CAC 40 : La Bourse de Paris boucle à l’équilibre une séance sans relief

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le baromètre de la cote parisienne a terminé à l’équilibre (+0,01%), jeudi, une séance au cours de laquelle l’indice a eu du mal à choisir une direction, coincé entre l’attente de nouvelles informations sur le front commercial sino-américain et le net rebond du pétrole brut.

Freiné la veille par de nouvelles craintes sur les perspectives de croissance de l’économie mondiale sur fond de blocage des discussions sino-américaines, l’indice phare parisien aurait très probablement enchaîné un deuxième repli consécutif, jeudi, sans le rebond inopiné du pétrole qui a porté les valeurs liées aux matières premières. Sans conviction à la mi-séance (+0,1% vers 12h30), le CAC 40 a poursuivi sans élan dans l’après-midi pour boucler la séance à l’équilibre (+0,01%) à 5.375,63 points, dans un volume d’échanges faible de 2,9 milliards d’euros.

Après déjà neuf mois de rebondissements, les opérateurs désespèrent de recevoir des signaux de détente entre la Chine et les États-Unis, alors qu’approche le prochain sommet du G20 les 28 et 29 juin au Japon. Il n’est même plus certain que Donald Trump et Xi Jinping se retrouvent pour des discussions bilatérales à cette occasion, et le président américain a répété qu’il n’était pas question d’envisager un accord avant de revenir aux bases de négociations qui prévalaient avant la rupture de début mai. Dans ce contexte, les espoirs des investisseurs reposent toujours sur un geste prochain de la Réserve fédérale américaine. La faiblesse de l’inflation mesurée le mois dernier outre-Atlantique renforce d’ailleurs la perspective d’une baisse rapide des taux directeurs.

L’autre élément qui a occupé l’esprit des opérateurs et contrebalancé les ondes négatives envoyées par le dossier commercial sino-américain est le très net rebond des cours du pétrole, à Londres comme à New York (+3% pour le baril de Brent de mer du Nord comme pour celui de WTI texan vers 18h), qui s’est logiquement répercuté sur les entreprises du secteur. À l’origine de la hausse des cours du brut, deux tankers, norvégien et japonais, ont été la cible jeudi d’une attaque d’origine indéterminée en mer d’Oman, en plein Golfe, une région déjà sous tension du fait de la crise entre les Etats-Unis et l’Iran. Cet événement est survenu un mois quasiment jour pour jour après des attaques contre quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats arabes unis, acte pour lequel Téhéran a été montré du doigt par Washington.

Soitec, Thalès et les valeurs liées aux matières premières se détachent

Malgré l’impasse commerciale dans laquelle se trouvent Pékin et Washington, plusieurs dossiers étaient tout de même recherchés sur le marché parisien. Soitec s’adjuge 4,4% tandis que l’industriel isérois a dit vouloir doubler ses ventes en trois ans, après avoir enregistré un bon de ses résultats pour l’exercice 2018-2019 (clos en mars).

La mise à jour des objectifs financiers de Thales, intégrant l’activité de Gemalto, sont aussi bien accueillis : +1,4% pour le titre. De même, la journée investisseurs d’Imerys vaut au titre un gain de 2,2%. Le spécialiste des minéraux industriels cible une croissance organique annuelle de 2,2% par an d’ici 2022, couplée à une amélioration des marges.

Au sein de l’indice phare, le sidérurgiste ArcelorMittal (+2,3%) et le parapétrolier TechnipFMC (+2,1%) trustent les premières places du palmarès, seulement devancés par Michelin (+2,7%), contrairement au supermajor Total dont le titre avait chuté mercredi (-2,6%) en réaction au plongeon des cours du brut mais n’a pas rebondi comme l’a fait le pétrole brut jeudi (+0,06%).

En repli de 1,1% mercredi à l’annonce de l’acquisition de l’américain Medidata pour 5,8 milliards d’euros, Dassault Systèmes s’offre un rebond de 2,1%.

L’histoire de la fusion avortée Fiat – Renault pas terminée?

Jean-Dominique Senard, le nouveau patron de Renault, ne sort pas diminué de l’épisode Fiat. Le dirigeant a fermement défendu son approche face à l’Etat français lors de l’assemblée générale du groupe, au cours de laquelle les actionnaires ont massivement ratifié sa reconduction en tant que président et son entrée au conseil d’administration. Renault progresse de 1,1%, beaucoup pariant que l’histoire n’est pas terminée alors que Jean-Dominique Senard et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire se sont rencontrés ce jeudi.

Sur le segment des biotechs, Adocia poursuit son rebond (+6,7%, meilleure performance du SRD et désormais au plus haut depuis avril 2018), AB Science grimpe de 3% après l’avis d’un comité permettant la poursuite d’un essai de son masitinib dans le cancer du pancréas et Sensorion monte de 5,4% après avoir bouclé la plus grosse levée de fonds de son histoire, auprès de deux investisseurs de renom.

Sur le Forex, la monnaie unique lâche de nouveau un peu de lest face au billet vert (-0,15% à 1,1275 dollar).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article