CAC 40 : Dopé par la reprise des négociations commerciales, le CAC 40 accélère (+1,27%)

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – La reprise des négociations commerciales sino-américaines permet au marché parisien d’accentuer ses gains enregistrés la veille, avec une hausse de 1,27% à 5.569,05 points en clôture. Et ce alors que les sujets de contentieux entre les deux puissances économiques demeurent toujours aussi nombreux. Le CAC a également pu compter sur le soutien du secteur du luxe, en forte progression dans le sillage des résultats de LVMH.

Alors que les pourparlers commerciaux entre la Chine et les États-Unis ont repris dans le plus grand flou jeudi à Washington, les Bourses mondiales gagnent du terrain sur fond de sempiternels espoirs d’avancées, bien que les deux parties campent peu ou prou sur leurs positions, à première vue irréconciliables. Le CAC 40 accentue donc son rebond de la veille (+0,78%) en clôturant en hausse de 1,27% à 5.569,05 points, dans un volume d’échanges relativement nourri de 3,7 milliards d’euros.

Les opérateurs ont donc de nouveau les yeux rivés vers Washington, où Donald Trump a annoncé jeudi qu’il rencontrerait vendredi à la Maison Blanche Liu He, le vice-premier ministre chinois, actuellement dans la capitale américaine pour diriger les nouvelles négociations et tenter de sortir de l’impasse de la guerre commerciale. “Grand jour pour les négociations avec la Chine. Ils veulent nouer un accord, mais est-ce que j’en ai envie ? Je rencontre le vice-premier ministre demain à la Maison Blanche”, a tweeté le président républicain alors que les discussions ont repris jeudi dans les bureaux du représentant américain au commerce (USTR).

Et malgré les larges sourires affichés et les chaleureuses poignées de mains échangées entre le représentant américain au commerce Robert Lightizer, le vice-Premier ministre chinois Liu He et le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, les sujets de contentieux demeurent nombreux. Washington exige toujours de Pékin qu’elle cesse ces pratiques commerciales jugées “déloyales” (transfert forcé de technologie et subventions aux entreprises chinoises notamment), deux points sur lesquels le gouvernement chinois s’est jusque là montré inflexible. Pour rappel, ces négociations se déroulent alors que les droits de douane américains sur 250 milliards de produits chinois doivent passer de 25% à 30% mardi prochain…

Pour l’heure, Pékin aurait seulement consenti à une concession sur l’achat de produits agricoles américains, une concession jugée suffisante pour entrevoir un accord partie, bien que Donald Trump ait rappelé lundi sa préférence pour “un grand accord”.

Dans l’autre actualité brûlante, celle du Brexit, le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar entrevoient “un chemin vers un possible accord” sur la question de la frontière irlandaise, ont-ils annoncé dans une déclaration commune après une rencontre jeudi. À trois semaines tout rond de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, les deux dirigeants ont notamment estimé avoir eu une “discussion constructive”. D’après un journaliste du quotidien Irish Times, celle-ci aurait en particulier donné lieu à un “mouvement significatif” de la partie britannique sur la question de la frontière.

Du côté des indicateurs, en France, la production industrielle s’est de nouveau repliée en août (-0,9%) selon les chiffres de l’Insee, effaçant largement le sursaut du mois de juillet (+0,3%), alors que les économistes interrogés par Reuters misaient plutôt sur une nouvelle hausse de 0,3% en août. Outre-Rhin, l’Allemagne a subi le même mois un repli prononcé de ses exportations (-1,8%), ce qui a réduit son excédent commercial (à +18,1 milliards d’euros après 20,5 milliards en juillet). Enfin, au Royaume-Uni, Le produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni s’est contracté de 0,1% en août sur un mois, signe que l’économie est à la peine à l’approche du Brexit, a annoncé jeudi l’Office des statistiques nationales (ONS).

+5,6% pour LVMH après un 3e trimestre impressionnant

Les ventes du géant mondial du luxe ont crû de 17% au troisième trimestre, dont 11% de croissance organique, une performance encore une fois exceptionnelle et supérieure aux attentes dans un contexte de marché pourtant délicat, entre incertitudes géopolitiques et craintes sur la croissance mondiale. En réaction à cette nouvelle publication plus que convaincante, le titre LVMH -deuxième pondération de l’indice phare- bondit de 5,6% en clôture. Les résultats dévoilés par le n°1 mondial du secteur profitent aux autres valeurs du luxe sur la cote parisienne, les investisseurs étant rassurés de voir que les signes de ralentissement de l’économie mondiale n’ont pas pesé sur l’activité du groupe présidé par Bernard Arnault. Dans le sillage de LVMH, Kering prend ainsi 4,2% alors qu’Hermès limite son avancée à 1,3%.

Les espoirs d’avancées commerciales portent également des valeurs comme ArcelorMittal (+6,2%), Peugeot (+3,5%), Valeo (+3,8%) ou encore Eramet (+3,2%).

Peu de mouvements à signaler sur le reste de la cote. Saint-Gobain (+4,1%) profite d’un relèvement de recommandation de la part de Morgan Stanley, qui estime que les marges du spécialiste tricolore de la production, de la transformation et de la distribution de matériaux devraient être portées par les restructurations.

Également à souligner, le net rebond du titre Pixium Vision (+15,6%), deux jours après le cri d’alarme de son directeur financier.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut restent bien orientés après leur timide rebond entrepris mercredi. À 18h10, le baril de Brent s’échange à 58,86 dollars (+0,93%), tandis que celui de WTI prend 1,50% à 53,38 dollars.

Enfin, sur le marché des changes, le dollar est clairement orienté à la baisse jeudi matin et l’euro en profite pour remonter au dessus du seuil de 1,10 dollar (+0,43% à 1,1021 dollar).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article