CAC 40 : Séance sans conviction pour la Bourse de Paris, +0,17% en clôture

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Au lendemain d’une modeste hausse de 0,21%, le CAC 40 a continué d’avancer à un rythme très mesuré. Au terme d’une séance peu animée, l’indice a grappillé encore 0,17%, alors que la saison des résultats trimestriels prend de l’ampleur.

Après le timide rebond enregistré lundi, l’indice phare parisien s’est contenté mardi d’engranger moins d’une dizaine de points, soit 0,17%, à 5.653,20 points mardi, dans un faible volume d’échanges de 2,6 milliards d’euros.

L’absence d’indicateurs macro-économiques de poids et d’avancées significatives sur les principaux volets géopolitiques n’ont guère suscité de vocations acheteuses. Les opérateurs ont suivi avec résignation les développements du Brexit, avec un intérêt qui semble diminuer avec le temps face aux rebondissements dont nous régale (ou pas) la classe politique britannique. Un certain optimisme continue à prévaloir vis-à-vis des négociations commerciales sino-américaines, Donald Trump ayant réaffirmé les progrès des discussions, tandis que son conseiller économique Larry Kudlow a laissé entendre que l’augmentation des droits de douane prévue en décembre pourrait être abandonnée.

À Wall Street, la tendance s’orientait également en très légère hausse, malgré des publications contrastées. Ainsi, Procter & Gamble a dépassé les prévisions des analystes au troisième trimestre, au contraire de McDonald’s, tandis que le transporteur UPS relevait ses objectifs annuels. Le Dow Jones affichait une hausse de 0,2% et le S&P 500 de 0,15% au moment de la clôture en Europe, tandis que le Nasdaq cédait 0,11%.

À Paris la saison des résultats se poursuit également. Certaines valeurs ont semblé réagir par anticipation à l’image d’Ingenico (+1,7%), qui a réitéré après Bourse ses objectifs 2019 au vu d’une croissance solide de son chiffre d’affaires trimestriel. Mais c’est Publicis qui a pris la tête du CAC 40, rebondissant de 1,9% quelques jours après être tombé à un plancher depuis 2012.

Du côté des plus petites valeurs, Fountaine Pajot a bondi de 5,2% après l’annonce d’une progression de 51% (17% en pro forma) de son chiffre d’affaires pour l’exercice écoulé, nouveau témoignage de la vigueur du marché de la plaisance après les bons chiffres de Catana Group.

Le fabricant de matériel pour les jeux vidéos Bigben a progressé de 1,6% grâce à une accélération des ventes sur son deuxième trimestre, amenant le groupe à confirmer ses objectifs pour l’exercice 2019-2020.

Grosse déception en revanche chez Thales, qui a cédé 2,65% supplémentaires, après avoir déjà été très sanctionné jeudi dernier en révisant à la baisse son objectif de croissance organique sur 2019 (attendue désormais autour de 1% seulement). Le groupe d’électronique et de défense a publié ce matin le détail de son chiffre d’affaires à fin septembre, qui ne rassure en rien le marché. Malgré une croissance au contraire améliorée au cours du trimestre écoulé, bioMérieux a été également sanctionné, de 2,6%.

La plus forte chute du SBF 120 est à imputer à Imerys, qui a sombré de 13% après avoir averti d’une probable baisse de 20% de son résultat courant cette année, au lieu de 10%, à cause d’une performance commerciale décevante. La goutte d’eau, après une chute de 60% du cours depuis la nomination de Conrad Keijzer, qui a entraîné la démission du directeur général à effet immédiat. Patrick Kron, déjà président du conseil d’administration, va assurer son rôle le temps de trouver un nouveau DG.

Le rebond des cours pétroliers esquissé en matinée s’accélérait en fin de séance européenne, avec un baril de WTI au prix de 54,29 dollars (+1,84%) et celui de Brent à 59,91 dollars (+1,63%).

Sur le marché des changes, l’euro est presque stable (-0,08%) à 1,1140 dollar. Depuis le 1er octobre, où la monnaie unique était tombée à son plus bas niveau depuis mai 2017, la devise a rebondi d’environ 2,5%

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article