CAC 40 : La Bourse de Paris termine quasi stable (+0,07%) à 5 320,50 points

Mots-clefs : , , , , , , ,

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) – La Bourse de Paris a terminé quasiment stable mercredi (+0,07%) à l’issue d’une séance calme en raison de la fermeture des marchés américains et des tensions commerciales internationales qui incitent les investisseurs à la prudence.

L’indice CAC 40 a gagné 3,73 points, à 5.320,50 points, dans un volume d’échanges faible de 2,5 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,76%.

La séance est restée particulièrement calme en l’absence de la Bourse de New York, fermée en raison d’un jour férié aux Etats-Unis (fête de l’indépendance).

« En l’absence des investisseurs américains, nous avons des volumes qui sont un petit moins élevés que la normale », indique à l’AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque, qui souligne la « dynamique d’attentisme dans un marché qui reste incertain ».

Les investisseurs gardent les yeux rivés sur le conflit commercial qui oppose les Etats-Unis et ses différents partenaires.

Mercredi, un tribunal chinois a décidé d’interdire provisoirement la vente des produits de l’américain Micron dans le pays, un jugement qui intervient alors que les Etats-Unis devraient imposer vendredi des taxes sur 34 milliards de dollars d’importations chinoises.

« Nous sommes vraiment dans le vif du sujet, avec la mise à exécution des menaces et des différentes provocations qu’il y a pu y avoir. Cela crée un vent d’incertitude sur le marché qui justifie la situation de prudence et d’attentisme dans laquelle nous sommes », estime M. Tuéni.

« Il y a quand même une résistance des marchés malgré un contexte un petit peu lourd. Mais il a du mal à repartir sur une dynamique plus vertueuse à cause de ce sujet », poursuit-il.

Le conflit commercial ne concerne pas que les Etats-Unis et la Chine. Mercredi, la chancelière allemande Angela Merkel a ainsi évoqué le risque d’une « véritable guerre » commerciale si les Etats-Unis confirmaient leurs menaces de taxes sur les importations de voitures étrangères, un secteur crucial de l’économie allemande.

Du côté des indicateurs, les investisseurs ont pris connaissance de la croissance du secteur privé, qui a accéléré en France en juin, grâce aux services, selon l’indice PMI, restant toutefois inférieure à la première estimation publiée fin juin.

Avec AFP

Actu et Conseils – Trading Sat

Partager cet article