CAC 40 : La Bourse de Paris prudente avant les réunions des banques centrales et une échéance commerciale

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Dans le sillage d’un repli hebdomadaire de 0,56%, la semaine a démarré sur une note négative, soit 0,59% de repli pour le CAC 40. En dehors d’une acquisition de taille pour le laboratoire Sanofi aux Etats-Unis, l’actualité (comme les volumes d’échanges) a été peu chargée.

La Bourse de Paris a fait montre de prudence lundi, alors que la semaine s’annonce décisive sur le front commercial sino-américain. Un événement qui risque fort de dicter l’orientation des marchés d’ici à la fin de l’année, sachant que les échanges tendent à fortement se réduire au cours des quinze derniers jours. L’indice CAC 40 a cédé 0,59%, à 5.837,25 points, dans un volume très restreint d’un peu plus de 2,1 milliards d’euros.

Cette semaine sera celle “de tous les dangers” avec coup sur coup la réunion de la Fed (mercredi), de la BCE (jeudi), les élections législatives en Grande-Bretagne (jeudi) et la date butoir pour la mise en place de nouvelles taxes douanières sur des produits importés chinois (samedi), prévient Mirabaud Securities, qui recommande aux investisseurs de ne pas oublier d’attacher leur ceinture au cas où…

L’attention des opérateurs sera effectivement tournée vers la guerre commerciale (qui occupe les marchés depuis près de deux ans) avec une possible nouvelle salve de taxes imposées par Washington sur plus 150 milliards de dollars d’importations chinoises le 15 décembre. En guise de motif d’espoir pour les marchés, le geste de bonne volonté affiché par Pékin en fin de semaine dernière, la Chine ayant indiqué qu’elle exempterait de taxes le porc et le soja venant des Etats-Unis. De son côté le conseiller économique de Trump, Larry Kudlow, a (encore) indiqué qu’un accord était “toujours proche”.

Sur le front monétaire, si aucune décision majeure n’est attendue pour les dernières réunions annuelles des principales institutions, “ce type d’événements cristallise toujours les attentes” rappelle Christopher Dembik. Celle de la BCE, jeudi, bénéficiera d’un effet de curiosité puisque ce sera la première avec Christine Lagarde comme présidente en titre.

Côté indicateurs, l’Allemagne a enregistré un excédent commercial en hausse, à 20,6 milliards d’euros en octobre, en raison d’une augmentation sur un mois des exportations (+1,2%), plutôt une bonne surprise pour une économie en difficulté depuis quelques mois. La Banque de France a pour sa part confirmé sa prévision de tassement de la croissance au quatrième trimestre à 0,2% du fait d’un ralentissement de l’activité dans le bâtiment et l’industrie en novembre.

Une acquisition à 2,5 milliards de dollars pour Sanofi

L’acquisition par Sanofi de la biotech américaine Synthorx pour 2,5 milliards de dollars (2,26 milliards d’euros) a été la principale information parmi les valeurs tricolores. Encore en stade clinique relativement peu avancé, Synthorx a mis au point une plate-forme potentiellement susceptible de “changer l’exercice de la médecine”, puisqu’elle ambitionne non pas de réécrire le génome – mais carrément d’inventer un nouvel alphabet génétique. Aux quatre lettres A,T, C et G qui forment l’ADN de tout être vivant, la biotech a en effet ajouté une nouvelle paire de lettres X et Y, ce qui permet de concevoir des protéines thérapeutiques entièrement inédites. L’annonce a été accueillie avec une certaine réserve, le cours du laboratoire pharmaceutique tricolore perdant finalement 2%.

Dans l’autre sens, l’action Gensight Biologics a bondit de 16,4%, sa thérapie génique ayant reçu une autorisation temporaire d’utilisation au centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts à Paris. De bon augure avant le dépôt d’une autorisation de mise sur le marché définitive en 2020.

Déjà bien en vue à l’annonce de son chiffre d’affaires annuel en octobre dernier, le spécialiste français des navires de croisière à double coque Catana a grimpé de 11,3%, le marché saluant la publication des résultats détaillés pour cet exercice écoulé, clos fin septembre.

Enfin, Air FranceKLM a reculé en ligne avec l’indice phare (-0,58%) après avoir pourtant annoncé un nombre de passagers en hausse de 1,3% en novembre, par rapport à la même période l’an dernier, avec notamment une hausse sur le long-courrier.

Après avoir respectivement pris 3,1% et 7,3% la semaine dernière, bien aidés par la décision des pays membres de l’Opep+ de restreindre encore leur production, les cours des barils de Brent et de WTI s’affichaient en territoire négatif en fin de journée. Soit un brut européen à 64,31 dollars (-0,12%) et un brut texan à 59,07 dollars (-0,22%).

Dans le même temps, la monnaie unique s’efforçait de poursuivre le rebond entamé vendredi, regagnant 0,08% face au billet vert à 1,1071 dollar.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article