Assurance vie : pourquoi le taux de Monceau a tant baissé en 2018

Mots-clefs : , , , , , ,

Après avoir servi un rendement de 2,80% pour l’année 2017, Monceau Assurances annonce un taux de 1,50% en 2018 sur le fonds en euros de Dynavie. Une chute vertigineuse, mais qui s’explique par la politique singulière de cet assureur.

L’an passé, et comme c’est souvent le cas, Monceau Assurances s’était positionné à contre-courant sur le marché de l’assurance vie. Dans un environnement de baisse généralisée des rendements, le fonds en euros de Dynavie affichait un taux en hausse, à 2,80% nets de frais de gestion sur l’année 2018 contre 2,50% en 2016, et s’installait ainsi au sommet du palmarès des fonds en euros « classiques ».

Un retour de bâton ? Monceau Assurances et sa mutuelle vie Capma & Capmi annoncent cette fois une rémunération de 1,50% en 2018 pour le même fonds en euros. Un taux historiquement bas pour cet assureur mutualiste habitué des palmarès et autres récompenses de l’assurance vie. Le rendement de Dynavie, contrat phare de Monceau depuis plusieurs années, a en effet longtemps navigué entre 3% et 4%, de 2010 à 2015.

Une performance à « apprécier dans la durée » ?

Est-il définitivement rentré dans le rang en 2018, en affichant un rendement qui sera probablement sous la moyenne du marché ? Pas sûr. Monceau Assurances revendique le fait de ne jamais constituer de provision pour participation aux bénéfices (PPB), réserve censée permettre de lisser les rendements, en s’appuyant sur une volonté de transparence et de rendement collant au plus près de performances de l’actif financier du fonds en euros.

Dans le communiqué d’annonce des performances, Monceau Assurances affirme ainsi que la contre-performance 2018 était « prévisible », l’année 2018 ayant été marquée par une forte baisse des cours boursiers. « Dans un contexte de crise financière marquée, amplifiée au cours des mois de novembre et décembre 2018, la performance de Dynavie s’inscrit en repli sur celles des années antérieures, du fait de la composition du portefeuille [plus de la moitié du portefeuille est constituée d’actifs diversifiés selon Monceau, NDLR], non productif de revenus en 2018, développe l’assureur dans son communiqué. Les évolutions adverses des marchés non seulement n’ont pas permis la réalisation de plus-values semblables à celles qui avaient bonifié les comptes de participations de l’exercice 2017 notamment, mais encore se sont traduites par l’obligation de constituer des provisions pour dépréciation. Il reste que la performance des contrats doit s’apprécier dans la durée : les principaux facteurs de soutien des performances futures prendront leur source dans la qualité et la rentabilité du portefeuille constitué aujourd’hui. » Rendez-vous dans un an pour constater le rebond, ou non, des rendements de Monceau Assurances.

Même chute pour Carnet Multi Epargne

L’assureur mutualiste communique aussi le rendement servi sur le contrat Carnet Multi Epargne, commercialisé jusqu’en 1997 : l’évolution est similaire. Le fonds en euros sert une rémunération nette de frais de gestion de 1,65% au titre de l’année 2018, contre 2,70% en 2017, soit là encore plus d’un point de baisse sur un an.

Lire aussi : Le palmarès des taux 2018 de l’assurance vie

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article