CAC 40 : Tenté par l’immobilisme, le CAC termine néanmoins en légère hausse

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris boucle la séance de jeudi sur une avance de 0,21% après avoir tourné autour de l’équilibre tout au long de la journée, les investisseurs limitant toujours les initiatives, notamment dans l’attente de détails sur l’accord commercial partiel entre la Chine et les Etats-Unis.

Et si on arrêtait les compteurs de 2019 dès aujourd’hui ? Le CAC 40 afficherait 26,2% de gains, soit sa meilleure performance depuis… 1999. Une perspective semble-t-il satisfaisante pour la plupart des opérateurs, puisque le marché parisien n’évolue quasiment plus sur les trois dernières séance. Après avoir bouclé les deux dernières en léger recul (-0,39% mardi puis -0,15% mercredi), le principal baromètre du marché parisien reprend 0,21% jeudi, à 5.972,28 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,28 milliards d’euros.

Si le CAC avait encore trouvé lundi le dynamisme suffisant pour accélérer de plus de 1,2% (et renouer brièvement avec le seuil de 6000 points), l’apathie semble donc s’être emparée du marché depuis et la séance de ce jeudi s’est jouée sur la même tonalité, faute d’actualité marquante et alors que les intervenants se préparent aux fêtes de fin d’année.

En route vers de nouveaux records, Wall Street fait fi de la procédure de destitution

Outre-Atlantique, les marchés sont restés indifférents au procès en destitution visant Donald Trump, les principaux indices ayant fini mercredi en ordre dispersé non loin de l’équilibre. La Chambre des représentants a voté sur la mise en accusation de Donald Trump, ce qui ne fait que conforter sa popularité dans les sondages. Après cette première étape, la balle est en théorie dans le camp du Sénat, qui doit trancher. Mais la majorité républicaine importante dans la Chambre haute permet d’exclure, sauf coup de théâtre hautement improbable, un vote pour une destitution effective. De plus, la présidente du groupe Démocrate à la Chambre menace pour l’instant de ne pas transmettre au Sénat les articles d’impeachment nécessaires au procès, faute de garanties sur l’impartialité des sénateurs (le chef de la majorité républicaine au Sénat, McConnell, dont l’épouse est actuellement ministre de Trump, a par exemple déjà refusé de convoquer le témoignage de collaborateurs du président).

Les principaux indices new-yorkais semblent (encore une fois) bien partis pour atteindre de nouveaux plus hauts historiques ce jeudi, affichant tout trois de jolis gains en fin de matinée (+0,4% pour le Dow, 0,3% pour le S&P, +0,5% pour le Nasdaq).

Les biotechs à l’honneur

Derrière le calme qui règne sur l’essentiel de la cote parisienne, quelques variations plus marquées sont tout de même à signaler en particulier sur le compartiment de biotechs, grâce une fois n’est pas coutume à des données cliniques positives. Inventiva s’est adjugé ainsi 9,7% en clôture après la réussite d’une étude sur son composé odiparcil dans la mucopolysaccharidose, une maladie génétique rare difficilement traitée aujourd’hui. Et Nicox a pris 6,3% grâce à un essai également réussi dans une affection infiniment moins grave, mais très courante, la blépharite (une inflammation de la paupière). Dans la foulée Abivax, qui n’a pas de données immédiates mais dont le ABX464 suscite un certain intérêt, a pris 8,5%.

Egalement à signaler au rayon des biotechs, la jolie performance de Genfit, dont le titre a gagné 8,4%.

En dehors de ces entreprises de recherche biopharmaceutique, Akka Technologies a tiré profit (+4,5%) de l’annonce de son projet de rachat du norvégien Data Respons.

En baisse, la société d’imagerie médicale Guerbet a abandonné 14% après avoir annoncé le remplacement inattendu de son directeur général par l’actuel directeur commercial, le franco-américain David Hale, en même temps qu’une révision à la baisse de ses objectifs de marge pour 2020.

Du côté des devises, l’euro remontait de 0,13% à 1,1130 dollar à 18h. Dans le même temps, les cours des références mondiales de brut poursuivaient leur remontée avec un gain de 0,66% pour le baril de Brent à 66,61 dollars et de 0,69% à 61,27 dollars pour celui de WTI.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article