CAC 40 : Dans un marché en sommeil, la Bourse de Paris grappille encore quelques points

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC 40 boucle une nouvelle séance au-dessus des 6.000 points, à la faveur d’une maigre avance de 0,13%, dans un marché déserté par les investisseurs et qui sombre dans l’anémie entre Noël et Nouvel An.

Dans un volume d’échanges encore restreint (1,9 milliard d’euros), la Bourse de Paris a maintenu sa tendance de fond haussière après la pause de Noël, soutenue par l’espoir d’une signature imminente d’un accord commercial partiel entre la Chine et les États-Unis. Le CAC 40 a ainsi encore grappillé 0,13% à 6.037,39 points. Sans actualité marquante, les signaux émanant des officiels chinois sont venus rappeler aux investisseurs (les rares d’entre eux présents dans les salles de marché) qu’il n’était pas question de passer vendeur en cette fin d’année, avec une déclaration d’un porte-parole du ministre chinois de l’Agriculture affirmant que la Chine était toute proche de signer la Phase 1 du fameux accord avec les États-Unis.

Mais la phase 2, qui reste à négocier, s’annonce particulièrement délicate car elle concerne les transferts de technologie, rappelle John Plassard chez Mirabaud Securities. La crainte des investisseurs est maintenant de savoir si les performances quasi-bouclées pour 2019 pourront à nouveau se répéter l’année prochaine.

En attendant, le CAC 40 a donc poursuivi son rallye de Noël, portant son avance à 27,6% depuis le 1er janvier. Une performance exceptionnelle, en ligne avec celle des principaux indices new-yorkais, soit +29,3% pour le S&P 500 +36% pour le Nasdaq Composite. Ce dernier, à dominante technologique, a d’ailleurs franchi jeudi le seuil des 9.000 points pour la première de son histoire, au terme d’une 11e séance consécutive de hausse, ce qui n’était plus arrivé depuis juillet 2009. Les indices US “ont aussi fortement bénéficié de la progression d’Amazon (+4,5%) qui a indiqué avoir connu la meilleure saison des fêtes de fin d’année de son histoire, marquée par l’expédition de plusieurs milliards de colis et annoncé avoir embauché plus de 250.000 personnes, à plein temps et à temps partiel, lors de la saison des fêtes de fin d’année” souligne Mirabaud Securities.

En cette fin d’année, les Bourses mondiales semblent donc bien décidées à faire fi des points d’interrogation qui subsistent sur la croissance mondiale, qui dépendra fortement de la poursuite du bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi que de la suite du Brexit. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est dite, dans le quotidien Les Echos, “très inquiète” de la faisabilité de négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne d’ici à la fin 2020 vu le peu de temps (onze mois) qui reste.

Les biotechs toujours recherchées en cette fin d’année 2019

Sans surprise à cette période, l’actualité a tourné au ralenti. Le CAC a été principalement porté par un secteur du luxe bien orienté sur fond de trêve commerciale (+0,9% pour LVMH, +0,6% pour l’Oréal et Kering) alors qu’Airbus a grignoté 0,1%, face aux difficultés persistantes de son concurrent américain. De fait, quelques jours après le directeur général Denis Muilenburg, c’est le responsable des indemnisations liées aux crashs des B737 MAX et ancien directeur juridique de Boeing, Micheal Luttig, qui démissionne alors que des documents de l’avionneur américain, actuellement examinés par une commission gouvernementale, mettraient en évidence une “image très inquiétante” de la sécurité dans la production du 737 MAX, cloué au sol depuis le printemps 2019 après deux crashs qui ont fait 346 victimes. Au sein de l’indice phare, Unibail-Rodamco (+1,1%) a fini sur la première marche du podium.

Comme depuis le début du mois de novembre, les biotechs ont encore animé la cote parisienne vendredi, comme en témoigne le palmarès du SRD à la clôture (+10,7% pour Erytech Pharma, +9,4% pour Abivax, +4,4% pour DBV Technologies, +4% pour Ameoba ou encore +5,4 pour Genfit). Entouré, ce secteur semble (enfin) entrevoir le bout du tunnel et termine bien mieux l’année qu’il ne l’avait commencé.

Également à noter, la hausse de Lumibird (+1,9%, après avoir bondi de 12% mardi) alors que le champion français des lasers industriels et médicaux poursuit ses emplettes avec le projet de rachat des activités laser et ultrason de l’australien Ellex Medical pour 100 millions de dollars australiens (environ 62 millions d’euros). Cette opération devrait donner naissance à un nouveau leader mondial des technologies laser et ultrason pour le diagnostic et le traitement des maladies oculaires.

Enfin, sur le marché des changes, la monnaie unique s’appréciait (très) nettement face au billet vert mercredi, en s’adjugeant pas moins de 0,82% à 1,1178 dollar vers 18h15.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article