CAC 40 : La Bourse de Paris limite ses gains en clôture, engrangeant 0,84% sur la semaine

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC 40 a bouclé la dernière séance de la semaine sur une hausse de 0,59%, contre +1,4% à l’ouverture des échanges, les investisseurs tempérant quelque peu leurs anticipations quant à la portée réelle de l’accord préliminaire sur le commerce entre la Chine et les États-Unis, officialisé dans l’après-midi.

Un soulagement, mais pas d’euphorie sur le marché parisien malgré les avancées relatives aux deux principaux facteurs d’incertitudes qui pesaient sur les marchés financiers, à savoir l’avenir des relations commerciales entre les deux premières puissances économiques et celui du Royaume-Uni par rapport à l’Union européenne. Si la matinée avait laissé entrevoir le bout du tunnel sur ces deux thématiques, permettant au CAC de bondir de 1,4% à l’ouverture du marché parisien, pour s’établir à un plus haut annuel, la séance s’est terminée sur une note moins dynamique, Donald Trump s’étant escrimé à refroidir l’enthousiasme. L’indice phare tricolore a donc terminé sur une avance relativement modeste de 0,59% à 5.919,02 points, dans un volume d’échanges nourri de 4,7 milliards d’euros.

Dans un premier temps le président américain a en effet qualifié de “complètement fausses” les informations publiées par le Wall Street Journal, selon lesquelles les négociateurs américains avaient proposé à la Chine une réduction des taxes. Cela n’a pas manqué de ralentir l’avance des principaux indices. Le marché attendait donc fébrilement la conférence de presse que devait tenir Pékin sur le sujet. Finalement la Chine a finalement rassuré les investisseurs en annonçant un accord commercial préliminaire avec les Etats-Unis (confirmé cette fois par Donald Trump), prévoyant notamment une réduction progressive des droits de douane punitifs visant les produits chinois, après 19 mois de tensions avec Washington. Les deux parties doivent cependant encore signer l’accord, a souligné un vice-ministre chinois du Commerce, Wang Shouwen.

Selon la Chine, le texte inclut neuf chapitres, sur la propriété intellectuelle, les transferts forcés de technologies, les produits alimentaires et agricoles, les services financiers, le taux de change, le renforcement des échanges commerciaux ou encore la résolution des différends.

“Un accord fantastique pour tout le monde”

Le président américain a confirmé que les Etats-Unis renonçaient à imposer dimanche une nouvelle salve de tarifs douaniers sur quelque 160 milliards de dollars de biens chinois après la conclusion d’un accord avec Pékin. “Les tarifs douaniers prévus pour le 15 décembre ne seront pas imposés car nous avons trouvé un accord”, a-t-il tweeté.

“C’est un accord fantastique pour tout le monde. Merci!”, a poursuivi le locataire de la Maison Blanche, précisant que les négociations pour la prochaine phase débuteraient “immédiatement”, et non après l’élection de 2020.

La large victoire des conservateurs lors des élections législatives britanniques, suggérant la possibilité de boucler relativement prochainement un processus de sortie relativement bien ordonné du Royaume-Uni de l’Union européenne, a aussi favorablement influencé les marchés vendredi.

Large majorité pour les “tories”, la livre sterling bondit

Outre-Manche, le Premier ministre Boris Johnson a en effet remporté haut la main son pari électoral puisque les conservateurs disposeront de la majorité absolue à la Chambre des communes, ce qui devrait lui permettre de sortir le pays de l’Union européenne le 31 janvier, évacuant enfin les incertitudes sur le Brexit qui empoisonnent les marchés depuis des années.

Les investisseurs n’avaient en revanche pas anticipé une si large avance des “tories” -qui obtiendraient une large majorité de 368 sièges sur 650 à la Chambre des communes, selon un sondage sortie des urnes, soit leur plus large victoire depuis 1987, sous Margaret Thatcher- d’où la spectaculaire réaction de la livre livre sterling qui s’est envolée tard jeudi. La devise britannique a brièvement dépassé 1,35 dollar pour la première fois depuis mai 2018, signant le bond le plus fort depuis une décennie

“Le sentiment général est que cette large majorité donne au gouvernement la possibilité de mettre en œuvre un accord Brexit modéré. Cela signifie que le parti n’a pas besoin d’avoir la droite dure du parti de son côté pour y parvenir. On s’oriente donc probablement vers une monnaie plus forte et une inflation plus faible”, notent les gérants de M&> Investments – prévenant toutefois que l’embellie de la livre pourrait s’avérer de courte durée lorsque se fera jour la réalité des négociations commerciales qui débuteront l’année prochaine.

Les autres Bourses européennes ont également profité de cette perspective d’un “soft Brexit” pour bien terminer la semaine, avec des gains compris entre 1,1% pour le “Footsie” britannique et 0,46% pour le Dax.

Outre-Atlantique en revanche, les principaux indices hésitent encore sur la marche à suivre en fin de matinée, le Dow enregistrant un recul anecdotique de 0,04% quand le Nasdaq grappille 0,18%. En baisse à l’ouverture, la Bourse de New York est repartie de l’avant quand les autorités chinoises ont annoncé avoir conclu un accord commercial avec Washington.

L’automobile et le luxe echerchés

Comme à l’accoutumée, les secteurs les plus sensibles à la thématique commerciale ont vivement réagi, l’automobile en tête. À Paris, Peugeot a progressé de 2,3% mais Renault a signé un gain bien plus modeste en clôture (+0,4%). Le secteur du luxe a aussi bénéficié de l’accord commercial, Kering prenant 1,8% et LVMH 1,4%. Accor a signé la meilleure performance du jour sur l’indice phare avec un gain de 2,4%.

Dans le reste de l’actualité, Vetoquinol a grimpé de 3,2% après l’annonce d’un accord de licence mondial (hors Chine) pour l’utilisation d’une technologie permettant de traiter de nombreuses pathologies des animaux de compagnie, notamment des affections de la peau, avec un appareil à énergie lumineuse fluorescente, réduisant les prises de médicaments.

À rebours du reste du marché, le secteur biotechnologique tricolore s’est malheureusement une nouvelle fois signalé par une série de mauvaises nouvelles. Transgene a plongé de 19% après l’arrêt de son projet le plus avancé, TG4010, qui n’a pas atteint son critère de réussite dans un essai clinique. Introduit en 1998, le titre de la biotech strasbourgeoise a même touché en matinée un nouveau plancher historique.

De son côté Innate Pharma a perdu 5,4%. L’efficacité de son IPH4102 (lacutamab) n’est pas en cause à ce stade, mais la firme marseillaise doit suspendre le recrutement de nouveaux patients dans un essai clinique parce qu’un sous-traitant autrichien a déclaré un problème de conformité sur les lots cliniques (aucun signal négatif sur la sécurité des patients n’a toutefois été identifié).

Sur le marché pétrolier, les deux références mondiales de brut évoluaient à un plus haut depuis trois mois, le Brent enregistrant un gain de 1,46% à 65,14 dollars quand le WTI s’échange à 59,98 dollars (+1,38%) à 18h15.

Enfin, la monnaie unique reculait nettement face au billet vert, à 1,1124 (-0,54%).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article