CAC 40 : Le retour des tensions commerciales a ramené le CAC 40 au plus bas depuis mars

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris est redescendu à son niveau d’il y a sept semaines, avec une accélération de ses pertes, nettement sous la barre de 5300 points. Le ministère chinois des Finances a répliqué au relèvement des taxes douanières mis en place depuis vendredi aux Etats-Unis.

Après une vive correction la semaine dernière sur fond de regain de tensions entre la Chine et les Etats-Unis, la baisse s’est prolongée lundi à la Bourse de Paris. L’indice phare a accru ses pertes dans l’après-midi pour se replier de 1,22% à 5262,57 points, au plus bas depuis le 25 mars.

Si le fil des discussions entre les représentants au commerce américains et chinois n’a pas été formellement rompu, les investisseurs ont continué à réévaluer la probabilité et le calendrier éventuel d’un accord entre les deux premières puissances économiques du monde. “Il semble que nous soyons beaucoup plus loin d’un accord et d’un happy ending que nous ne le pensions il y a encore une semaine”, juge Stéphane Déo de La Banque Postale Asset Management. La porte aux négociations restant ouverte, le spécialiste continue à penser qu’un accord est in fine l’issue la plus probable, mais “la situation est particulièrement confuse”, avec “beaucoup de bruit et peu de visibilité”. En outre, l’augmentation des tarifs douaniers pourrait bien changer la donne au niveau macro-économique, car au niveau de taxes décidé par Donal Trump cette fois le consommateur américain serait directement touché…

Tandis que les Etats-Unis ont porté vendredi de 10 à 25% les droits de douane sur près de 200 milliards de dollars de biens chinois importés, la Chine a annoncé à son tour relever ses barrières douanières. Selon un communiqué du ministère chinois des Finances, les taxes de 10% sur plus de 3000 articles passeront à 20 ou 25% selon le cas, et celles fixées à 5% sur près d’un millier d’autres produits doubleront à 10%. Une minorité de produits, notamment les pièces détachées automobiles, demeureront taxés à 5%.

La Chine laisse une porte ouverte à la négociation

“La décision de la Chine sur les tarifs douaniers est une réponse à l’unilatéralisme et au protectionnisme des États-Unis”, a souligné le ministère. La Chine espère toutefois que les États-Unis reviendront sur la bonne voie des négociations commerciales bilatérales et collaboreront avec la Chine pour permettre de rapprocher les intérêts des deux parties “afin de parvenir à un accord gagnant-gagnant et mutuellement bénéfique sur la base d’un mutuel respect”.

Une porte laissée ouverte donc par la Chine, mais rien ne dit que Donald Trump ne choisisse pas au contraire de radicaliser encore sa position dans la perspective de la campagne pour sa réélection, en préférant montrer à ses électeurs qu’il est prêt à “punir” la Chine plutôt que d’acquiescer à un accord en demi-teinte sur lequel son futur adversaire pourrait l’attaquer.

Sur le marché parisien lundi, Euronext a un temps tiré son épingle du jeu après l’obtention du feu vert du ministère norvégien des Finances au rachat de la bourse norvégienne, Oslo Bors, que convoitait également le Nasdaq. En tête du SBF 120 en matinée avec près de 2% de hausse, le titre de l’opérateur s’est retourné au vu de la baisse des indices, finissant en recul de 0,17%..

Dans le sillage d’un rebond de 4% vendredi, le titre EssilorLuxottica a grappillé 0,14% après l’officialisation d’un accord destiné à apaiser la crise de gouvernance qui a éclaté en mars.

Parmi les plus petites valeurs, Deinove s’est distingué par un bond de 5% (contre plus de 12% en séance) après la présentation par son partenaire, le groupe de chimie Solvay, auprès d’un parterre d’industriels de la cosmétique, de données sur un nouvel actif, le phytoène, qui apparaît agir en complément du collagène dans la préservation de la santé de la peau.

Toujours dans le secteur des biotechs, Plant Advanced Technologies a gagné 11,2%, Inventiva a pris 14%, Cerenis 8,6%, Theradiag 6,25% et Abivax 3,55%.

Casino et Air France à la peine

Ajoutant à l’humeur morose des investisseurs, ce sont surtout les notes publiées avant Bourse par les analystes qui font des dégâts. Casino a perdu 4,8% alors que Kepler Cheuvreux a abaissé son conseil de conserver à alléger tout en ramenant son objectif de 39,40 à 30,70 euros. Air France-KLM a cédé 4% tandis que Bernstein a dégradé sa recommandation de performance en ligne à sous-performance, ne visant plus que 7 euros par titre.

Carrefour a reculé de son côté de 1,2% après que sa filiale brésilienne Atacadão a passé dans ses comptes une provision pour couvrir les risques liés à plusieurs contentieux fiscaux au Brésil sur un montant d’environ 183 millions d’euros.

En réaction à un article du journal Le Monde affirmant que le rapport d’expertise commandée en 2017 par les juges chargés du dossier du dieselgate conclurait à l’utilisation dans certains modèles d’un système de dépollution ne fonctionnant pas en dessous de 50 km/h, le titre Renault a reflué de 2,4%.

Sur le marché pétrolier, les cours pétroliers sont d’abord repartis de l’avant en début de journée, avant de se retourner avec les autres actifs à risque. Le WTI texan a perdu 0,73% à 61,19 dollars et le Brent 0,57% à 70,22 dollars. Du côté des devises, l’euro demeurait stable à 1,1233 dollar.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article