CAC 40 : La Bourse de Paris met un terme à sa spirale haussière sur fond d’inquiétudes sur le commerce

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC 40 boucle la séance de jeudi sur un repli de 0,62% alors que des nouvelles peu encourageantes ont ravivé les inquiétudes des investisseurs sur le front commercial, au lendemain d’une nouvelle baisse des taux de la Fed.

Coup d’arrêt pour le CAC 40 après cinq séances consécutives bouclées dans le vert, le baromètre de la place parisienne enregistrant un recul de 0,62% à 5.729,86 points jeudi, dans un volume d’échanges particulièrement nourri de 4,7 milliards d’euros. En repli de 0,21% à la mi-journée, la Bourse de Paris a creusé ses pertes au cours de l’après-midi, inquiète de la tournure que prennent les discussions commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Car si le président américain a annoncé jeudi que le nouvel endroit où doit être signé l’accord commercial partiel attendu sera “annoncé bientôt” -Donald Trump et Xi Jinping devaient initialement le signer en marge d’un sommet des pays riverains du Pacifique mi-novembre au Chili mais celui-ci a été annulé en raison de la crise sociale qui secoue le pays- la Chine douterait désormais de la possibilité de conclure un accord à long terme avec les États-Unis selon des informations de Bloomberg.

Auparavant, la teneur du discours de Jerome Powell avait rassuré les investisseurs, le président de la Fed ayant affirmé qu’il n’y aurait pas de hausse de taux tant qu’il n’y aurait pas d’accélération de significative de l’inflation, “une déclaration positive pour les marchés” pour Nicolas Chéron, responsable de la recherche marché chez Binck. L’institution monétaire semble également vouloir faire une pause dans sa politique monétaire accommodante, “Jay” Powell ayant indiqué que celle*ci était actuellement “au bon niveau”.

Par ailleurs, toujours selon Nicolas Chéron, “nous assistons à un phénomène de prises de bénéfices légitimes après une vague de hausse débutée en octobre, la dernière séance du mois étant souvent propice à des attaques baissières”.

La Banque du Japon (BoJ) a, pour sa part, maintenu jeudi sa politique monétaire inchangée, tout en abaissant pour la énième fois ses prévisions d’inflation et de croissance. Et du côté des indicateurs, l’activité manufacturière en Chine s’est inscrite en octobre à son plus bas niveau depuis huit mois. Dans la zone euro, la croissance est restée stable au troisième trimestre par rapport au précédent, mais à un niveau faible (+0,2%), selon une première estimation publiée jeudi par l’Office européen de statistiques Eurostat.

Le commerce prend le pas sur la micro, Wall Street dans le rouge

Outre-Atlantique aussi, le regain de pessimisme quant à une issue favorable sur le front commercial sino-américain plombe l’ambiance à la Bourse de New York, où les principaux indices évoluent en repli malgré les solides publications trimestrielles, à l’image de celle d’Apple (+1,9% à 18h). En fin de matinée, le Dow lâche 0,8%, le S&P 0,6% et le Nasdaq limite la casse (-0,4%).

PSA confirme le projet de fusion entre égaux avec FCA

Sur le front de la microéconomie, l’actualité est largement dominée par l’annonce commune de PSA et Fiat Chrysler d’un projet de fusion entre égaux… qui n’en a toutefois que le nom. En réaction à cette annonce et après la présentation des modalités financières de ce mariage à 50-50, le titre FCA a bondi de 8,2% à Milan alors que le titre PSA a lourdement chuté à Paris (-12,9%), sa plus forte baisse sur une séance depuis juin 2016. Pour Philippe Houchois, analyste chez Jefferies, ce montage revient pour PSA à débourser une prime de 32% pour Fiat Chrysler.

Parmi les autres mouvements à signaler, Maisons du Monde abandonne 15,6%, le distributeur de meubles et d’objets de décoration ayant abaissé sa prévision de rentabilité pour 2019 alors que la hausse des droits de douane aux États-Unis et des ouvertures de magasins tardives ont pénalisé sa filiale aux Etats-Unis Modani.

L’opérateur européen de satellites Eutelsat recule également de 8% après avoir publié un chiffre d’affaires inférieur aux attentes, en recul de 5,2% sur le premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020, à 317,6 millions d’euros.

Au sein du CAC 40, Sanofi lâche 2,8% malgré un troisième trimestre légèrement meilleur qu’attendu et la confirmation de son objectif annuel.

Sur le marché pétrolier, les cours des barils des brut sont de nouveau orientés à la baisse, le Brent de mer du Nord cédant 1,28% à 59,47 dollars vers 18h10 quand le WTI texan lâche 1,58% à 54,19 dollars.

La parité eurodollar est relativement stable (-0,06% à 1,1148) à 18h10.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article