Assurance-vie: le rendement moyen du fonds euro passera à 1,2% en 2019 chez Allianz

Mots-clefs : , , , , , , , ,

L’équation est désormais connue. Tandis que le contexte de faiblesse des taux d’intérêt semble parti pour durer, la rémunération versée par les assureurs sur les fonds euros ne peut que diminuer. Ce qui devrait inciter les épargnants à allouer leur capital vers des fonds plus diversifiés, en contrepartie d’une dose de risque.

Un des géants du secteur, l’allemand Allianz, a profité de sa venue au sommet BFM Patrimoine organisé par BFM Business pour détailler la nouvelle politique de l’assureur. 

Son PDG pour la France, Jacques Richier dévoile ainsi le taux des contrats en fonds euros cette année. Cette rémunération baissera d’environ 40 à 50 points de base. “Si le taux de rendement moyen était à 1,7%, le taux de rendement moyen (en 2019) sera de 1,2%. Effectivement, on a une baisse significative puisqu’elle sera de l’ordre de 45 points de base”, détaille le dirigeant.

Mais le responsable s’attache à souligner que ce rendement demeure attractif compte tenu de la réalité des taux et de l’inflation. “Entre décembre 2018 et aujourd’hui, le taux de l’OAT (l’obligation de l’Etat français, NDLR) aura baissé de quasiment 100 points de base. Donc s’il a baissé de 80 points de base et que les rendements des assureurs baissent de 30 à 50 centimes, les rendements resteront toujours entre 1 et 2%”. 

“Pas de compte en-dessous de 30.000 euros et pas de compte en 100% euros en nouvelles affaires” 

Et d’expliquer: “On oublie qu’il y a quelques années, on avait des rendements qui pouvaient sembler attractifs, 3/4/5%, mais que le taux réel, compte tenu de l’inflation pouvait être négatif et aujourd’hui, on voit qu’on peut avoir un taux absolu négatif à un moment où on offre encore des rendements qui, quand vous prenez en compte l’inflation, sont positifs”.

Dans le même temps, Allianz va limiter l’accès au fonds euros aux nouveaux épargnants. “Le produit euros sur les dix dernières années ça été un peu le produit à tout faire, on voulait la sécurité du capital, on voulait le rendement et la liquidité. À un moment donné, il faut qu’on se réadapte. Se réadapter c’est dire: c’est un produit qui n’est plus un couteau à tout faire. Il doit être quand même offert à nos clients dans une offre qui peut être plus diversifiée que par le passé. (…)” 

“Nous avons une clientèle plus patrimoniale, ça nous était entre guillemets plus facile de dire: pas de compte en-dessous de 30.000 euros et pas de compte en 100% euros en nouvelles affaires. Si nos clients ont un appétit au risque très sécuritaire, effectivement, nous ne serons plus en mesure de répondre à leurs demandes. (…) Si vous avez 30.000 euros, on demandera qu’il y ait une part en fonction du défensif de votre profil qui soit en unités de comptes et on adaptera ces unités de compte en fonction de votre appétit au risque. On tiendra également compte de ce que le gouvernement met en place aujourd’hui, c’est à dire des fonds qui sont beaucoup plus RSE, des fonds qui nous permettent d’accéder à des produits autour des infrastructures pour pouvoir diversifier l’offre de nos unités de compte qui était beaucoup plus limitée dans le passé”.

Votre argent RSS – economie

Partager cet article