CAC 40 : La Bourse de Paris continue de déprimer et repasse sous les 5000 points

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC 40 a terminé en forte baisse (-1,36%) mercredi, dans le sillage de la nette chute des marchés américains la veille, alors que de nombreuses incertitudes économiques et politiques demeurent.

Au lendemain d’un repli de 0,82%, le CAC 40 s’enfonce un peu plus mercredi, avec une baisse de 1,36% à 4.944,37 poinst (-68,29 points), dans un volume d’échanges limité de trois milliards d’euros, alors que Wall Street restait fermé aujourd’hui en raison des obsèques nationales de George W.H. Bush, ce qui laisse peu de place aux initiatives.

Mardi soir, la Bourse américaine a subi un coup de tabac dans la crainte d’un possible ralentissement de l’économie américaine, avec des signes d’inversion de la courbe des taux sur le marché obligataire. L’écart entre les rendements des bons du Trésor américains à échéance 2 ans et ceux à échéance 10 ans est en effet passé à moins de 10 points de base pour la première fois depuis dix ans. Les analystes redoutent que la courbe des taux s’inverse prochainement, une configuration -où les taux courts rapportent davantage que les taux longs- qui a historiquement annoncé de nombreuses récessions.

À cela se sont ajoutés les doutes quant à la capacité de Pékin et Washington de parvenir à un accord commercial viable à long-terme après la trêve de 90 jours décrétée en marge du G20 le week-end dernier. Mais alors que les tweets de Donald Trump à propos de ces négociations commerciales avaient fait vaciller le marché mardi, le président américain s’est voulu rassurant mercredi, toujours sur son réseau social préféré alors que Pékin a promis des efforts pour parvenir rapidement à un accord. Une annonce accueillie avec soulagement par Donald Trump qui a souligné les « signaux forts » envoyés par la Chine. Le président américain faisant surtout référence au fait que Pékin s’est dit prêt à « recommencer à acheter immédiatement des produits américains ».

Côté européen, plusieurs dossiers restaient sur la table et incitaient les investisseurs à la prudence, à commencer par le Brexit. La Première ministre britannique Theresa May a été accusée mercredi d’avoir cherché à « induire en erreur » les parlementaires sur l’accord de Brexit, pour avoir initialement refusé de publier un avis juridique susceptible de renforcer l’opposition au texte. Sa ratification par la Chambre des Communes lors du vote prévu le 11 décembre apparaît donc plus incertaine que jamais.

Semi-conducteurs et constructeurs automobiles à la peine

Sur la place parisienne, le secteur des semi-conducteurs accuse le coup avec une chute de 3,34% pour STMicroelectronics et de 3,88% pour Soitec. Au rayon des baisses, les constructeurs automobiles ont également souffert mercredi puisque Peugeot cède 3,44% quand le titre Renault abandonne 1,01% à la suite de l’annonce du parquet de Tokyo qui va requérir un nouveau mandat d’arrêt contre Carlos Ghosn sur de nouveaux soupçons de minoration de revenus, selon des médias japonais.

Globalement, près des trois quarts des titres de la cote parisienne s’affichaient en repli mercredi. Tarkett chute lourdement (-5%) alors que JPMorgan a dégradé directement son conseil de surpondérer à sous-pondérer sans passer par neutre. Les parapétrolières CGG (-6,4%), Vallourec (-2,3%) et TechnipFMC (-3,4%) subissent le contrecoup de l’avertissement du numéro 1 mondial Schlumberger (-2%), au motif d’une baisse des prix dans l’activité de fracturation hydraulique aux Etats-Unis. Les fluctuations des cours du pétrole n’aident pas le segment puisque après avoir pris plus de 2% à son plus haut intraday mardi, le baril a terminé la journée en recul de plus de 1%, dans l’hypothèse que les pays de l’Opep échouent à trouver un accord de réduction de la la production lors de leur rencontre à Vienne jeudi et vendredi.

La société de conseil en innovation Altran a creusé ses pertes dans l’après-midi (-8%) à l’annonce du départ de Frank Kern, l’ancien patron d’Aricent, qui avait obtenu la direction de la branche Amérique du Nord d’Altran à la suite du rachat de sa société. Une opération à 1,7 milliard d’euros conclue l’an dernier, qui pour le moment a surtout valu des ennuis à Altran avec la découverte l’été dernier de commandes fictives pour un montant de 10 millions de dollars.

Par ailleurs les inquiétudes relatives à l’économie américaine entraînent un recul assez généralisé sur des titres exposés comme Saint-Gobain (-2,9%) ou Axa (-2,8%).

Air France fait du yo-yo

Le segment des biotechs se montre très partagé entre une chute de plus de 64% pour Cerenis après un nouvel échec clinique ou une nouvelle progression de 4% de Quantum Genomics (+175% depuis début fin septembre).

Du côté des plus rares hausses, l’action Elior (+7,6%) parvient à rebondir, tandis qu’Air France-KLM recule de 0,4% après avoir pourtant bondi de 1,6% dans la matinée à la suite de l’annonce du changement de minorité au sein du principal syndicat de pilotes d’Air France. Enfin, Pixium Vision signe la meilleure performance sur le SRD mercredi (+8,7%).

Sur le marché pétrolier, à la veille de la réunion de l’Opep et de ses partenaires (dont la Russie), le cours du baril d’or noir s’est une nouvelle fois montré très volatil. Vers 18h30, celui de Brent européen gagnait 1,66% à 62,33 dollars quand celui de WTI américain prenait 1,67% à 53,46 dollars.

Sur le marché des changes, le calme règne avec une parité euro/dollar quasi-inchangée à 1,1352 (+0,1%).

Quentin Soubranne – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article