CAC 40 : La trêve commerciale fait remonter le CAC 40 de près de 1% sur la semaine

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – L’indice parisien a fini la semaine la bride au cou, l’absence d’une bonne partie des opérateurs à Wall Street incitant à l’attentisme. Néanmoins, la Bourse de Paris a signé une nouvelle progression hebdomadaire, grâce à plusieurs signaux d’espoirs sur le front commercial et monétaire.

Après avoir progressé pas à pas mais sans discontinuer au cours des cinq dernières séances, le CAC 40 a rétrocédé 0,48% vendredi à 5.593,72 points, dans un petit volume de 2,5 milliards d’euros. Sur la semaine, l’indice phare parisien affiche une solide avance hebdomadaire de +0,99%, la trêve (à défaut d’avancées plus consistantes) entre les Etats-Unis et la Chine, la désignation de Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne et une nouvelle baisse des taux sur le marché secondaire ayant alimenté l’optimisme des opérateurs.

L’activité s’est nettement réduite en fin de semaine sur le marchés, en raison d’un jour férié à Wall Street le 4 juillet. La fermeture des places américaines jeudi 4 juillet pour la fête nationale a fortement ralenti les échanges, comme prévu, en cette fin de semaine. Le rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis n’a pas vraiment bouleversé la donne. D’un côté, l’économie américaine (hors secteur agricole) a créé bien plus d’emplois qu’attendu en mai (224.000 créations nettes contre 160.000 attendues en moyenne par les économistes) mais le taux de chômage a légèrement grimpé à 3,7%. Bref, pas vraiment de quoi faire bouger les attentes concernant le prochain mouvement de la Fed, qu’on parie ou non sur une baisse dès fin juillet. Selon Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, l’appétit des consommateurs américains soutenu par un bilan relativement sain des ménages, notamment, n’a pas vraiment de quoi presser la Fed à agir.

Du côté de l’Europe, les commandes à l’industrie allemande ont chuté de 2,2% en mai par rapport au mois précédent, après une hausse de 0,4% en avril, nettement en deçà des attentes du consensus puisqu’en moyenne les économistes anticipaient une stabilité des commandes.

Au sein du marché parisien vendredi, Publicis, qui avait enregistré quinze jours auparavant un plus bas depuis 2012, a rebondi de 2%, signant la plus forte hausse du CAC 40. Carrefour et Société Générale (+1,8% tous deux), valeurs elles aussi plutôt à la peine ces dernières semaines, ont complété le podium. Capgemini a grimpé de 1% à la suite du relèvement de l’objectif de Credit Suisse.

Parmi les plus petites valeurs, Carmat est remonté de 1,85% au lendemain d’un nouveau plancher historique.

Inversement Schneider Electric (-4%), Legrand (-1,9%) et Saint-Gobain (-1,4%) ont subi des dégagements dans le sillage de la publication d’une forte baisse des entrées de commande dans l’industrie en Allemagne en mai. STMicroelectronics a lâché 2,45% à la suite de l’avertissement de Samsung Electronics, l’un de ses clients.

Les principales références pétrolières évoluaient en ordre dispersé, le Brent européen gagnant 1,3% à 64,13 dollars alors que le WTI américain perdait 0,14% à 57,26 dollars.

Du côté des devises, l’euro perdait 0,63% à 1,1212 dollar.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article