CAC 40 : Malgré le discours de la Fed, le CAC 40 termine encore dans le rouge

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Le premier jour de l’audition de Jerome Powell face au congrès américain n’a pas vraiment libéré les initiatives sur les marchés d’actions. Après une incursion en hausse, l’indice phare parisien a fini non loin de l’équilibre, en recul symbolique de 0,08%.

La valse-hésitation qui caractérise la Bourse de Paris depuis plusieurs séances s’est poursuivie mercredi. L’indice phare a clôturé légèrement dans le rouge, pour la quatrième séance consécutives. En léger recul (-0,26%) à l’ouverture, le CAC 40 est longtemps resté autour de la zone d’équilibre, avant une tentative de rebond dans l’après-midi au début de l’audition du président de la Réserve fédérale devant le congrès américain, pour finalement restituer ses légers gains et clôturer à 5.567,59 points (-0,08%). À 2,44 milliards d’euros, les volumes d’échanges ont à peine dépassé ceux de la veille.

L’audition de Jerome Powell qui se poursuivra jeudi n’incite pas pour l’heure les opérateurs à se départir de leur prudence. Le président de la Fed a noté que les incertitudes, nombreuses, continuaient à peser sur les perspectives de l’économie américaine et rappelé que la banque centrale se tenait prête à intervenir en conséquence. Mais sans se risquer à donner un calendrier de baisse des taux. Interrogé sur les pressions de la part du président des Etats-Unis, qui trouve que la Fed maintient les taux à un niveau excessivement élevé, Jerome Powell a en outre assuré qu’il refuserait de quitter son poste si Donald Trump le lui demandait. C’est le président des Etats-Unis qui nomme le patron de la Fed (en l’occurrence Trump lui-même a préféré Powell à sa prédécesseure Janet Yellen) mais il ne peut pas, en principe, le démettre.

“Les marchés veulent désormais avoir des indications claires” et des perspectives précises, estime Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque, pour qui “l’espoir quant à une prochaine baisse des taux semble ne plus être le catalyseur suffisant pour soutenir les marchés qui en demandent davantage”. “La possibilité d’une non-action commence à affleurer et avec elle les craintes de devoir rétribuer l’excès d’optimisme qui règne depuis plusieurs semaines”, ajoute-t-il. Si aucune annonce majeure de la part du patron de la Fed n’est attendue, les opérateurs scrutent ses déclarations à la recherche du moindre indice quant à l’évolution de la politique monétaire de l’institution.

A Wall Street, après une hausse plus consistante en début de séance, les principaux indices réduisaient aussi leurs gains avec +0,28% pour le Dow Jones, +0,34% pour le S&P500 et +0,5% pour le Nasdaq au moment de la clôture européenne. Après avoir franchi en matinée pour la première fois le cap de 3000 points, l’indice large S&P revenait donc légèrement en-deçà.

Les banques recherchées

Sur le front des valeurs, TechnipFMC a fini en tête de l’indice CAC 40 à la clôture (+2,1%) avec l’accélération des cours pétroliers.

Airbus a pris 1,4% pour toucher un nouveau plus haut historique (approchant maintenant les 100 milliards d’euros de capitalisation), grâce à l’annonce du nombre de livraisons au premier semestre, qui place l’avionneur européen loin devant son concurrent américain Boeing, pénalisé par les problèmes du 737MAX.

Le compartiment bancaire a profité du rebond des rendements obligataires avec 1% de gains pour Société Générale, Crédit Agricole et BNP Paribas se contenant de +0,3%.

Le titre Air France-KLM a légèrement (+0,2%) rebondi après avoir pâti mardi de la décision du gouvernement de la mise en place d’une “écocontribution” de 1,50 à 18 euros sur les billets d’avion, une décision jugée “incompréhensible” par la compagnie aérienne franco-néerlandaise. Les recettes seront investies dans des infrastructures de transports plus écologiques, a précisé la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Sur le reste de la cote, Boiron a repris 4,4% au lendemain d’un recul de 3,6% à la suite de la confirmation du déremboursement complet de l’homéopathie.

Rallye boit encore la tasse

Rallye a encore lâché 7,4% alors que le tribunal de commerce de Paris a autorisé, mardi, la Société Générale à récupérer des actions représentant 3,4% du capital de Rallye en garantie de contrats conclus avec l’une des holdings du groupe de Jean-Charles Naouri, qui pourrait perdre le contrôle du groupe.

Enfin, la jeune société lyonnaise de technologies médicales Biom’up a progressé de 3,8%, après avoir enregistré une progression de son chiffre d’affaires de 150% au premier semestre, même si la biotech doit impérativement renflouer sa trésorerie d’ici septembre.

Les propos accommodants de Powell faisant baisser le billet vert, la monnaie unique européenne prenait 0,4% à 1,1254 dollar en fin de journée.

Du coté de l’or noir, le baril de Brent de mer du Nord bondissait de 3% à 66,09 dollars vers 17h35, quand celui de WTI texan s’adjugeait 2,89% à 59,49 dollars, une cinquième séance consécutive dans le vert alors que les statistiques sur les stocks américains de brut on montré une nouvelle baisse au cours de la semaine écoulée, de près de 10 millions de baril. Par ailleurs, certaines installations du Golfe du Mexique commencent à être évacuées en prévision du passage d’une tempête tropicale d’ici ce week-end.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article