CAC 40 : Le CAC échoue à repasser les 5.000 points après une séance chaotique

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris a terminé la séance en hausse ce lundi (+0,44% à 4.989,35 points), dans une « demi-séance » plombée par les problèmes techniques d’Euronext qui ont empêché toute cotation avant 12h20.

Paralysée par des « problèmes techniques », la reprise des cotations des instruments financiers, actions comprises, a été exceptionnellement laborieuse pour la première séance de la semaine. Si le passage à l’heure d’hiver a un temps été évoqué comme cause potentielle des bugs à répétition, Euronext a fini par donner une autre version peu avant 18h00 : « les causes des problèmes techniques ont été identifiées et corrigées. Le principal problème technique était dû à une défaillance de l’une de nos bases de données sous-jacentes, qui nous empêchait de lancer nos outils de surveillance du marché, nécessaires pour maintenir un marché juste et ordonné. En conséquence, Euronext a décidé d’arrêter les segments marchés au comptant (Actions, Warrants & Certificats, Fonds et Titres à revenu fixe) et les instruments dérivés associés qui ont été impactés ». L’opérateur de marché ajoute qu’il « s’excuse pour la gêne occasionnée ».

L’ouverture des marchés de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne a donc été plusieurs fois retardée ce lundi matin et l’activité est ainsi restée pratiquement à l’arrêt pendant plus de trois heures, aavant d’ouvrir en nette hausse peu après midi. L’ouverture hésitante de Wall Street à 14h30 (au lieu de 15h30 habituellement, avant que les États-Unis ne changent d’heure ce dimanche 4 novembre), avec notamment tous les GAFAM dans le rouge vers 18h00, s’est ensuite répercutée sur la Bourse de Paris qui a ainsi effacé une bonne partie de ses gains.

Soutenu par le secteur auto, le CAC ouvre en hausse

L’indice phare de la place parisienne, le CAC 40, a donc bouclé la séance en hausse, à +0,44% et 4.989,35 points, porté par le secteur automobile dans un marché restant néanmoins en proie à nombre d’incertitudes économiques, politiques et géopolitiques, notamment porté par le secteur automobile. Les valeurs comme Faurecia (+8,87%), Valeo (+9,28%), Michelin (+4,73%) et même les constructeurs Peugeot (+1,41%) et Renault (+1,78%), profitent d’une information de Bloomberg selon laquelle le régulateur chinois va proposer d’abaisser de 50% la taxe sur l’achat de voiture. L’indice Stoxx de l’automobile gagne 2,95%, signant de loin la plus forte hausse sectorielle européenne.

Le CAC 40 échoue donc à reconquérir le seuil symbolique des 5.000 points après avoir évolué au-dessus de celui-ci durant presque toute la séance.

Du côté des autres Bourses européennes, celle de Milan a pris 1,91%, les investisseurs accueillant avec soulagement la décision de Standard & Poor’s de maintenir la note souveraine de l’Italie à « triple B », soit deux crans au-dessus de la catégorie spéculative.

Coup de tonnerre en Allemagne

Mais si les nouvelles d’Italie sont du goût des marchés, celles venues d’Allemagne le sont beaucoup moins. Angela Merkel a annoncé lundi, après un nouveau revers électoral de son parti dans le Land de Hesse, que son mandat actuel à la tête du gouvernement allemand serait le dernier et qu’elle renonçait à se représenter en décembre à la présidence de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), un poste qu’elle occupe depuis dix-huit ans.

Ces annonces, si elles n’ont pas particulièrement impacté le Dax qui finit en forte hausse (+1,20%) ont fait baisser l’euro et grimper les rendements des emprunts d’Etat allemands de référence (à 0,381% sur 10 ans vers 18h50). Dans le même temps, le « Footsie » britannique, indice vedette de la Bourse de Londres, a pris 1,37% alors que le budget, moins marqué du sceau de la discipline que ce qui était anticipé, était présenté à la Chambre des Communes par le ministre des Finances britanniques Philippe Hammond.

Wall Street encore hésitant

Les indices de la Bourse de New York ont une nouvelle fois ouvert en nette hausse après la publication d’un indicateur d’inflation conforme aux attentes, avant de réduire leurs gains à l’heure de la clôture en Europe, le Nasdaq étant même passé en territoire négatif. À 17h30, le Dow Jones et le Standard & Poor’s 500 gagnent respectivement 0,48% et 0,69%, le Nasdaq Composite reculant pour sa part de 0,47%. À noter que, comme en Europe, le secteur automobile se distingue avec les actions General Motors et Ford qui prennent respectivement 3,22% et 4,67%.

Du côté du pétrole, le baril de Brent cède 0,28% à 77,51$ vers 18h30 tandis que le baril de WTI lâche 0,52% à 67,26$ .

Enfin, sur le marché des changes, l’euro perd encore du terrain face au billet vert, à -0,4% et 1,1379$ .

Quentin Soubranne – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article