CAC 40 : Tiré par LVMH Moet Vuitton et les valeurs cycliques, le CAC 40 signe une troisième séance de hausse

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Parvenue lundi au-delà des 5.800 points, du jamais vu depuis plus de douze ans, la Bourse de Paris a continué à progresser mardi, à un rythme un peu plus modéré de 0,4%. Les valeurs les plus exposées au cycle économique ont continué à bénéficier des faveurs des opérateurs, toujours dans l’espoir d’une résolution au moins partielle du conflit commercial sino-américain. Et LVMH a encore amélioré son record…

Au lendemain d’un plus haut en clôture depuis plus de 12 ans, le baromètre parisien a accru ses gains mardi, dans un marché toujours confiant quant à l’issue des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis, après les signaux positifs envoyés par les deux parties ces derniers jours. Dans un volume d’échanges de 2,9 milliards d’euros, peu étoffé, l’indice phare a progressé de 0,39% à 5.846,89 points au terme d’une troisième séance consécutive dans le vert.

Après les nouveaux records historiques enregistrés par les trois principaux indices de Wall Street, euphorisés par la perspective de la signature d’un premier accord entre Washington et Pékin (dit phase 1), le Dow Jones et le Nasda continuaient sur leur lancée, grappillant encore respectivement 0,1% et 0,05% au moment de la clôture européenne, tandis que le Nasdaq reculait marginalement de 0,07%.

Dans le sillage de l’optimisme manifesté par les principaux négociateurs quant à la signature d’ici la fin du mois d’un accord commercial partiel par les présidents américain et chinois, les Etats-Unis pourraient d’ailleurs revenir sur les droits de douane mis en place en septembre et renoncer à ceux prévus à partir du 15 décembre sur environ 156 milliards de dollars de marchandises chinoises, selon des indiscrétions rapportées par divers médias.

Côté indicateurs, l’activité dans les services en Chine a connu son rythme de progression le plus faible depuis 8 mois en octobre. Par ailleurs, l’activité dans le secteur des services aux Etats-Unis mesurée par l’nstitute of Supply Management (ISM) a progressé à 54,7 en octobre, depuis 52,6 en septembre – une lecture qui s’oppose toutefois à celle d’IHS Markit, dont l’indice pour octobre et toujours dans les services a diminué de 50,9 à 50,6…

LVMH franchit les 200 milliards d’euros de capitalisation

Sur le terrain des valeurs, le n°1 mondial du luxe qui a atteint lundi soir le cap de pour 200 milliards d’euros de valorisation boursière, une première pour un groupe français coté, a encore pris 0,69% avec un cours unitaire de plus de 400 euros et une capitalisation totale de 202,3 milliards… Aucune autre entreprise en zone euro n’est aussi richement valorisée, il faut se tourner vers la Bourse suisse avec Nestlé par exemple pour trouver mieux sur le vieux continent.

Le discret leader mondial de la gestion de relation client Teleperformance a signé un nouveau trimestre impressionnant, son trentième avec une croissance organique supérieure à 5%, et en profite pour relever (comme à son habitude) son objectif annuel. Le titre a pris 3,8% (et plus de 50% depuis le 1er janvier), meilleure performance du SBF 120 à la mi-journée.

Les valeurs exposées au cycle économie comme ArcelorMittal (+2,2% après avoir fait part de son intention de renoncer au rachat de l’italien Ilva), Publicis (+1,7%), Michelin (+1,66%) ou Total (+1,6%) ont aussi été recherchées.

La stratégie d’Air France sanctionnée par les marchés

De l’autre côté du palmarès, Air FranceKLM a lâché 5,7% après la présentation aux investisseurs, par Ben Smith, d’un nouveau plan stratégique à 5 ans. La compagnie franco-néerlandaise compte notamment sur une meilleure gestion de sa flotte pour gonfler ses recettes et améliorer son efficacité opérationnelle, pour porter sa marge à 7-8% à moyen terme, mais selon UBS il n’y a rien dans ces objectifs que les investisseurs n’avaient globalement déjà anticipé.

Safran a perdu 0,56% après avoir choisi Olivier Andriès, l’actuel patron de sa division Propulsion, pour succéder à Philippe Petitcolin en tant que directeur général à partir du 1er janvier 2021.

Enfin, le producteur de semences Vilmorin a cédé 1,4% malgré la nette progression de ses ventes au premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020, une performance due à des acquisitions, mais également à une progression de sa branche grandes cultures, en particulier le colza.

Sur le marché pétrolier, les cours restaient bien orientés dans un marché optimiste à l’égard des négociations commerciales. Le baril de Brent s’échangeait en fin de journée à 62,83 dollars, en hausse de 1,13% par rapport à la veille, quand celui de WTI cotait 57,19 dollars (+1,15%).

La monnaie unique accentuait son repli face au billet vert sur le forex, à 1,1072 dollar (-0,51%).

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article