CAC 40 : Le CAC 40 termine à l’équilibre et boucle une nouvelle semaine à plus de 2% de gains

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Accro au dossier commercial, le marché parisien rechigne à redescendre malgré le refus de Donald Trump de lever dans l’immédiat les sanctions douanières à l’encontre de Pékin. Après avoir évolué dans le rouge tout au long de la séance, le CAC 40 a finalement terminé à l’équilibre (-0,02%), s’adjugeant un gain hebdomadaire de 2,22%.

Au lendemain de sa 10e séance de hausse lors de ses 11 dernières séances, bouclée à moins de 2% du seuil symbolique des 6.000 points, la Bourse de Paris a ouvert en recul de 0,4% vendredi sur fond de “prises de bénéfices et dans le sillage de la confusion qui règne autour des négociations commerciales entre Washington et Pékin” relevaient les experts de Mirabaud Securities Genève dans leur note matinale. Mais après avoir évolué en territoire négatif tout au long de la séance, le CAC 40 a finalement terminé la semaine sur un recul anecdotique (-0,02%) à 5.889,70 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,6 milliards d’euros. L’indice a ainsi progressé de 2,22% sur la semaine, la troisième d’affilée en progression. Ses gains depuis le 1er janvier atteignent désormais 24,50%.

“Le marché s’offre une respiration après douze jours quasi consécutifs de remontée”, a relevé auprès de l’AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale à Oddo BHF Securities. “Il y a en outre une petite hésitation au sujet des relations commerciales sino-américaines et de la volonté des deux pays de vraiment conclure un accord”, a-t-il ajouté.

De fait, si la Chine a annoncé jeudi s’être mis d’accord avec les États-Unis pour une levée “par étapes” de leurs droits de douane mutuels, Donald Trump s’est déclaré vendredi opposé à une suppression totale des tarifs douaniers supplémentaires imposés depuis mars 2018 sur des centaines de milliards de dollars de biens chinois, contredisant ainsi les affirmations du gouvernement chinois. Le président américain a par ailleurs affirmé qu’un accord avec la Chine se fera aux Etats-Unis, alors que des médias ont évoqué un lieu plus neutre (la Suisse et la Suède avaient été évoquées). “Ce sera dans notre pays […] peut-être dans l’Iowa”, a-t-il ajouté.

Wall Street hésite après les déclarations de Trump

Les principaux indices américains évoluent en ordre dispersé vendredi dans le sillage du refus de Donald Trump de supprimer l’ensemble des tarifs douaniers supplémentaires sur des centaines de milliards de dollars de biens chinois. À 18h10, le Dow cède 0,15%, le S&P est à l’équilibre et le Nadaq grappille 0,25%.

Pendant ce temps-là, le commerce extérieur chinois continue à accuser le coup de la guerre commerciale avec les Etats-Unis. Les exportations de la Chine ont subi en octobre leur troisième mois de repli, tandis que les importations ont poursuivi leur recul pour le sixième mois consécutif. Les analystes sondés par Bloomberg s’attendaient toutefois à de plus fortes baisses. Côté américain, les sanctions douanières ont permis de collecter pas moins de 7 milliards de dollars en septembre, un record.

Côté statistiques, toujours, les investisseurs ont pris connaissance du bond de la consommation des ménages au Japon (+9,5% sur un an en septembre) et de la hausse de l’excédent commercial de l’Allemagne en septembre, à 19,2 milliards d’euros contre 18,1 milliards en août , notamment grâce à la croissance des exportations (+1,5% à 114,2 milliards d’euros).

Crédit Agricole et Natixis reculent dans le sillage de leurs résultats

Sur le front des valeurs, Crédit Agricole a fait part d’un repli de son bénéfice net sur les neuf premiers mois de son exercice 2018, malgré une hausse de 9% de celui-ci au troisième trimestre à 1,2 milliard d’euros, quand le consensus misait sur 1,13 milliard. Malgré ce résultat meilleur qu’attendu, le titre lâche 2,3 en clôture, plus mauvaise performance du baromètre parisien.

Même constat pour Natixis, la filiale de BPCE ayant dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes avec un bond de 16% de son bénéfice net, hors éléments exceptionnels. Malgré cela, l’action de la banque d’investissement corrige (-7,3%). Il faut dire que Natixis avait enregistré plus de 25% de hausse en l’espace d’un mois.

La biotech AB Science rebondit en revanche nettement (+14,3%) après avoir bouclé avec succès une étude clinique de phase 3 testant l’efficacité de sa molécule phare dans une forme d’asthme particulièrement sévère.

Euronext est pour sa part sanctionné (-4,5%), l’opérateur boursier ayant fait part d’un bénéfice net en hausse de 25% à 63 millions d’euros mais en-deçà des attentes du marché.

À noter sur l’indice phare du marché parisien, les progressions d’Atos (+2,2%), Pernod Ricard (+1,6%) ou encore d’Axa (+1,5%).

Sur le marché pétrolier, les cours des barils d’or noir ont également subi les incertitudes commerciales et enregistré de fortes pertes dans la matinée (-1,5% pour le Brent et le WTI vers 13h), avant de revenir en territoire légèrement positif après 18h (+0,24% à 62,44 dollars pour le Brent et +0,23% à 57,28 dollars pour le “light sweet crude”).

La monnaie unique lâche encore du lest face au billet vert à 18h15 vendredi (-0,30% à 1,1015 dollar).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article