CAC 40 : La Bourse de Paris finit en hausse avant un week-end de Pâques prolongé

Mots-clefs : , , , , , , ,

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) – La Bourse de Paris a achevé le trimestre sur une note positive jeudi (+0,72%), les investisseurs retrouvant un peu d’enthousiasme à la veille d’un week-end de Pâques de quatre jours.

L’indice CAC 40 a gagné 36,86 points à 5.167,30 points, dans un volume d’échanges étoffé de 4,2 milliards d’euros. La veille, il avait fini en légère hausse de 0,29%.

La cote parisienne a ouvert en hausse et a ensuite accentué ses gains au terme d’une semaine volatile. Depuis la clôture vendredi dernier, l’indice a gagné 1,41%.

« Le marché rebondit aujourd’hui, sans que l’on puisse distinguer clairement s’il s’agit de réajustements techniques liés à la fin du mois et à la fin du trimestre, ou bien de l’amorce d’un rétablissement plus durable au terme d’un trimestre difficile », relève auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

Pénalisé en début de semaine par la chute de l’indice technologique américain Nasdaq, le CAC 40 a finalement réussi à rebondir ce jeudi, aidé en cela par une reprise de Wall Street.

Mais plus globalement, l’ensemble du trimestre a été compliqué pour la place parisienne, à l’instar des autres marchés boursiers. Depuis le début de l’année, la cote parisienne a limité ses pertes à 2,73%, mais la volatilité a été forte entre un plus haut en séance le 23 janvier à 5.567,03 points et un plus bas le 26 mars à 5.043,27 points.

« Après un très bon mois de janvier, les marchés européens ont baissé significativement en février et en mars avec de nombreux sujets d’inquiétude », rappelle M. Larrouturou, énumérant les incertitudes géopolitiques, les tensions protectionnistes ou encore le manque de visibilité sur le retour ou pas de l’inflation.

« Le scénario simple et positif de début d’année s’est retrouvé remis en cause très rapidement par l’ensemble de ces incertitudes », ajoute-t-il.

Le week-end prolongé de Pâques, de vendredi à lundi, devrait donc représenter quelques jours de répit bienvenus pour les investisseurs.

Du côté des indicateurs, l’agenda était essentiellement américain. Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis sont tombées à leur plus bas niveau en 45 ans, surprenant les analystes qui s’attendaient à une légère hausse.

Par ailleurs, l’inflation sur un an dans le pays est parvenue au plus haut depuis onze mois en février, à 1,8%, selon l’indice PCE. En Allemagne, la hausse des prix à la consommation a progressé en mars à 1,6% sur un an, après 1,4% en février.

Sur le terrain des valeurs, Sodexo a plongé de 15,69% à 81,90 euros, lourdement pénalisé après avoir abaissé ses prévisions financières annuelles.

Renault a pour sa part bondi de 5,79% à 98,50 euros, alors que selon Bloomberg, le groupe et son partenaire japonais Nissan seraient en discussions pour fusionner et donner naissance à un seul groupe automobile avec une unique cotation. Dans son sillage, Peugeot a gagné 3,38% à 19,55 euros.

Le secteur lié aux matières premières a fini sur un net rebond à l’image d’ArcelorMittal (+4,13% à 25,70 euros) et TechnipFMC (+1,90% à 23,63 euros).

SES a quant à lui baissé de 4,60% à 10,99 euros, pénalisé par un abaissement de son objectif de cours par Barclays.

Neopost a bénéficié (+3,08% à 21,40 euros) d’une reprise de suivi à « sur-performer » par MainFirst Bank AG.

Amplitude Surgical a reculé de 4,94% à 3,85 euros, affecté par l’alourdissement de ses pertes au premier semestre de son exercice décalé.

Voltalia a à l’inverse profité (+4,75% à 9,70 euros) de la multiplication par près de 6 de son bénéfice net en 2017, à 3,5 millions d’euros.

MND s’est enfoncé de 11,32% à 4,89 euros, affecté mécaniquement par l’annonce du lancement d’une augmentation de capital pouvant atteindre 30,4 millions d’euros.

Avec AFP

Actu et Conseils – Trading Sat

Partager cet article