CAC 40 : Portée par un indicateur chinois et l’emploi américain, la Bourse de Paris finit la semaine du bon pied

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Bien aidé par l’embellie inattendue du secteur manufacturier chinois dans la matinée, le CAC 40 a également pu compter vendredi après-midi sur la vigueur des créations d’emplois outre-Atlantique pour terminer la semaine sur une hausse de 0,56%.

Séance particulièrement calme pour clore une semaine chargée en publications d’entreprises et rendez-vous macroéconomiques, en ce jour férié de la Toussaint. Dans un volume d’échanges particulièrement étroit (moins de 2,7 milliards d’euros), le baromètre parisien termine la semaine sur un gain de 0,56% à 5.761,89 points, dynamisé par des créations d’emplois solides aux États-Unis et un redressement inattendu du secteur manufacturier chinois.

La cote parisienne a démarré le mois de novembre sur une note modérément positive avant d’accélérer le pas dans la foulée de la publication du rapport mensuel sur l’emploi aux États-Unis en octobre. Au cours de la semaine écoulée, l’indice a gagné 0,69%. Ses gains depuis le 1er janvier atteignent 21,80%.

“Les chiffres chinois constituent un soulagement pour les marchés, l’indicateur PMI ayant défié les chiffres officiels pour atteindre un plus haut depuis presque trois ans”, souligne Neil Wilson, analyste pour markets.com dans sa note matinale. Pour David Madden, analyste chez CMC Markets, cette “amélioration de l’indice manufacturier chinois contrebalance les inquiétudes liées au commerce”.

L’indice des directeurs d’achat (PMI) pour le secteur manufacturier s’est établi à 51,7 le mois dernier, contre 51,4 en septembre. Il s’agit du plus haut niveau de cet indice -très suivi par les investisseurs- depuis février 2017. Ce chiffre contraste par ailleurs avec celui publié jeudi par le gouvernement chinois, qui a fait état d’un recul de l’activité manufacturière en octobre, à son plus bas niveau depuis huit mois.

Les préoccupations liées au commerce international ont ressurgi après une information de l’agence de presse Bloomberg selon laquelle des officiels chinois doutent de pouvoir conclure un accord commercial de long terme avec les Etats-Unis. Cet accord devait initialement être signé en marge d’un sommet au Chili mi-novembre, mais l’événement a été annulé en raison de la crise sociale qui secoue ce pays. “La Chine et les Etats-Unis sont en train de choisir un nouvel endroit pour la signature de la phase 1 de l’accord commercial, soit environ 60% de l’accord total”, a annoncé Donald Trump sur Twitter jeudi pour tenter de rassurer le marché, précisant que le lieu où sera signé cet accord sera “annoncé bientôt”.

Le marché parisien a trouvé un second souffle en début d’après-midi après avoir pris connaissance des créations d’emplois aux États-Unis, qui sont restées solides en octobre, à 128.000, un chiffre légèrement supérieur au consensus. “Ces chiffres témoignent encore de la vigueur du marché de l’emploi américain”, a noté Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

Les bonnes nouvelles macroéconomiques ont clairement pris le pas vendredi sur le dossier commercial, et ce malgré l’annonce en fin de séance de l’autorisation donnée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Pékin d’imposer des sanctions sur 3,6 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros) de produits américains par an, dans un litige vieux de six ans.

Wall Street dans le vert

Les principaux indices américains affichent de nette hausse à la mi-journée vendredi, portés par les chiffres convaincants des créations d’emplois et l’indice manufacturier chinois qui tempèrent les craintes de ralentissement économique mondial. Vers 18h30, le Dow prend près de 1% quand le S&P et le Nasdaq s’adjugent 0,8% chacun.

Les valeurs minières et automobiles en forme

Sur le terrain des valeurs, Amundi (+5,8% a continué à profiter des bons résultats publiés la veille avec une collecte record et un bénéfice net en hausse de 4% au troisième trimestre 2019. Les titres liés aux matières premières ont profité du regain d’optimisme. ArcelorMittal a bondi de 6%, Eramet de 3,3% et Aperam de 4,6%.

Porté par une nouvelle commande de la compagnie vietnamienne Bietjet d’une valeur d’au moins 1,8 milliard d’euros, Airbus a avancé de 1,2%. Air France-KLM, en revanche, a encore souffert (-1,2%) au lendemain de la publication d’un bénéfice net trimestriel en chute de plus de moitié par rapport à il y a un an.

Le secteur automobile a profité de la hausse des immatriculations françaises de 8,74% sur un an en octobre: PSA s’est adjugé 2,9% et Renault 2,1%. à 46,73 euros.

Rassuré par la santé de l’économie chinoise, le luxe était également bien orienté vendredi, avec des gains de 1,8% pour LVMH, 1% pour Hermès et 0,9% pour Kering.

Sur le front pétrolier, les prix des barils de brut ont également profité des chiffres de l’emploi américain pour repartir nettement à la hausse. À 18h35, le baril de Brent grimpe de 2,82% à 61,30 dollars et celui de WTI prend 2,95% à 55,78 dollars.

Enfin, sur le marché des changes, la monnaie unique s’apprécie légèrement face au billet vert à 1,1162 dollar (+0,09%).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article