CAC 40 : Le CAC 40 termine sans tendance à la veille de Thanksgiving

Mots-clefs : , , , ,

(BFM Bourse) – Le marché parisien a de nouveau terminé quasiment à l’équilibre (-0,05%) dans un volume d’échanges une nouvelle fois limité, de nombreux opérateurs commençant à déserter les salles de marché alors que Wall Street fermera jeudi ses portes pour Thanksgiving.

Le mouvement haussier s’essouffle à la Bourse de Paris, à la veille de Thanksgiving qui marque le début d’une période de congés et de retrouvailles familiales outre-Atlantique et verra de nombreuses entreprises, administrations et même Wall Street fermer leurs portes (le marché new-yorkais sera seulement ouvert vendredi matin, pour une demi-séance totalement dispensable). Dans ce contexte, l’activité s’est encore réduite sur le marché parisien, comme en témoigne le volume d’échanges restreint de 2,8 milliards d’euros. Les prises d’initiatives sont restées limitées, le baromètre parisien bouclant la séance sur une nouvelle variation anecdotique (-0,05%) à 5.926,84 points, au lendemain d’une séance bouclée sur une hausse tout aussi marginale (+0,08%).

Conséquence de la fermeture attendue de la plupart des administrations américaines, les indicateurs macro-économiques de la semaine étaient pratiquement tous regroupés ce mercredi et ils ont positivement surpris. La croissance de l’économie américaine s’est ainsi avérée plus solide que prévu au 3e trimestre, à 2,1% en rythme annuel, contre +1,9% estimé initialement. Les commandes de biens durables ont également légèrement rebondi (+0,6%) aux États-Unis en octobre contrairement aux attentes des analystes, selon les données publiées mercredi par le département du Commerce. Enfin, les stocks de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière pour la cinquième semaine consécutive (+1,6 million de barils quand les analystes tablaient sur une baisse de 878.000 barils), selon un rapport de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA).

Nouveau pic pour LVMH

L’actualité des sociétés françaises cotées a tourné au ralenti. LVMH s’est employé à améliorer son record (nouveau pic pour l’action à 411,05 euros (+0,9%) en fin de matinée, soit une capitalisation théorique de 207,76 milliards d’euros, nous vous laissons apprécier s’il faut déduire les quelque 8,68 milliards d’euros de dette nette du groupe à fin juin pour calculer le patrimoine de Bernard Arnault), mais le titre a réduit ses gains par la suite pour boucler la séance sur une hausse de 0,32%. Au sein du CAC, Peugeot (+0,8%) a profité du vote d’une majorité d’organisations syndicales en faveur du projet de rapprochement avec Fiat Chrysler Automobiles), tandis qu’Hermès (+1,6%) domine le palmarès de l’indice phare mercredi.

Dans l’autre sens, Capgemini a perdu 1,9% -plus mauvaise performance du baromètre parisien- et Altran est remonté de 0,3% (soit huit centimes de plus que le prix offert par Cap) tandis que le fonds Elliott a déroulé méthodiquement ses arguments face à une offre qu’il juge insuffisante. Le PDG du groupe de services informatiques a de son côté répété qu’il était hors de question de verser plus que les 14 euros par action proposés actuellement. Un partout, la balle au centre (ou plutôt entre les mains des actionnaires).

Showroomprive flambe

Davantage de variations du côté des petites valeurs : Showroomprive a décollé de 12%, accumulant pas loin de 60% de rebond sur un mois. Si certains analystes évoquent un désengagement de Carrefour -qui détient 20% du spécialiste du e-commerce depuis 2017- d’autres imaginent une OPA sur le site de vente en ligne. Quant au spécialiste tricolore de l’imagerie médicale en trois dimensions EOS Imaging, il a profité de la présentation de la nouvelle génération de son appareil EOS pour bondir de 23,6%.

Évoqué par un quotidien économique allemand, une éventuelle fusion Deutsche TelekomOrange a été balayé d’un revers de main par l’opérateur télécoms français, qui a bouclé la séance à l’équilibre après avoir pris 2% en réaction à cette rumeur, loin d’être nouvelle.

Sur le marché des changes, l’euro rétrocède 0,16% à 1,1005 dollar et se rapproche ainsi de son plus bas depuis un mois et demi (à 1,088 le 30 septembre dernier).

Enfin, les cours des références mondiales de brut qui évoluaient en légère hausse à la mi-journée se sont retournés à la publication des stocks américains, pour afficher des baisses de 0,81% à 62,70 dollars pour le Brent et de 1,04% à 57,80 dollars pour le WTI à 18h10.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article