CAC 40 : Le luxe pèse sur la Bourse de Paris, en recul à la mi-journée

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Après avoir affiché un gain supérieur à 1% dans les premiers échanges, le CAC 40 s’est brusquement retourné vers 10h pour céder 0,3% peu après midi. La crise politique italienne et l’évolution du conflit commercial sino-américain incitent toujours les opérateurs à la prudence.

La Bourse de Paris a démarré la semaine sur une ouverture en nette hausse (de près de 1%) lundi, avant de se retourner subitement vers 10h pour afficher un recul de 0,26% à 5.314 points à 12h15, sur fond de crise politique italienne et de persistance des incertitudes sur le front commercial sino-américain. “Les indices européens devraient ouvrir sans réelle tendance ce matin regardant avec inquiétude la décomposition du gouvernement italien et l’effondrement des rendements gouvernementaux dans la majeure partie des pays du globe” anticipaient les experts de Mirabaud Securities Genève dans leur note matinale.

“Si les investisseurs se sont habitués aux chocs politiques ces dernières années (Brexit, montée du populisme, élection de Donald Trump), il est probable que cette énième tension politique italienne aura un impact (…) sur plusieurs actifs financiers en zone euro et pourrait inciter la BCE à intervenir le plus rapidement possible”, toujours selon Mirabaud Securities Genève.

En Italie, les sénateurs doivent prendre une première décision ce lundi sur l’avenir du gouvernement de Giuseppe Conti, à l’agonie depuis que le chef de la Ligue (parti d’extrême droite) Matteo Salvini a décrété sa mise à mort jeudi dernier en réclamant des élections anticipées. L’objectif de l’homme fort de l’actuel gouvernement italien est de faire monter la pression pour obtenir le vote d’une motion de censure contre le gouvernement, au plus tard le 20 août, et des élections dès l’automne pour capitaliser sur des sondages qui le créditent de 36 à 38% des intentions de vote.

Sur l’autre dossier qui préoccupe les investisseurs, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine prend de plus en plus des allures d’impasse commerciale, tant les différends semblent profonds entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales. Vendredi, Donald Trump a ainsi de nouveau averti que les États-Unis n’étaient “pas prêts” à conclure un accord commercial avec la Chine, allant jusqu’à évoquer une possible annulation du prochain round de négociations, prévu en septembre à Washington.

Le luxe délaissé

Givenchy, Coach et Versace ont dû présenter des excuses pour avoir mis en vente des t-shirts accusés d’affront à la souveraineté de la Chine en laissant supposer que Taïwan et Hong Kong ne feraient pas partie de l’empire du Milieu. La marque italienne s’est retrouvée dans le collimateur dimanche pour un t-shirt qui représente une liste de villes suivies du nom de leur pays, par exemple “Paris – FRANCE” et “Shanghai – CHINA”. Malencontreusement, la mention “Hong Kong” est suivie de “HONG KONG” en majuscules, alors que l’ancienne colonie britannique est revenue dans le giron chinois depuis… 1997. Lundi, le Français Givenchy -marque appartenant à LVMH- et l’Américain Coach étaient à leur tour dans le viseur pour des affronts similaires: des t-shirts pouvant laisser croire que Hong Kong, mais aussi Taïwan, seraient des territoires indépendants, alors que Pékin continue de revendiquer sa souveraineté sur l’île gouvernée séparément depuis 1949. Conséquence, à 12h45, le titre LVMH2e plus grosse pondération au sein du CAC 40– lâchait 2,7% et entraînait les autres grands noms du secteur dans son sillage (-1,6% pour Kering, -0,9% pour Hermès).

Après une ouverture en hausse, les valeurs bancaires se sont également retournées au cours de la matinée pour afficher des replis compris entre 0,8% pour BNP Paribas et 1,5% pour Société Générale vers 12h45.

Le groupe de conseil en technologie Altran a donné son feu vert aux conditions de son rachat par Capgemini, ont annoncé lundi les deux groupes, franchissant une nouvelle étape vers la création d’un géant français et mondial dans l’informatique. Les deux valeurs évoluent à l’équilibre à la mi-journée.

Sur le marché pétrolier, les cours de l’or noir baissent lundi matin, souffrant des tensions commerciales accrues entre la Chine et les États-Unis qui menacent la croissance mondiale. Vers 12h50, le baril de Brent cède 0,87% à 58,02 dollars quand celui de WTI recule de 1,39% à 53,74 dollars.

Enfin, sur le marché des changes, la monnaie unique abandonne près de 1% face au billet vert, à 1,1199 dollar (-0,94%) peu avant midi.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article