CAC 40 : Séance terne mais positive pour le marché parisien

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Ce 11 novembre, le CAC 40 a bouclé sur une timide hausse, plutôt inespérée étant donné le retour des incertitudes qui pesait notamment sur Wall Street en début de journée. Les volumes sont restés faibles, en l’absence de nombreux opérateurs pour ce jour férié.

Journée chômée pour de nombreux opérateurs à Paris à l’occasion du 11 novembre, mais une séance également allégée à Wall Street, avec par exemple la fermeture du marché obligataire, les américains commémorant ce même jour leurs anciens combattants tous conflits confondus (Veterans Day). Résultat, une séance calme qui se termine pour le CAC 40 par un gain symbolique de 0,08% (soit un peu plus de quatre points de hausse par rapport à vendredi), à 5.893,82 points. Moins de 2,2 milliards d’euros ont été échangés sur la journée.

Une performance plutôt bien payée par rapport à la tendance qui s’établissait en début de journée. Après avoir affiché une performance positive au titre de chacune des trois dernières semaines, le marché parisien a ouvert sur une note négative, à la suite des indices asiatiques pénalisés par de nouvelles violences à Hong Kong. Shanghai notamment a perdu 1,8% et le Hang Seng 2,6%

Sur le marché d’actions américain, ouvert donc malgré ce jour férié fédéral, les principaux indices reculaient légèrement alors que l’administration américaine s’est cette fois employée à relativiser les progrès relatifs aux négociations avec la Chine en vue de signer le premier volet d’un accord commercial.

Ce week-end, Donald Trump a en effet démenti avoir donné son aval à la levée de la totalité des droits de douane imposés progressivement depuis mars 2018 sur un grand nombre de marchandises chinoises. Selon le Président des Etats-Unis, la Chine est davantage demandeuse d’un accord qu’il ne n’est lui-même. Dans le même temps ou presque, il a reconnu que les discussions allaient moins rapidement qu’il ne l’espérait. Tout en indiquant étudier plusieurs lieux sur le sol américain pour une prochaine signature…

Pour autant à Paris, la tendance a été soutenue par les valeurs bancaires, le luxe ou l’énergie. Total a notamment avancé de 0,23% après l’annonce d’uns scission de sa filiale photovoltaïque américaine SunPower. L’opération verra le chinois Tianjin Zhonghuan Semiconductor investir au capital de Maxeon Solar, l’entité focalisée sur les panneaux solaires. Le reste de SunPower se recentrera sur le stockage et les services énergétiques.

C’est la biotech Genfit (+7,7%) qui a pris la tête du SBF 120, après la présentation lors d’un important congrès scientifique de résultats concernant un outil non-invasif pour diagnostiquer la NASH chez des patients atteints du diabète de l’âge mûr. Dans le même secteur, AB Science a poursuivi et amplifié le rebond entamé jeudi dernier après l’annonce d’un succès en phase avancée d’essais cliniques pour sa molécule phare dans l’asthme sévère.

Sur le marché des changes, l’euro reprenait 0,15% à 1,1035 dollar, tandis que la livre sterling bondissait de 0,63% face au billet vert et de 0,47% face à la monnaie unique, après que le leader britannique europhobe Nigel Farage a indiqué qu’il n’opposerait pas de candidats aux Conservateurs les circonscriptions remportées par ces derniers en 2017, renforçant les chances de Boris Johnson de remporter les législatives anticipées dans un mois. Et donc les chances de voir approuvé par le Parlement le projet de sortie tel que négocié avec les Vingt-Sept, diminuant aux yeux des traders le risque d’une sortie désordonnée.

Du côté du pétrole, le cours du pétrole Brent de la Mer du Nord reculait de 0,26% à 62,35 dollars, tandis que le WTI texan cédait 0,44% à 56,99 dollars, tandis que l’Opep ne semble pas prêt à réduire davantage la production, bien que les engagements actuels soient vraisemblablement prolongés au-delà de mars prochain. Certains opérateurs espéraient voir le cartel consentir de nouveaux efforts pour limiter l’offre. Un statu quoi qui n’arrange pas forcément Aramco, à l’heure où le producteur saoudien lance son introduction en Bourse. Les documents présentés aux investisseurs par le groupe dimanche ont révélé que le baisse des cours avait pesé sur son chiffre d’affaires trimestriel, et plus fortement encore sur les bénéfices de la période, compte tenu du coût de remise en état des installations ayant subi des attaques de drone.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article