CAC 40 : La Bourse de Paris recule nettement, pénalisée par l'Italie

Mots-clefs : , , , , ,

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) – La Bourse de Paris a terminé en nette baisse mardi (-1,29%), en proie au doute face à la crise politique italienne.

L’indice CAC 40 a perdu 70,87 points pour clôturer à 5.438,06 points, dans un volume d’échanges nourri de 5,9 milliards d’euros. La veille, il avait reculé de 0,61%.

La cote parisienne a ouvert en terrain négatif puis a creusé ses pertes. Au cours de la matinée, elle est même descendue sous la barre des -2%.

Ce recul est dû à l’incertitude politique qui subsiste en Italie et « dans une moindre mesure » en Espagne, selon Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

« La nomination du nouveau gouvernement italien est vu comme un simple gain de temps », a souligné l’analyste auprès de l’AFP.

Après son veto sur un gouvernement populiste, le président Sergio Mattarella a chargé l’économiste Carlo Cottarelli, incarnation de l’austérité budgétaire, de former un nouveau gouvernement.

Attendu dans les prochaines heures, celui-ci a peu de chance d’obtenir la confiance d’un Parlement dominé par les populistes eurosceptiques. Il devrait en être réduit à expédier les affaires courantes avant des élections, sans doute dès cet automne.

« Les marchés craignent un retour en force de la coalition populiste, qui pourrait être plus intransigeante par rapport à l’Europe », a expliqué M. Larrouturou.

Les investisseurs ont peur que « les prochaines élections ne se transforment en un referendum pour ou contre la participation à l’euro et à l’Europe et que ce referendum puisse être perdu », a-t-il ajouté.

La situation politique en Espagne a également pesé sur leur moral. Les socialistes ont déposé une motion de censure pour tenter de renverser le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Celle-ci doit être débattue jeudi et vendredi.

En outre, les acteurs de marché s’inquiétaient face à l’absence de décision concernant les échanges commerciaux entre l’Europe et les Etats-Unis, à quelques jours de la fin du délai exonérant l’Europe de taxes punitives sur l’acier et l’aluminium. Donald Trump avait annoncé envisager d’imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules aux Etats-Unis.

« Cette indécision et le risque de voir des taxes appliquées aux automobiles allemandes pèse sur l’ensemble du secteur, qui est en repli très sensible », a indiqué M. Larrouturou.

Michelin a ainsi lâché 3,25% à 111,75 euros, Peugeot 2,85% à 20,14 euros et Renault 1,95% à 83,55 euros.

Avec AFP

Actu et Conseils – Trading Sat

Partager cet article