Banque du Vatican : le pape François entame une révolution

Mots-clefs : , , , , ,

CQFD … le nouveau pape François s’est bien fixé comme priorité de son début de pontificat de remettre la Banque du Vatican dans le droit chemin. De là à ce que la démission de Benoit XVI soit liée à l’affaire … Il n’y a qu’un pas, chose que nous avions déjà suggérée
Désormais, les experts du dossier laissent entendre de plus en plus ouvertement que les récentes démissions de Paolo Cipriani, directeur de l’Institut pour les oeuvres de la religion (IOR, le nom officiel de la Banque du Vatican), et de son adjoint Massimo Tulli, auraient été plus que forcées … et seraient plus proche en réalité de mesures de limogeages.

Certes, officiellement M. Cipriani et son adjoint ont présenté leur démission « dans l’intérêt du Saint Siège et de l’IOR« . Mais au final, personne ou presque n’est dupe.  D’autant que ces départs semblent être la suite logique du limogeage d’Ettore Gotti Tedeschi en mai 2012, remercié notamment pour ses erreurs de gestion.
Mardi, le journal italien, le « Corriere della Sera » indiquait ainsi que la mise à l’écart des deux dirigeants avait été jugée « opportune », ces derniers figurant en première ligne d’une enquête sur des soupçons de blanchiment d’argent.
Plusieurs médias italiens ont quant à eux évoqué des liens d’amitié entre les deux protagonistes et Mgr Nunzio Scarano, arrêté vendredi dernier à Rome pour – notamment -avoir tenté de blanchir 20 millions d’euros.

Situation considérée au final par des experts du Vatican comme une véritable révolution. Laquelle avait été initialisée à leurs yeux par la récente nomination de Mgr Battista Ricca – un de ses plus proches collaborateurs – au poste de « prélat » de l’IOR. Ce dernier, issu du service diplomatique du saint Siège, fera office de secrétaire lors des rencontres de la Commission cardinalice et assistera aux réunions du Conseil de Surintendance. Il s’agit donc d’un rôle de médiation et d’intermédiaire, a tenu à préciser le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège. Les medias italiens ajoutant quant à eux que l’homme de confiance du pape fera au final office de numéro deux au sein de l’IOR, y exerçant un droit de regard absolu.

A la suite, le 26 juin dernier, le pape François a mis en place par décret une nouvelle commission de réforme en vue de veiller à «une meilleure harmonisation de l’IOR avec la mission de l’Eglise». Laquelle sera présidée par le cardinal Raffaele Farina et composée de plusieurs cardinaux chargés d’enquêter sur les agissements de l’IOR et de proposer une réforme dont les grandes lignes devraient en être connues en octobre prochain.

Précisons également que le 14 juin dernier, Francesco La Motta – Gentilshomme de Sa Sainteté – est arrêté pour un détournement de 10 millions d’euros. Situation permettant d’offrir un argument de poids au souverain pontife pour supprimer l’ordre millénaire des Gentilshommes de Sa Sainteté qui conférait à des laïques le privilège d’ouvrir des comptes à la Banque du Vatican.

Sources : AFP, ats, presse italienne

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 02 juillet 2013


Le Blog Finance

Partager cet article