CAC 40 : Le marché parisien a difficilement reconquis le cap de 5000 points

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Inchangé la veille, le marché parisien n’a produit qu’une hausse de 0,46% alors que l’enthousiasme suscité initialement par le discours du président de la Fed est en grande partie retombé. La perspective d’un G20 compliqué ce week-end à Buenos Aires a limité l’appétit des investisseurs, permettant tout juste à l’indice de repasser 5000 points.

Après avoir atteint ce seuil symbolique plusieurs fois au cours des dernières séances mais sans parvenir à clôturer au-delà, le CAC 40 a enfin repassé les 5000 points jeudi. L’indice phare a clôturé à 5006,25 points, sur une hausse toutefois limitée de 0,46%, contre près de 0,9% de gains en matinée.

Dans un premier temps, le marché a salué le discours du président de la banque centrale américaine, qui a indiqué que les taux directeurs de la Fed étaient désormais juste en dessous du niveau d’équilibre, suggérant que le cycle de relèvement touche à sa fin. Certains économistes, à l’image d’Avery Shenfeld à la Banque canadienne impériale de commerce, cité par Marketwatch, avertissent toutefois que le discours du responsable de la politique monétaire américaine pourrait n’impliquer qu’une pause momentanée, la Fed ayant précédemment indiqué qu’elle pourrait amener ses taux au-delà du niveau considéré comme neutre.

Après une réaction enthousiaste mercredi soir à Wall Street, où les principaux indices ont gagné près de 3%, le marché américain est toutefois rapidement revenu à la prudence puisqu’au moment de la clôture parisienne, le Dow Jones cédait 0,32%, le S&P 0,37% et le Nasdaq 0,38%.

Par ailleurs, les tensions commerciales et diplomatiques demeurent prégnantes avant le sommet du G20 où l’unilatéralisme de Donald Trump pourrait encore faire des dégâts dans les relations commerciales, notamment avec la Chine. Le président français, d’ores et déjà en visite jeudi à Buenos Aires où se déroulera le G20, a souligné auprès de la presse locale le risque de blocage qui rendrait inutiles « et même contre-productives » les réunions visant à réguler le commerce international.

Envolée de Soitec

Du côté des valeurs, Soitec (+11,2% en clôture) a dominé le palmarès du SBF 120 après des résultats semestriels en forte amélioration. L’objectif d’une croissance organique d’au moins 35% cette année (relevée en octobre par rapport à une première estimation d’environ +30%) pourrait bien être dépassé, a laissé entendre son dirigeant. Mis résolument en avant par Midcap Partners, Ubisoft a bondi de 5,2%. Safran a gagné 5% après avoir présenté lors d’une journée investisseurs ses ambitions d’ici à 2022 et, à plus long terme, affirmé son objectif de devenir sous 15 ans le n°1 mondial des équipementiers aéronautiques. De son côté, EDF a pris 2,7% après la conclusion d’un accord en vue de céder un portefeuille d’actifs immobiliers à Colony Capital.

Hors des principaux indices, Parrot a sans surprise signé la plus forte hausse du marché parisien, grimpant de 82% pour s’aligner, au portage près, sur le prix proposé par Henri Seydoux pour racheter le solde du capital du groupe (à 3,185 euros dans la perspective d’une offre à 3,20 euros dont le calendrier reste à préciser).

Parmi les plus fortes baisses, Vallourec a reperdu 3,9%, Europacorp 8,4% et SoLocal 6%.

Le pétrole WTI sous les 50 dollars

Au chapitre énergétique, le baril de brut américain (WTI) a entrepris de rebondir à la suite d’opportunes rumeurs selon lesquelles la Russie consentirait à se joindre à une diminution de la production de l’Opep. Après avoir flanché en séance sous les 50 dollars, en fin de journée, cette référence se traitait à 51,94 dollars, en hausse de 3,28%, tandis que le Brent cotait 60,08 dollars (+2,25%).

Enfin la parité euro/dollar se redressait légèrement à 1,1383, après une hausse de plus de 0,8% du billet vert mercredi à la suite du discours de Jerome Powell.

Guillaume Bayre – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article