CAC 40 : À bout de carburant, le marché parisien finit la semaine en léger repli

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Malgré les volumes d’échanges spectaculaires provoqués par l’expiration simultanée des différents produits à terme, le CAC 40 se replie de 0,36% vendredi. Mais l’indice grappille près de 0,4% en rythme hebdomadaire.

La semaine se termine comme elle avait commencé sur le marché parisien, à savoir sans variation significative. L’échantillon principal n’a ainsi bouclé aucune séance de la semaine sur une variation supérieure à 0,4%, dans un sens comme dans l’autre. Si le climat général reste favorable aux marchés alors que débutent les campagnes de vaccination à travers le monde, la vigueur épidémique et les doutes qui subsistent sur plusieurs fronts (notamment celui du Brexit) incitent désormais les investisseurs à plus de retenue, tout comme les indicateurs décevants publiés dans la journée.

Le CAC 40 a ainsi bouclé cette semaine (la dernière complète de 2020) sur un recul de 0,39% à 5527,84 points vendredi, réduisant à +0,37% son avance par rapport au vendredi 11 décembre, lorsqu’il avait mis un terme à son spectaculaire rallye de cinq semaines consécutives de (vive) progression.

Les volumes d’échanges ont été largement au rendez-vous en cette dernière séance, avec 7,5 milliards d’euros traités, du fait du débouclage des ultimes opérations à terme de l’année 2020, soit la fameuse séance des “quatre sorcières” revenant chaque trimestre (une journée boursière exceptionnelle au cours de laquelle quatre types de produits dérivés expirent simultanément).

Wall Street temporise aussi

Après avoir salué les avancées vers un nouveau plan de relance budgétaire aux Etats-Unis et la promesse de la Réserve fédérale de demeurer durablement accommodante avec de nouveaux records (tant pour le Dow Jones que pour le S&P et le Nasdaq), les indices new-yorkais rétrocèdaient une partie de leur récents gains vendredi matin. Peu avant 12h locales, le Dow et le S&P refluaient de 0,6%, quand l’indice technologique limitait son repli à 0,3%.

S’ils avaient fait fi des indicateurs d’activité décevants éclipsés jeudi les dernières déclarations encourageantes de responsables du Congrès sur le projet de plan de relance, les indices new-yorkais semblent prendre acte de la nouvelle dégradation de la conjoncture économique. Les inscriptions au chômage ont ainsi enregistré une hausse inattendue la semaine dernière à 885.000, quand l’indice d’activité “Philly Fed” a rechuté à 11,1 pour le mois de décembre après s’être inscrit à 26,3 en novembre.

Vivendi cède 10% d’Universal Music

L’actualité a commencé à fortement ralentir sur le marché parisien. Au sein de l’indice vedette, Vivendi (+2,4%) a profité de la cession à Tencent d’une nouvelle tranche de 10% du capital d’Universal Music Group, pour environ 3 milliards d’euros. Orange, clairement à la peine cette année en dépit du caractère défensif de son activité, s’est repris de 3,4% et Sanofi, un peu dans le même cas de figure (pénalisé par le retard de son vaccin contre le coronavirus, le labo tricolore perd plus de 10% sur l’année alors que ses ventes de médicaments ne sont guère affectées par la pandémie) a regagné 1,3%.

Inversement, Saint-Gobain a lâché 4,3% tandis que le groupe est, au même titre que des dizaines de fournisseurs, indirectement mis en cause dans le cadre d’auditions au parlement britannique concernant l’incendie de la tour Grenfell qui avait fait 79 morts en 2017 à Londres.

Coup d’accélérateur pour le vaccin d’OSE Immuno

Après Valneva en début de semaine, c’est le projet de vaccin contre le coronavirus d’OSE Immuno qui s’est retrouvé mis en avant ce vendredi par l’attribution de plus de 5 millions d’euros par Bpifrance en vue de commencer début 2021 les essais cliniques. Le titre prend 3,1%. Medincell a grimpé de son côté de 3,4% avec la publication de données sur un traitement composé d’une formulation injectable d’ivermectine (un médicament déjà homologué) permettant une administration continue.

Sur le SBF 120, Solutions 30 n’est pas parvenu à poursuivre la remontée entamée la veille, malgré la montée à plus de 5% du capital du fonds suédois Swedbank Robur Fonder, et lâché de nouveau 4,1%.

Septième semaine de hausse consécutive pour le pétrole

Soutenu par le déploiement des vaccins contre le COVID-19, le marché pétrolier évoluait à un plus haut depuis neuf mois et s’acheminait vers une septième semaine de hausse d’affilée. Peu après 18h, le baril de Brent gagnait encore 1,09% à 52,06 dollars. Celui de WTI s’échangeait à 48,99 dollars, en hausse de 1,36% par rapport à la veille.

L’euro revenait pour sa part sur sa récente envolée, en baisse de 0,28% à 1,2234 dollar.

Quentin Soubranne – ©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article