CAC 40 : La Bourse recule de plus de 2%, sa plus forte baisse en clôture depuis deux mois

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Première séance du mois de décembre mouvementée pour le CAC 40, qui abandonne plus de 160 points intraday pour terminer en forte baisse de 2,01% à 5.786,74 points. Les nouvelles sanctions douanières imposées par les États-Unis à l’Argentine et au Brésil ainsi qu’un indicateur manufacturier encore décevant outre-Atlantique ont fait plonger le marché parisien.

Sonné par les nouvelles menaces de Washington sur le front commercial, visant cette fois ses partenaires sud-américains, le CAC 40 démarre le mois de décembre sur une lourde chute de 2,01% à 5.786,74 points, après s’être adjugé plus de 3% la semaine dernière. Après une ouverture en légère hausse, le baromètre parisien avait pourtant accru ses gains au cours de la première heure de cotation, grimpant jusqu’à 5.947 points peu avant 10h (+0,72%) avant de se retourner brutalement. En intraday, le CAC 40 abandonne ainsi plus de 160 points. Il signe en outre sa plus mauvaise performance en séance depuis le 2 octobre dernier, dans un volume d’échanges particulièrement nourri de 4,4 milliards d’euros.

Après avoir tenté de consolider au-dessus du seuil des 5.900 points depuis début novembre dernier, l’indice vedette de la cote parisienne retombe subitement sous celui des 5.800 points, plombé par le durcissement de la position américaine en matière commerciale. Donald Trump a en effet annoncé que les Etats-Unis allaient imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Brésil et de l’Argentine, prenant par surprise l’un de ses principaux alliés, le président brésilien Jair Bolsonaro.

“Les Chinois négocient toujours”

Le président américain a par ailleurs reconnu lundi que la loi adoptée pour exprimer le soutien des Etats-Unis aux manifestants de Hong Kong ne facilitait pas les négociations commerciales avec la Chine, mais a assuré que Pékin souhaitait toujours la conclusion d’un accord. “Les Chinois négocient toujours”, a-t-il déclaré à son départ pour le sommet de l’Otan, à Londres. “Je suis très heureux qu’on en soit là et je serais encore plus heureux si je pouvais faire tout tout seul (…) mais les Chinois veulent un accord. Nous verrons bien ce qui va se passer”, a-t-il poursuivi.

Outre ces actualités commerciales, les investisseurs ont pris connaissance de nombreux indicateurs économiques avancés ce lundi. En Europe, le secteur manufacturier est toujours en phase de contraction, mais l’Indice PMI d’IHS Markit se redresse à son plus haut niveau depuis trois mois à 46,9 (contre une estimation flash de 46,6). Pour rappel, au-delà de 50 cet indicateur marque une expansion de l’activité, en-dessous une contraction. “Continuant de signaler un fort taux de contraction, les dernières données PMI relatives au secteur manufacturier de la zone euro donnent cependant quelques signes encourageants quant à une possible amélioration prochaine de la conjoncture pour les fabricants européens”, a commenté le chef économiste de l’institut Chris Williamson…”à moins de nouveaux revers (pouvant notamment concerner le Brexit ou les conflits commerciaux)”, précise-t-il.

En Chine, les indices macro-économiques publiés ce week-end témoignent d’une amélioration de la confiance et de la demande avec notamment un indice PMI manufacturier officiel ressorti à 50,2 en novembre, au lieu de 49,5 anticipé. C’est la première fois depuis avril que l’indice remonte au-delà du seuil de 50 qui distingue une contraction d’une expansion de l’activité. Enfin, aux États-Unis, l’activité du secteur manufacturier a continué de se contracter en novembre plus vite que ne le pensaient les analystes, selon l’indice ISM manufacturier publié lundi, en retrait de 0,2 point sur un mois, à 48,1 points en novembre, quand les analystes tablaient en moyenne sur 49,4 points.

Wall Street également dans le rouge

À l’image des indices européens (-2,05% pour le Dax, -0,82% pour le “Footsie”), les indices new-yorkais évoluent également en territoire négatif lundi, les investisseurs se montrant inquiets concernant la politique commerciale des Etats-Unis et la contraction supérieure aux attentes de l’industrie manufacturière américaine. Peu avant 18h, le Dow cède 0,73%, le S&P 0,7% et le Nasdaq 1,07%.

Les 40 valeurs du CAC dans le rouge

La purge n’a épargné personne au sein de l’indice vedette du marché parisien, les 40 valeurs qui la composent bouclant cette première séance de décembre en territoire négatif. Si les valeurs bancaires et pétrolières limitent les pertes (-0,4% pour Technip, -0,5% pour Société Générale, -0,6% pour Crédit Agricole ou encore -1,2% pour Total), le repli est beaucoup plus violent pour EssilorLuxottica (-3,3%), Air Liquide et CapGemini (-2,8%) ou encore pour Airbus (-2,7%), qui serait encore dans le collimateur de l’OMC selon Reuters.

Le secteur des biotech est à nouveau affligé d’un énième revers cinglant, celui de Sensorion sur son projet SENS-111, qui est purement et simplement abandonné après l’échec d’une phase 2b. L’action plonge de 52%.

L’euro rebond nettement face au dollar

La monnaie unique, qui a reperdu plus de 1,2% en novembre sur fond de relative vigueur des derniers indicateurs américains, s’apprécie fortement face au billet vert lundi, à 1,1075 dollar (+0,52%) vers 18h05.

Du côté de l’énergie, le contrat sur le baril de pétrole Brent gagne 1,34% à 61,30 et celui sur le WTI progresse de 1,65% à 56,08 dollars, profitant des données encourageantes en provenance du secteur manufacturier chinois et avant la réunion de l’Opep jeudi.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article