CAC 40 : Lundi 9 novembre 2020, une envolée en tous points exceptionnelle pour le CAC 40

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Euphorique à l’annonce d’un vaccin contre le Covid, le CAC 40 a signé lundi la huitième meilleure performance de son histoire. Retour sur une folle séance qui restera dans les mémoires.

Historique à plus d’un titre. La séance du lundi 9 novembre 2020 restera gravée dans les annales boursières. Huitième meilleure performance historique de l’indice depuis sa création en 1987 (soit sur près de 6.000 séances), le gain de 7,57% enregistré par le CAC 40 lundi est également exceptionnel dans le fait qu’il intervienne au sortir d’un gain hebdomadaire de 8%, alors que le baromètre du marché parisien enregistre traditionnellement ses meilleures performances… dans le sillage de ses pires chutes.

Si l’on prend les 7 séances de l’histoire au cours desquelles le CAC a signé une performance meilleure que celle de lundi, on se rend compte rapidement que cinq d’entre elles dates de 2008, en pleine tempête boursière. La toute meilleure performance journalière par l’indice vedette (+11,18% le 13/10/2008) faisait ainsi suite à un effondrement de 7,7% intervenu le vendredi 10 octobre, alors que les marchés mondiaux étaient emportés dans le tourbillon de la panique mondiale induite par la crise économique et financière. Les deuxième et troisième meilleures séances jamais enregistrées par le CAC (+10,09% le 24/11/2008 et +9,66% le 10/05/2010) étaient aussi intervenues des lundis, au sortir de krachs hebdomadaires (-3,3% le vendredi 21 novembre 2008 et 4,6% le vendredi 7 mai 2010, en pleine crise de la dette grecque). Tout comme celle du 8 décembre 2018 (+8,68%, 6e meilleure performance), après une chute de 5,5% le vendredi.

Sur ses 7 séances, une seule avait été précédée d’une hausse (celle du 29/10/2008 (+9,23%, 5e meilleure performance), après un modeste gain de 1,5% le 28 octobre) mais ce dernier avait eu lieu après une chute de 11,7% en 4 séances, entre les 21 et 27 octobre).

Plus récemment, la seule séance bouclée par le CAC 40 sur une progression encore plus forte que celle de lundi, à savoir celle du 24 mars dernier (+8,39%), était intervenue après un repli de 3,3%.

Historique en termes de gains, la séance de lundi le fut aussi en matière de volume de transactions puisque 9,2 milliards d’euros ont changé de mains au sein de l’indice phare, signe de l’appétit retrouvé des investisseurs pour le risque. Seules 5 séances -toutes entre le 28 février et le 13 mars- avaient enregistré des volumes d’échanges supérieurs en 2020. La flambée de ce lundi apparaît donc en tout point exceptionnelle, et les analystes ne s’y sont pas trompés.

La “nouvelle la plus importante de la décennie”

La séance avait certes déjà démarré en hausse de près de 1,5% dans le sillage de la confirmation de la victoire de Joe Biden, mais tout s’est brutalement accéléré peu après 12h30 à l’annonce des résultats intermédiaires de la phase finale d’essais du vaccin expérimental de Pfizer et son partenaire BioNTech contre le nouveau coronavirus, démontrant une “efficacité à 90%”. Le CAC 40 a alors pris 300 points en l’espace d’une demi-heure, avant de continuer à accroitre progressivement ses gains jusqu’à boucler la séance sur un gain de 7,57%, après avoir gagné jusqu’à plus de 8% une heure avant la clôture.

L’annonce par Pfizer d’un vaccin tant attendu a bel et bien “fait l’effet d’une bombe”, comme le souligne Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France. “On peut probablement parler de game-changer” s’est encore enthousiasmé l’expert, qui a également relevé que “même Anthony Fauci, spécialiste américain des maladies infectieuses et membre de la task force de l’administration américaine pour gérer la crise du Covid-19 aux Etats-Unis a déclaré que l’efficacité du vaccin expérimental était extraordinaire et que cela aurait un impact majeur sur la réponse apportée au Covid-19″.

“Cette nouvelle est énorme, on l’attend depuis très longtemps!” s’est pour sa part réjoui Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance, quand Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets, enflammé, a évoqué “l’information de l’année, peut-être même de la décennie”.

“On voit de la lumière au bout du tunnel”, a résumé Jack Ablin, directeur des investissements chez Cresset Wealth. “La nouvelle de ce vaccin apporte deux messages: on va surmonter la crise sanitaire et on dispose d’une voie bien plus claire vers un rétablissement”, a-t-il ajouté. “Un vaccin est une pièce importante du puzzle, indispensable à l’économie et aux marchés mondiaux pour mettre fin à la récession. Des obstacles subsistent mais pour l’instant, cela change la donne entre les secteurs gagnants et perdants du COVID-19”, a complété Karen Ward, responsable de la stratégie marchés EMEA chez JPMorgan AM.

S’il est encore trop tôt pour crier victoire alors que la deuxième vague pandémique semble encore particulièrement vigoureuse en Europe et aux États-Unis, les analystes sont formels: l’élaboration d’un vaccin efficace contre le Covid constituait le seul moyen de venir à bout du “cygne noir” -qui se définit comme un “choc externe, imprévu et majeur”- qui s’était abattu sur l’économie mondiale et les marchés financiers.

Quentin Soubranne – ©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article