CAC 40 : La Bourse de Paris limite les pertes et préserve les 4.800 points

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC 40 a effacé une bonne partie de ses pertes matinales dans l’après-midi, jeudi, pour boucler une séance qui était mal engagée en très léger repli de 0,16% à 4.805 points.

À la clôture, l’indice phare de la place parisienne accuse un très léger recul, à -0,16% et 4.805,66 points, après avoir cédé plus de 1% au cours de la matinée. Cette baisse fait suite à deux nettes progressions pour le CAC (+1,15% mardi et +0,84% mercredi). Le volume d’échanges est lui retombé à 2,7 milliards d’euros, les incertitudes persistantes quant à l’évolution des négociations commerciales entre Pékin et Washington ne favorisant pas la prise de risque chez les opérateurs.

Les marchés attendaient en effet beaucoup des négociations entre émissaires chinois et américains menées de lundi à mercredi. Mais si celles-ci ont permis de “poser les bases” d’un accord, selon une déclaration jeudi du ministère chinois du Commerce qui a décrit ces discussions comme “approfondies et détaillées”, peu de résultats concrets ont été annoncés. Pour l’heure, la Chine s’est seulement engagée à acheter des produits agricoles et énergétiques ainsi que des biens manufacturés et des services aux Etats-Unis pour un “montant substantiel”.

“Malgré les développements positifs dans les négociations commerciales, le marché n’est toujours pas convaincu que les différends commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine vont bientôt se terminer”, résume Hiroyuki Ueno, chargé de stratégie chez Sumitomo Mitsui Trust Asset Management. “Il n’y a simplement pas de preuve concrète que les discussions entre les Etats-Unis et la Chine se soient en fait bien déroulées”, indique de son côté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

La Chine inquiète encore

Autre élément susceptible d’expliquer la morosité et la prudence des marchés actions jeudi : les nouveaux indicateurs économiques en provenance de Chine, qui n’incitent pas à l’optimisme. Entre la hausse des prix à la production qui a été freinée en décembre pour atteindre son plus bas niveau en deux ans et les ventes de voitures neuves dans le pays, longtemps moteur de la croissance automobile mondiale, qui ont reculé en 2018 pour la première fois en 20 ans, les signes envoyés par la deuxième puissance économique mondiale inquiètent les marchés. Selon Betty Wang, économiste chez ANZ Research, si cette tendance se poursuit, la banque centrale chinoise pourrait mettre en place des mesures de relance plus drastiques, comme une baisse des taux d’intérêt directeurs.

Wall Street ouvre en baisse puis rebondit

Après quatre séances de hausse consécutives, la Bourse de New York a ouvert en baisse jeudi (-0,4% en moyenne pour les trois indices phares), affaiblie par les mauvaises publications de plusieurs géants de la distribution (Macy’s, Kohl, Target, L Brands, Barnes & Nobles). Le marché s’est ensuite rapidement retourné pour progresser deux heures après l’ouverture des cotations outre-Atlantique. Vers 17h30, le Dow progressait de 0,3% tandis que les deux autres indices (S&P et Nasdaq) évoluaient en territoire positif mais proche de l’équilibre (+0,1%).

Luxe et automobile dans le rouge

Du côté des valeurs, les équipementiers automobiles souffrent, entre les nouvelles en provenance de Chine, les déclarations du patron de l’équipementier allemand Osram et les changements de recommandation, notamment sur Faurecia. Le titre de ce dernier recule du reste de 5,7%, soit la troisième plus mauvaise performance du jour sur le SRD. De son côté, Valeo abandonne 2,45% et signe la deuxième plus forte baisse de la séance sur le CAC.

Sur le reste de la cote, le titre du spécialiste des solutions robotisées innovantes pour la manutention Balyo flambe littéralement (+51%) après l’accord commercial décroché par la start-up d’Ivry avec le géant du e-commerce Amazon pour une durée de 7 ans. L’entreprise de Jeff Bezos pourrait d’ailleurs devenir l’actionnaire principal du groupe français. De l’autre côté du palmarès, le spécialiste de l’Internet des objets Kerlink cède un quart de sa valeur (-21%) après un avertissement sur ses résultats. Enfin, la Fnac Darty recule légèrement (-0,3%) à la suite de l’annonce d’un manque à gagner de l’ordre de 45 millions d’euros à cause du mouvement social des “gilets jaunes”. Le distributeur a effacé une grande partie de ses pertes puisqu’il abandonnait plus de 5% dans la matinée.

À noter également, les replis de Kering (-3,5%) et LVMH (-0,9%) après l’ajustement, à la baisse, de l’objectif de cours de Berenberg sur ces valeurs.

Le pétrole à l’équilibre

Sur le marché de l’or noir, le baril de Brent européen est à l’équilibre vers 18h, à 61,36 dollars (+0,03%), tout comme le WTI texan (+0,04% à 52,24 dollars).

L’eurodollar cède un peu de terrain face au billet vert après avoir bien progressé hier, à 1,1518 dollar (-0,26%) également vers 18h.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article