CAC 40 : La Bourse de Paris temporise, en attendant l'ouverture de la saison des résultats

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Au lendemain d’un recul de 0,78%, le CAC 40 a encore redonné 0,20% mardi dans un marché passablement assoupi. L’absence de catalyseurs face au regain d’inquiétudes sanitaires et politiques se fait sentir, alors que les premiers groupes (en l’occurrence les bancaires US) commenceront à faire état de leur performance financière 2020 en fin de semaine.

Ayant passé la journée à osciller aux alentours de l’équilibre, la Bourse de Paris a terminé en léger repli mardi, poursuivant le retrait entamé face au désordre politique aux USA, tandis que sont toujours réunis tous les signes d’une poursuite de la crise sanitaire mondiale du Covid-19. Le CAC 40 a clôturé à 5.650,97 points, en recul de 0,2%, dans un volume d’échanges plutôt médiocre d’à peine 3 milliards d’euros.

La tentative des représentants démocrates pour écourter de quelques jours le mandat de Donald Trump ne contribue pas vraiment à ramener de la sérénité à la situation politique aux Etats-Unis, certains observateurs jugeant qu’un impeachment ne ferait qu’aggraver le fossé entre les partisans des deux principaux partis, tout en permettant au président sortant de s’afficher en victime au moment où il semblait céder à la pression de ses conseillers (reconnaissant enfin implicitement la transition vers le président élu). Néanmoins, la perspective d’une présidence Biden reste globalement appréciée des investisseurs qui y voient la possibilité d’une désescalade des tensions commerciales, ce qui favoriserait les échanges mondiaux.

En contrepartie, une politique budgétaire expansionniste qui conduirait à creuser la dette pèse depuis quelques séances sur le cours des obligations. Le retour pourtant très timide de l’idée du “tapering” (une réduction graduelle du soutien de la Fed) a en outre contribué à renchérir les rendements obligataires, celui du bon du Trésor à 10 ans s’élevant à 1,172% mardi (les rendements augmentent à mesure que le prix des obligations baisse). Lundi, le président de la Fed de Dallas a fait part de son espoir qu’une amélioration de la situation économique plus tard dans l’année permettrait de tenir un débat honnête sur le rythme de ce tapering.

Au moment où clôturaient les places européennes, le Dow Jones Industrial Average et le S&P 500 inscrivaient de menus gains (+0,1% et +0,2% respectivement) tandis que le Nasdaq Composite reprenait 0,4%, après avoir fléchi de 1,5% la veille face aux critiques adressées aux plateformes Facebook et Twitter pour leur gestion, aussi tardive que brutale, de la prise de parole présidentielle.

Dans un marché peu animé sur Euronext Paris, les “utilities” Veolia (+4,15%) et Engie (+2,6%) ont dominé mardi le palmarès de l’indice phare, en même temps que l’automobile (+3,26% pour Michelin, +3,1% pour Peugeot). Assez volatil, le titre Renault a finalement gagné 1,75% alors que le constructeur au losange a indiqué miser sur un redressement de sa rentabilité en 2020, malgré le repli de 21,3% de ses ventes mondiales l’an dernier. Ce qui s’explique par une proportion plus élevée de véhicules électriques et mieux margés.

Solutions 30 décroche un important contrat en Italie

En tête du SRD, Gensight a bondi de 15% alors que Oddo BHH a doublé son objectif sur la valeur à 15 euros désormais. La liste des différents changements est à retrouver ici. La biotech Valneva a flambé de 14,6% en vue de l’accord pour fournir à l’Union européenne son candidat vaccin contre le coronavirus, dans l’hypothèse du succès des essais cliniques dont de premiers résultats devraient être obtenus en avril.

Solutions 30 (+3,4%) a profité de l’annonce d’un premier contrat de sous-traitance pour le déploiement de la fibre en Italie.

Parmi les plus fortes baisses, Eramet a abandonné 8,4%. Le groupe est contraint une nouvelle fois de tirer le signal d’alarme face à la dégradation de la situation de l’usine néocalédonienne de sa filiale SLN, victime collatérale des troubles qui pénalisent depuis plusieurs semaines les centres miniers de l’île, en raison de l’opposition à la cession par son concurrent Vale du site de Goro.

Le pétrole se reprend

Sur les autres classes d’actifs, le pétrole a bien tiré son épingle du jeu : le Brent reprenait en fin de séance européenne 1,69% à 56,60 dollars et le WTI texan 1,65% à 53,11 dollars, dans un marché qui intègre la baisse de production annoncée unilatéralement par l’Arabie saoudite il y a quelques jours.

Du côté des devises, l’euro remontait de 0,13% à 1,2167 dollar tandis que le bitcoin, qui a connu lundi une correction semblable à celle du lundi précédent, de l’ordre de -20%, précédent en fléchissant brutalement de 20%, regagnait 2,28% à 34.962 dollars.

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article