CAC 40 : La Bourse de Paris s'envole grâce au discours conciliant du patron de la Fed

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Déjà en nette progression à mi-séance, le CAC 40 a accéléré dans l’après-midi. Les chiffres mensuels sur l’emploi outre-Atlantique et les propos accommodants de Jerome Powell ont engendré un net rebond à Wall Street qui s’est propagé jusqu’à Paris.

La Bourse de Paris a rattrapé vendredi le retard pris depuis le début de l’année grâce à des nouvelles rassurantes pour l’économie mondiale et des propos conciliants de Jerome Powell, le patron de la Banque centrale américaine (la Fed). Après deux reculs successifs (-0,87% mercredi puis -1,66% jeudi), le CAC 40 reprend 2,72% à 4.737 points et efface ainsi ses pertes depuis le 1er janvier (+0,14%). Si le volume d’échanges reste modéré (3,6 milliards d’euros), les opérateurs ont été rassurés par la nouvelle détente commerciale sino-américaine, les chiffres de l’emploi US et le discours de Jerome Powell qui a déclaré, lors d’une conférence à Atlanta, que la Banque centrale resterait « patiente » concernant ses taux d’intérêt.

« La politique monétaire n’est pas sur une trajectoire pré-conçue », a ajouté le directeur de la Fed alors que les investisseurs s’inquiètent du rythme des hausses de taux de l’institution et des risques de renchérissement qu’elles font peser sur le coût du crédit pour les ménages et les entreprises aux Etats-Unis, en pleine crainte de ralentissement de l’économie. « Il a dit exactement ce que le marché voulait entendre », a réagi Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services. Ce dernier a précisé qu’avec ce discours, Jerome Powell « a réintroduit dans l’esprit des investisseurs le fait que, s’il le fallait, la Fed interviendrait pour sauver l’économie ».

Rebond des marchés en Asie

Plus tôt dans la journée, le Premier ministre chinois a dévoilé des mesures pour relancer le crédit (en abaissant le montant des réserves obligatoires que les banques doivent conserver), tandis que d’autres mesures sur le plan fiscal seraient également à l’étude. Cette réponse au coup de mou sur l’activité chinoise, notamment du secteur manufacturier, a permis aux indices asiatiques de se reprendre vendredi matin, donnant une tonalité positive au début de séance malgré la rechute de la Bourse de New York jeudi soir. Qui plus est le ministre chinois du Commerce a confirmé qu’il accueillerait en début de semaine prochaine des représentants américains pour relancer les discussions sur le commerce, ravivant l’espoir d’un accord.

Dans le reste de l’actualité économique, les regards étaient également tournés vers les chiffres mensuels sur l’emploi aux États-Unis et c’est peu dire que ces derniers n’ont pas déçu. Les créations d’emplois ont en effet bondi, en décembre, à leur plus haut niveau depuis février (à 312.000) tandis que l’économie américaine a attiré davantage de travailleurs faisant monter un peu le taux de chômage à 3,9% contre 3,7% le mois d’avant, selon les chiffres officiels du ministère du travail publiés vendredi.

Wall Street décolle

Après une ouverture en nette hausse, Wall Street a accéléré ses gains dans le sillage d’annonces rassurantes en provenance de Chine, du rapport robuste sur l’emploi américain et de propos jugés rassurants de Jerome Powell. Vers 18h, le Dow Jones prenait 2,7%, le S&P, plus large, s’adjugeait 2,8% et le Nasdaq à dominante technologique bondissait de son côté de 3,7% après avoir chuté de plus de 3% la veille, emporté par le plongeon d’Apple (-10%).

Aucune valeur dans le rouge sur le CAC

Assez rare pour le souligner, les 40 valeurs de l’indice phare de la place parisienne ont fini en territoire positif vendredi. Et parmi les actions les plus recherchées figurent les pétrolières et para-pétrolières, tandis que les cours du pétrole brut rebondissent de plus de 10% depuis quatre séances, emmenant Vallourec (+7,8%), CGG (+5,2%), ArcelorMittal (+6,6%), TechnipFMC (+5,4%) et Total (+2,5%).

L’automobile (+5,2% pour Plastic Omnium, +6,4% pour Faurecia, +5% pour Peugeot ou encore +3% pour Renault) et les banques (+4,9% chez BNP Paribas, +5,2% pour Crédit Agricole et +3,4% pour Société Générale) bénéficient aussi d’un rebond notable.

Le secteur des biotechs, après une année 2018 il est vrai calamiteuse malgré des avancées opérationnelles généralement beaucoup plus positives pour les françaises par rapport à l’année précédente, continue à se distinguer. Nicox grimpe de plus de 17% alors que son partenaire Bausch + Lomb va pouvoir commercialiser un traitement du glaucome dans un nouveau pays, le Canada, synonyme de nouvelles royalties pour la firme azuréenne. Genkyotex gagne 13%, quelques jours avant l’AG appelée à avaliser le regroupement de ses actions. Onxeo bondit de 9;5% dans l’espoir d’avancées sur son projet phare AsiDNA dans les prochaines semaines et mois. À noter également les fortes hausses de Genomic Vision (+11%) et Cellnovo (+10%).

Si très peu de valeurs (hors du CAC) bouclent cette séance dans le rouge, c’est le cas du secteur des groupes de télévision, mis à l’amende après une nouvelle note de Morgan Stanley, toujours pessimiste sur la capacité des diffuseurs de flux à résister au rouleau compresseur Netflix : M6 lâche 2,2% et TF1 1,7%.

Sur le marché des changes, l’eurodollar reste inchangé à 1,1399 (+0,04%). Du côté de l’or noir, la reprise dépasse 2% actuellement (+2,3% à 48 dollars pour le WTI et +2,7% à 57 dollars pour le Brent).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article