London Stock Exchange avait alors estimé que l‘Arabie Saoudite respectait désormais les critères pour faire partie de cette indice. Et ce, notamment grâce aux réformes entreprises depuis peu, telles que l’ouverture de son marché aux investisseurs internationaux.

Les analystes estimaient alors que cette prise en compte dans un indice fortement prisé des marchés devrait permettre aux actions saoudiennes de gagner fortement en visibilité et de drainer des milliards de dollars de capitaux. Certaines estimations tablant même sur des investissements dans les actions saoudiennes avoisinant 5 milliards de dollars à travers cet indice.

Le fonds norvégien devient toutefois plus stricte

Rappelons que le fonds norvégien détient 1,4% de l’ensemble des actions cotées en Bourse à travers le monde. Ses recettes sont en partie générées par la production pétrolière et gazière de la Norvège.

Depuis quelques années, le fonds s’est montré un investisseur plus rigoureux, demandant ainsi qu’au moins deux administrateurs indépendants du conseil d’une entreprise détiennent un passé professionnel dans le domaine d’activité de l’entité concernée.

En septembre dernier, le fonds a indiqué qu’il exigerait que les entreprises dans lesquelles il a investi suivent des directives plus strictes en termes de développement durable, mettant notamment l’accent sur la lutte contre la pollution des océans par des déchets plastiques.

Jamal Khashoggi : un homme au passé troublant, aux fortes ambitions politiques

S’agissant de Jamal Khashoggi, certains confrères s’agacent ici ou là de la représentation parfois faite du journaliste assassiné, sans toutefois accepter et excuser que de tels actes puissent être commis.

Il est en effet nécessaire de rappeler que Jamal Khashoggi n’était pas « qu’un » journaliste collaborateur du Washington Post. Loin s’en faut … certains n’hésitant pas à faire usage du terme de couverture. Tout en faisant état de son appartenance aux Frères musulmans, de sa proximité avec Oussama Ben Laden et de son idéologie islamiste. Laquelle aurait pu fortement déplaire voire inquiéter Riyad, les ambitions politiques de Khashoggi semblant chaque jour prendre un peu plus d’ampleurs. A suivre …

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – 27 octobre 2018 – www.leblogfinance.com

A lire également :

L’Arabie saoudite félicite Trump malgré ses menaces, pour contrer l’Iran  ?

Contrat militaire USA / Arabie saoudite, quand les banques US financent austérité et armement …


Le Blog Finance

Partager cet article