CAC 40 : Les secteurs du luxe et du pétrole plombent le CAC

Mots-clefs : , , ,

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris a terminé dans le rouge (-0,48%) vendredi, lestée notamment par les valeurs pétrolières et le luxe, les investisseurs renouant avec leurs craintes après la parenthèse liée aux élections américaines de mi-mandat.

La Bourse de Paris termine la semaine en petite forme, notamment lestée par les valeurs pétrolières et le luxe, les investisseurs renouant avec leurs craintes après la parenthèse liée aux élections américaines de mi-mandat. L’indice vedette de la place parisienne a décliné de 24,70 points pour clôturer à 5.106,75 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,6 milliards d’euros, après avoir déjà fini en léger repli de 0,13% la veille. Sur la semaine écoulée, le CAC 40 termine quasiment à l’équilibre (+0,09%).

Interrogé par l’AFP, Alexandre Baradez, analyste chez IG France, estime qu' »il y a deux gros thèmes » qui pèsent sur le marché ce vendredi. « Le premier est la Chine. Nous voyons que les plus grosses baisses du CAC 40 sont celles des valeurs du luxe – LVMH, Kering – et ce sont clairement les statistiques et le comportement des indices chinois » qui jouent, a-t-il complété. En, effet, les prix à la production sont tombés, en Chine, à leur plus bas niveau en octobre depuis sept mois, selon des chiffres officiels publiés vendredi. Ces derniers confirment le ralentissement de l’activité dans un pays toujours aux prises avec des sanctions commerciales américaines. « Plus la banque centrale chinoise cherche à rassurer, plus cela donne le sentiment que l’économie est en train de ralentir », précise Alexandre Baradez. Dans ce contexte, les opérateurs de marché seront particulièrement attentifs à la rencontre, ce vendredi, entre l’administration américaine et deux hauts responsables chinois, trois semaines avant un tête-à-tête attendu entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20.

« Le deuxième gros thème » qui affecte les marchés « est le pétrole » car la « baisse des cours depuis plusieurs semaines a un effet sur les valeurs du CAC 40« , souligne l’analyste. Le cours du baril de Brent, référence européenne du prix du pétrole, est passé vendredi sous les 70 dollars, après une dégringolade de plus de 20% en un peu plus d’un mois. « Plus globalement, le marché se pose des questions sur le rythme de la croissance mondiale », estime Alexandre Baradez.

Les valeurs pétrolières dans le rouge

À la Bourse de Paris, les pétrolières étaient à la peine vendredi, sur fond de chute des cours du brut. TechnipFMC a cédé 3,80% à 22,29 euros, tout comme CGG (-12,97% à 1,53 euros), Rubis (-11,22% à 43,66 euros) ou encore Total (-1,83% à 50,49 euros). Rubis a d’ailleurs annoncé un chiffre d’affaires en hausse de 11% au troisième trimestre, malgré une légère baisse (-1%) des volumes distribués. Ces résultats n’ont guère convaincu Portzamparc qui a abaissé sa recommandation sur le titre.

Le luxe n’a pas été épargné non plus. Kering a perdu 3,49% à 393,20 euros, LVMH 1,85% à 266,00 euros, Hermès 0,24% à 495,20 euros et Dior 1,62% à 333,7 euros.

Parmi les autres valeurs, Nexans a chuté de 14,85% à 22,82 euros, pénalisé par la révision à la baisse de sa prévision d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) pour 2018. JC Decaux termine également en net recul, à -5,15% à 29,12 euros. Le géant de l’affichage publicitaire français a annoncé une hausse de 6,2% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, mais a prévu une croissance moins rapide au dernier trimestre. Edenred s’est apprécié de 2,66% à 34,30 euros, profitant de l’annonce de l’acquisition de l’entreprise américaine Corporate Spending Innovations (CSI), spécialisée dans les moyens de paiement, pour un montant de 600 millions de dollars (523,6 millions d’euros).

Du côté du marché de l’or noir, le baril de WTI américain se négociait à 59,99 dollars vers 18h20 (-1,3%) quand le Brent européen s’échangeait à 69,97 dollars (-1,4%) à la même heure.

Enfin, l’euro cédait 0,35% à 1,1325 dollars vers 18h25 face au billet vert.

Quentin Soubranne – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article