CAC 40 : La Bourse de Paris profite d'une accalmie sur le front commercial

Mots-clefs : , , , , , ,

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) – La Bourse de Paris a clôturé nettement dans le vert (+0,84%) mardi, profitant du répit offert aux marchés par le discours mesuré du président chinois, Xi Jinping, qui a apaisé les craintes autour d’une guerre commerciale américano-chinoise.

L’indice CAC 40 a gagné 44,17 points à 5.307,56 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,6 milliards d’euros. La veille, il avait fini juste au-dessus de l’équilibre (+0,10%).

La cote parisienne a ouvert en nette hausse, avant d’accélérer un peu la cadence dans le sillage de Wall Street.

Après les marchés asiatiques, les marchés européens et américains ont été rassurés par les propos constructifs de Xi Jinping, qui a promis mardi une « nouvelle phase » d’ouverture de l’économie chinoise, avec notamment une baisse « considérable » dès cette année des taxes sur les importations d’automobiles.

Ce discours, même s’il n’a rien dévoilé de très concret, « a rassuré les marchés dans cette logique de reprise que nous observons déjà depuis la fin de la semaine dernière », a souligné auprès de l’AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

« Le sujet central pour l’instant, le seul qui crée un peu de volatilité et d’animation, est celui de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine », faute d’autres catalyseurs, a-t-il ajouté.

Mais peut-être que l’intensification des publications de résultats du premier trimestre à la fin de cette semaine « va permettre de donner d’autres éléments pour animer les séances », a estimé M. Tuéni.

Reste à savoir, selon le spécialiste, si le CAC 40 sera en mesure de clôturer prochainement au-dessus de 5.300 points, un seuil sur lequel il bute depuis début mars.

Du côté des indicateurs, la France a publié des chiffres de production industrielle marqués par un rebond de 1,2% sur un mois en février.

Le pays a par ailleurs réduit le déficit de ses échanges avec le reste du monde en 2017, à 13,1 milliards d’euros contre 16,7 milliards d’euros en 2016, notamment grâce à la reprise du tourisme qui permet de compenser la dégradation de sa balance commerciale.

Aux États-Unis, les prix à la production ont progressé davantage que prévu en mars (+0,3%), selon les chiffres du département du Travail publiés mardi.

Enfin, l’audition de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, devant le Sénat américain ce soir après la clôture des Bourses européennes, « pourrait remettre un peu de pression sur les valeurs technologiques », a conclu M. Tuéni.

LVMH mène la danse –

En matière de valeurs, LVMH a ouvert la saison des résultats et décollé de 4,92% à 275,15 euros, après avoir entamé l’année sur une nouvelle progression de ses ventes, qui s’approchent des 11 milliards d’euros au premier trimestre.

Dans son sillage, Kering a également affiché son dynamisme (+3,20% à 429,30 euros).

TechnipFMC a grimpé de 4,03% à 24,24 euros sur fond de nette hausse des cours du pétrole, tandis qu’Eramet a été dopé (+6,84% à 123,40 euros) par la progression des prix du nickel.

Vivendi s’est adjugé 0,28% à 21,44 euros. Le patron du groupe, Vincent Bolloré, quitte la présidence du conseil de surveillance de Canal+, laissant aux équipes en place le soin de continuer le redressement de la filiale de télévision payante.

Ingenico a bondi pour sa part de 7,10% à 72,70 euros, après l’annonce d’une OPA sur son principal concurrent dans les terminaux de paiement, l’américain Verifone.

Axa est monté de 0,70% à 22,22 euros après que l’assureur a annoncé mardi une réorganisation de ses opérations d’assurance vie collective en Suisse, une opération qui plombera de presque 350 millions d’euros ses comptes au premier semestre mais devrait lui permettre d’améliorer sa trésorerie à moyen terme.

EDF a reculé de 1,28% à 11,18 euros alors que le groupe a constaté des « écarts de qualité » sur des soudures de la tuyauterie de l’EPR de Flamanville (Manche), une nouvelle déconvenue qui fait planer sur le chantier du réacteur troisième génération la menace d’un nouveau retard.

Total a pris 1,01% à 48,81 euros après que le groupe français et le saoudien Saudi Aramco ont annoncé mardi avoir signé un protocole d’accord en vue de construire un site pétrochimique en Arabie saoudite, un projet représentant un investissement d’environ 5 milliards de dollars.

Air France-KLM a perdu 2,35% à 8,74 euros alors que les pertes liées à sept jours de grève au sein de la compagnie sont estimées à 170 millions d’euros, selon la direction. Le trafic du groupe est pour sa part en hausse de 5,4% en mars.

Sequana a plongé de 7,13% à 0,68 euro, souffrant d’une perte nette plus que doublée en 2017, à 115 millions d’euros.

Avec AFP

Actu et Conseils – Trading Sat

Partager cet article