CAC 40 : L’offre de Veolia sur Suez et une OPA de Nestlé réveillent la Bourse de Paris

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Encouragé par des indicateurs asiatiques meilleurs qu’attendu, la Bourse de Paris repart de l’avant à la mi-journée lundi, tandis que le projet de rachat de Suez à Engie par Veolia profite à l’ensemble des protagonistes du secteur.

Ayant enregistré une progression de 2,18% la semaine dernière, le principal baromètre du marché parisien reste dans de favorables dispositions. Vers 12h30, le CAC 40 gagne 0,69% à 5.037,69 points, ce qui le place sur les rails d’une hausse de près de 5% pour l’ensemble du mois d’août. Les volumes d’échanges apparaissent cependant peu étoffés à seulement 640 millions d’euros.

Sans grand rendez-vous à l’agenda, la progression du marché parisien s’inscrit dans la lignée des nouveaux records de Wall Street (bientôt le Dow à 30.000 points?) vendredi, la hausse s’étant prolongé ce matin sur le Nikkei après l’annonce d’un rebond de 8% de la production industrielle au Japon en juillet. En Chine, l’indice PMI manufacturier s’est maintenu en août et pour un sixième mois d’affilée au-dessus de la barre de 50 qui sépare une contraction d’une expansion de l’activité, même si le curseur a un peu reculé (de 51,1 en juillet à 51 en août) en raison des inondations dans le Sichuan et dans la “municipalité” (rien de comparable avec une commune française) de Chongqing.

Veolia veut absorber Suez

L’offre soumise dimanche à Engie par Veolia en vue de lui racheter ses parts dans Suez, préalablement à une OPA sur le groupe, semble satisfaire toutes les parties. Suez, l’ancienne Lyonnaise des Eaux, grimpe de 18,55% sans s’aligner tout à fait sur le prix évoqué de 15,50 euros (14,51 euros en l’occurrence), dans la mesure où Veolia ne s’est pas véritablement engagé sur un prix d’offre, même si celui qu’acquitterait effectivement Engie servirait de “référence importante”, et où une telle opération pourrait ne pas intervenir avant 12 à 18 mois – et toujours sous réserve qu’Engie choisisse bien de se séparer de sa participation dans Suez. Si l’ancienne directrice générale Isabelle Kocher l’excluait, le groupe Engie après son départ a lancé une revue stratégique sur l’avenir de cette participation, relançant la spéculation.

Le candidat à l’acquisition grimpe aussi, en hausse de 3,5% à la mi-séance, dans la perspective de devenir le “grand champion mondial français de la transformation écologique”, tandis que le cours d’Engie accélère de 6,3%. S’il accepte l’offre de Veolia, ouverte jusqu’au 31 septembre, le groupe empocherait plus de 3 milliards d’euros au total, et se recentrerait totalement sur l’approvisionnement énergétique.

Plus indirectement, la thématique fusion-acquisition soutient la biotech tricolore DBV Technologies. L’offre amicale de Nestlé sur l’américain Aimmune, avec une prime généreuse de plus de 170%, réveille quelque peu DBV (+4%) alors que les investisseurs notent que Nestlé collabore avec le groupe français sur le volet du diagnostic.

Le Brent à plus de 46 dollars

Le contrat sur le baril de Brent se monnaye 46,49 dollars (+1,48%) tandis que celui sur le WTI prend 1,21% à 43,49 dollars. Une appréciation du brut qui profite aux parapétrolières comme CGG (+4%) ou TechnipFMC (+3,8%) ainsi qu’à Total (+1,7%)

Sur le marché des changes, l’euro qui a repassé la barre de 1,19 dollar vendredi continue à progresser petit à petit, actuellement de 0,05% à 1,1912 dollar.

Guillaume Bayre – ©2020 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article