CAC 40 : Net repli hebdomadaire du CAC 40, plombé par la hausse des taux

Mots-clefs : , , , ,

(BFM Bourse) – Le marché parisien a encore perdu 0,95% vendredi, portant son repli hebdomadaire à 2,44%. A la hausse des rendements obligataire est venu s’ajouter un potentiel scandale d’espionnage chinois, semant le trouble parmi les valeurs technos.

Le marché parisien a connu une fin de semaine délicate, reculant de 0,95% vendredi après déjà -1,5% la veille, l’indice phare retombant à 5359,36 points en clôture. Le CAC 40 accuse ainsi 2,44% de baisse hebdomadaire, dans un marché de plus en plus préoccupé par la hausse des rendements obligataires. Sur la semaine, seule une poignée de valeurs du CAC -dont Axa et Crédit Agricole, dans la mesure où cette hausse favorise en partie la rentabilité des entreprises financières- sont parvenues à rester à flots.

La publication vendredi après-midi du rapport sur l’emploi américain de septembre, faisant apparaître un taux de chômage encore plus faible qu’attendu – au plus bas depuis 1969, bouquet final de toute une série d’indicateurs encourageants au regard de l’économie américaine, est venu entériner les anticipations d’une nouvelle hausse des taux à venir de la part de la Réserve fédérale. De quoi porter à plus de 3,2% le rendement du bon du Trésor US à 10 ans, diminuant mécaniquement l’attrait des actions.

Pour d’autres raisons, le taux des emprunts dans la zone euro ont également été sous les projecteurs : le taux des BTP (bons du Trésor à 10 ans) italiens ont aussi dépassé la barre de 3%, non pas comme aux USA dans la perspective d’une hausse du loyer de l’argent de la banque centrale, mais en raison de l’augmentation de la prime de risque exigée par les investisseurs face au risque d’un dérapage du déficit italien, que la coalition au pouvoir s’est employée à minimiser après avoir initialement avancé un projet de budget expansionniste.

Une affaire d’espionnage qui plombe la tech américaine

Enfin, une enquête de Bloomberg révélant une potentielle vaste opération d’espionnage de la Chine via des processeurs miniaturisés a jeté la suspicion sur le secteur des hautes technologies. Le Nasdaq Composite (-1,52% au moment de la clôture européenne) en faisait particulièrement les frais. Le Dow Jones reculait de son côté de près de 1%.

S’agissant des valeurs françaises, STMicroelectronics (-4,9%) et Soitec (-2,75%), équipementiers de nombre de grands groupes technologiques, ont aussi pâti de la polémique envers la Chine.

Victime d’une dégradation par Berenberg, Eurofins Scientific a chuté de 4,7%.

Inversement, le relèvement de l’avis de Goldman Sachs a permis à Eutelsat de gagner 6,9%. Le secteur de la télévision a aussi bien progressé dans le sillage d’un projet d’assouplissement de la réglementation sur l’audiovisuel français, remontant pour l’essentiel à 1986. TF1 a a grimpé de 2,5% et M6 de 2,2%.

Guillaume Bayre – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article