CAC 40 : Attention au piège du contre-pied !

Mots-clefs : , ,

(BFM Bourse) – Alors que le marché est commence à intégrer l’ampleur, la profondeur des mesures politiques, monétaires et budgétaires dans les principales économies de la planète, il est justement plus que temps de redoubler de prudence. Le rebond de contestation du CAC 40, qui s’est prolongé et amplifié hier (+4,47% à 4 432 points, +9,47% depuis le début de la semaine), reste fragile.

Dernière de ces mesures en date, le Sénat américain a validé le plan de relance massif de 2 000 Milliardds $ , mettant fin avec succès à de longues négociations entre parlementaires Démocrates et Républicains. Pour prendre la mesure du gigantisme de l’enveloppe, il s’agit grossièrement du double du total des mesures budgétaires post-2008.

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l’échelle mondiale, de près de 382 000 cas confirmés, et de plus de 18 900 morts, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins. Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine tend à décroître, voire chuter (validation d’un palier), et que le taux d’utilisation des capacités de production reprend pleinement le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l’échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l’activité économique. Les quatre principales puissances économiques de la Zone Euro (Allemagne, France, Italie, Espagne) sont particulièrement touchées. 6 820 décès sont à déplorer en Italie.

Au chapitre macroéconomique, publié hier matin, l’indice IFO (climat des affaires dans la 1ère économie de la Zone Euro) s’est sans surprise effondré, encore plus qu’en données préliminaires, à 86.1 ce mois-ci, au plus bas depuis près de onze ans. Outre Atlantique, les commandes de biens durables (hors équipements de transports) sont ressortis en données définitives pour le mois de février, en net repli de 0.6%.

Pour rappel mardi,, les investisseurs sont passées outre les PMI en chute libre. En toutes premières estimations pour le mois en cours, le PMI manufacturier en Zone Euro est ressorti à 44.8, au-delà des attentes, largement au-dessus de la composante services qui s’est effondrée à 28.4, au plus bas depuis… la création de l’indicateur ! Des contractions beaucoup moins importantes sont à signaler sur ces mêmes indicateurs outre Atlantique.

Côté valeurs, un certain nombre de dossiers bancaires (ou assurances) ont vivement accéléré leur rebond technique mercredi, à l’image de BNP-Paribas (+7,99% à 30,00 euros) Société Générale (+11,4% à 17,302 euros), Natixis (+16,92% à 3,13 euros), ou CNP (+23,22% à 10,19 euros). Un effet Bêta actuel est particulièrement important sur le secteur aéronautique, dont la puissance de la réaction de contestation s’analyse à l’aune des pertes abyssales initiales. Ainsi, Safran, victime boursière emblématique de la crise sanitaire, a bondi de 18,85% à 81,98 euros.

Sur le compartiment B, des flambées de cours également à signaler, sur des critères techniques, à l’image de Solocal Group (+28,79% à 0,2420) déjà en lourde tendance baissière initiale et massacré depuis la chute du marché dans son ensemble dès le 24 février.

De l’autre côté de l’Atlantique, les principaux indices sur actions ont terminé la séance de mercredi en ordre “dispersé”: le Dow Jones a gagné 2,39% à 21 200 tandis que le Nasdaq Composite, à forte “dominante” technologique, s’est contracté de 0,45% à 7 384 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l’appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a grignoté 1,15% à 2 475 points. Une mèche haute (ombre haute) significative est à signaler sur l’ensemble de ces indices phare.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0910$ . Le baril de WTI, un baromètre de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 23,90$ .

À l’agenda statistique ce jeudi, à suivre en priorité le bulletin économique de la BCE à 10h00, et pour les Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage les stocks des grossistes, la balance commerciale des biens, et le PIB à 13h30.

A signaler pour les détenteurs de positions au RD: La liquidation mensuelle interviendra à la clôture de la séance du jour. Ce jeudi 26 mars marque donc le dernier jour de négociation des ordres SRD pour le mois en cours.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Voici un rappel des conclusions de l’analyse technique proposée hier sur l’indice phare français:

Dans l’immédiat, nous nous attendons à une poursuite de ce rebond à très court terme, mais émettons les réserves les plus grandes quant au scénario d’un retournement haussier durable, jugé trop précoce en l’absence d’un faisceau de signaux techniques, graphiques et comportementaux convergents.

Il s’agit désormais de ne pas se faire piéger. Autrement dit, attention au contre-pied.Nous mettons à ce stade en garde les investisseurs contre la tentation d’un retour prématuré sur le marché, alors qu’un certain appétit peut être déclenché par la vue de flambée à deux chiffres de certains dossiers hier et avant hier (CNP, SAF, etc).

A ce stade, il convient de replacer le récent rebond technique dans sin contexte: il s’agit d’une puissante contestation d‘un mouvement vendeur de fond. La tendance baissière (cadre de travail général) n’a pas été remise en question sur le plan technique. Dans ces conditions, la formation d’un rééquilibrage des cours avant une rechute est l’option privilégiée.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l’indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l’indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 4603.00 points.

Graphique en données horaires

CAC 40 : Attention au piège du contre-pied ! (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Attention au piège du contre-pied ! (©ProRealTime.com)

©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article