CAC 40 : La Bourse de Paris clôt la semaine sur une note négative

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC 40 a terminé la semaine sur un léger recul (-0,15%), les bons indicateurs américains n’ayant pas suffi à compenser les mauvaises nouvelles en provenance de Chine alors que les négociations commerciales entre les deux principales puissances économiques au monde sont toujours au point mort.

La Bourse de Paris boucle sa dernière séance de la semaine sur un léger recul de 0,15% à 5.367 points, dans un volume d’échanges faible de 2,85 milliards d’euros, au lendemain d’une séance terminée à l’équilibre (+0,01%). Peu perturbés par l’escalade des tensions entre l’Iran et les États-Unis, les opérateurs restent focalisés sur l’évolution du contentieux commercial sino-américain, qui semble toujours dans l’impasse.

Déjà incités à la retenue par l’enlisement de ce dossier commercial, les investisseurs ont encore été refroidis par la publication de mauvais indicateurs en provenance de Chine, où la production industrielle a notamment touché un creux de plus de 17 ans (depuis février 2002) au mois de mai, avec une croissance de +5% (contre +5,4% en avril), quand les économistes interrogés par Bloomberg anticipaient une croissance de 5,5%. En parallèle, l’investissement en actifs immobilisés a également augmenté moins que prévu (+5,6% contre un consensus à +6,1%), a annoncé le Bureau national de la statistique. Seules les ventes au détail ont dépassé le consensus en affichant une croissance de 8,6%, de 0,5% supérieure aux prévisions des analystes. De telles données ne peuvent que renforcer la volonté de Pékin de mettre en place de nouvelles mesures pour stimuler son économie, pour amortir les effets du bras de fer avec Washington.

Le reste de l’actualité internationale est dominée par la situation dans le golfe d’Ormuz, au large de l’Iran, où deux pétroliers ont été attaqués jeudi, faisant craindre un nouvel embrasement dans la région. Le marché reste donc attentif à l’intensité des tensions qui règnent entre Washington et Téhéran, le premier accusant le second d’être “responsable” des attaques. En retour, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a accusé sur Twitter les Etats-Unis “de sabotage diplomatique et de maquillage de son terrorisme économique contre l’Iran”, son ministère jugeant “sans fondement” les accusations d’une implication iranienne dans les attaques.

Dans l’après-midi, les opérateurs ont pris connaissance de nouveaux indicateurs, cette fois en provenance des États-Unis, où les ventes au détail ont progressé de 0,5% en mai selon des données du département du Commerce. Si ce chiffre est inférieur au consensus (+0,7%), il a tout de même été accueilli avec soulagement par le marché, d’autant que l’estimation du mois d’avril a été nettement révisé à la hausse. La production industrielle américaine a également rebondi (+0,4% contre +0,2% anticipé par les analystes) selon les chiffres de la Fed, alors que la production manufacturière a enregistré sa première hausse mensuelle de l’année (+0,2% après avoir reculé de 0,5% en avril).

Wall Street dans le rouge, plombé par la Chine et les semi-conducteurs

La Bourse de New York baissait à l’ouverture vendredi après l’annonce d’un essoufflement de la production industrielle chinoise en mai, les investisseurs surveillant par ailleurs les tensions géopolitiques en mer d’Oman après une attaque contre deux navires. Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,15% vers 18h, quand le S&P lâchait 0,25% et le Nasdaq, à dominante technologique, affichait la plus forte baisse (-0,5%).

STMicro plombé par Broadcom, les banques et l’automobile dans le rouge

Les secteurs les plus sensibles à la thématique commerciale souffrent vendredi matin à la Bourse de Paris, à l’image des secteurs automobiles et bancaires. Valeo, qui va céder sa place à Thalès au sein de l’indice phare, cède 2,4% et Peugeot lâche 0,9%. Les valeurs du secteur bancaire reculent aussi, à l’instar de Société Générale (-1,1%) et Crédit Agricole (-0,9%).

La plus mauvaise performance de la journée était celle de STMicroelectronics, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs abandonnant 3,2% en réaction à l’avertissement de son concurrent américain Broadcom sur ses résultats annuels.

Sur le SRD, la doyenne des biotechs françaises Transgene veut lever 50 millions d’euros afin d’étendre sa visibilité financière jusqu’en 2022 et propose à ses actionnaires de souscrire à des actions nouvelles avec une décote de 20% sur le dernier cours. La filiale cotée de l’Institut Mérieux cède 5,8%.

Enfin, GL Events profite de la signature de cinq nouveaux contrats pour relever ses objectifs annuels. Le titre du spécialiste de l’événementiel prend 5,5%, meilleure performance du SRD (hors Rallye).

Sur le marché pétrolier, l’heure est à la poursuite du rebond sur fond de tensions géopolitiques entre l’Iran et les États-Unis. Vers 18h, le baril de Brent affiche un gain de 1,47% à 62,25 dollars quand le baril de WTI progresse de 1,09% à 52,77 dollars.

Côté devises, la monnaie unique abandonne 0,54% face au billet vert, à 1,1217 dollar.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article