CAC 40 : La Bourse de Paris a subi une quatrième semaine consécutive de baisse

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris a abandonné 2,3% cette semaine, en prenant en compte une nouvelle baisse de 1,6% vendredi. Valeo a été particulièrement sanctionné après avoir dégradé pour la deuxième fois depuis cet été ses objectifs financiers, rejoignant Atos, Bouygues, Michelin ou Renault au bataillon des entreprises confrontées à une brutale dégradation de leurs marchés.

Le rebond (+1,6%) enregistré jeudi a fait figure d’exception dans une série baissière sur le CAC 40 cette semaine. Vendredi, l’indice phare tricolore a reperdu 1,29% à 4967,37 points, un plus bas depuis début mars 2018, soit 2,3% de repli hebdomadaire. Encore l’indice a-t-il quelque peu limité les dégâts en fin de séance, puisqu’il était passé en séance sous la barre de 4900 points, avant de réduire ses pertes à l’image de Wall Street.

Outre-Atlantique, les principaux indices limitaient en effet quelques peu leur recul, à -1,3% pour le Dow Jones au moment de la clôture parisienne, -1,7% pour le S&P 500 et -2% pour le Nasdaq (contre près de -3% plus tôt en séance).

Après une vague de publications décevantes jeudi post-clôture, y compris de la part des géants de la tech Amazon et Alphabet (maison-mère de Google) les indices européens ont reculé dès le début de la séance, tandis qu’aucun progrès notable ne se manifeste sur le front des principaux facteurs d’inquiétude pour l’économie mondiale (guerre commerciale, dissensions européennes, géopolitique…)

Valeo révise ses objectifs et dévisse

A Paris, Valeo a sombré de 21% à 23,59 euros, au plus bas depuis octobre 2013, après avoir abaissé ses objectifs 2018 pour la deuxième fois en trois mois. Le groupe n’attend plus qu’un marché automobile stable cette année, au lieu d’une hausse jusqu’à 2% envisagée en début d’année, et prend des mesures pour réduire ses coûts et ses investissements. Dans son sillage, tout le secteur a flanché, notamment Plastic Omnium (-5,5%) et Faurecia (5,74%), l’annonce par ce dernier du rachat de Clarion passant au second rang dans ce contexte.

Le producteurs de petits équipements ménagers SEB a pour sa part livré des prévisions contradictoires, puisqu’il relève à nouveau son objectif de croissance sur fonds de gains de parts de marché, mais l’effet devises, les matières premières et des investissements marketing soutenus limiteront l’amélioration de son résultat opérationnel. Le titre a lâché 10,94%.

Le secteur pétrolier en difficulté

Les craintes sur l’économie mondiale entraînant un nouveau recul du pétrole, jusqu’à moins de 76 dollars en séance pour le baril de Brent, le secteur pétrolier et parapétrolier a aussi été à la peine. TechnipFMC a cédé 5,3% au surlendemain de ses trimestriels, Vallourec a perdu 1,85% et Total 1,5%.

De rares éclaircies se sont toutefois fait jour, avec un bond de 15,36% d’Altran, qui bénéficie d’une forte croissance organique accrue par l’effet de l’intégration d’Aricent. Edenred a crû de 4,4% après avoir fait savoir qu’il n’entendait pas miser sur Ingenico. Saint-Gobain a grimpé de 1,5%, après avoir confirmé pour sa part ses objectifs 2018. Par ailleurs, les investisseurs se sont portés vers des valeurs appartenant à des secteurs économiques dits défensifs comme la distribution (+2,7% pour Casino) ou la pharmacie (+1,1% pour Ipsen et Genfit).

Enfin, sur le marché des changes, l’euro a modérément progressé face au dollar, à 1,1408 (+0,29%).

Guillaume Bayre – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article